Femmes d’Abidjan face au Sida

Femmes d’Abidjan face au Sida

Judith Hassoun

Collection  » Médecines du monde. Anthropologie comparée de la maladie « , éd. Karthala, 1997.

Extraits : avant propos

 » Madame, on m’a dit que mon sang n’est pas bon, moi j’ai peur, on m’a dit que mon sang est gâté, moi je comprends rien, ça veut dire quoi que mon sang est gâté ?  »
Que répondre à Aminata qui est là face à moi et attend une réponse ? Que faire plus tard de cette question qui m’oblige à faire part de ma réponse, à dire mon embarras ? Qu’écrire ?
Aminata ne m’a interrogée qu’à la fin de l’entretien, après avoir parlé de sa famille, des enfants, du travail interrompu, des consultations à l’hôpital. Du temps est encore passé, avec de nouvelles questions, de nouvelles tensions et de nouveaux rires, puis cette question a surgi de ce temps partagé, d’une confiance qui s’établit, d’une vie qui se dévoile. Elle a surgi de la rencontre.
La question est en elle-même une rencontre. En me demandant de lui redire son sida, Aminata m’intègre dans sa vie ; en étant confrontée à cette demande, Aminata me bouscule, elle bouscule ma position de chercheur mais bien plus, elle déclenche en moi des questions, toutes ces questions suscitées par la maladie, par la vie que la mort côtoie.
Ce livre est l’histoire d’une rencontre. C’est grâce à elle que le vécu du sida est cerné, que les témoignages des femmes malades sont transcrits, que les ambivalences de leurs souhaits et la complexité de leurs parcours sont saisies, que des questions restent silencieuses, trop douloureuses pour être posées. Mais c’est aussi au travers de l’indicible, de toutes ces réactions aux paroles de l’autre, de toute la difficulté à l’entendement de l’intimité et de la douleur du sida, que l’on saisira la vie de ces femmes.
Ce sont ces réflexions sur ce qu’a suscité en moi cette rencontre qui m’ont permis de saisir le vécu de femmes malades, mais c’est aussi une autre écriture, une écriture plus  » personnelle « , car comment transcrire le vécu d’une maladie mortelle ? Comment faire part de la rencontre ? Comment traduire les tensions et les silences ? Comment décrire la douleur des femmes de se savoir atteintes d’une maladie mortelle ? Comment signifier l’implicite ? Comment faire entendre la quotidienneté du travail des médecins ? Comment traduire la souffrance physique de Céline ? Comment relater la joie d’Aya qui participe à une association de personnes touchées par le sida ?
Comme il n’y a pas d’illustrations pour montrer le visage de ces femmes, leur maison, les couloirs de l’hôpital, comme on ne pourra faire entendre le son de leur voix, leurs émotions, leurs rires et leurs soupirs, alors il y a le ton, le rythme de l’écriture. Le ton est personnel, c’est vrai, comme le recueil d’informations sur le sida, comme ces vies rencontrées, comme la douleur et l’intimité de la maladie.
Il y a le ton de l’écriture et puis il y a Emma. Elle ne fait pas partie des quatre-vingt-quinze femmes malades du sida que j’ai rencontrées. Emma est une amie, c’est chez elle qui j’ai habité pendant plusieurs mois à Abidjan. Elle est l’une de ses habitantes, elle fait partie de ces piétons que l’on croise dans la rue, de ces inconnus que l’on voit en arrière fond d’une illustration ou d’un documentaire. Ce ne sont pas les personnages principaux du film, mais sans eux, ils seraient un peu hors cadre, hors réalité, comme détachés de leur environnement. Emma, c’est l’un de ces piétons, elle raconte aussi beaucoup sur Abidjan et sur la vie là-bas.
C’est dans le cadre d’un doctorat de sociologie que j’ai rencontré en 1995 à Abidjan, Aminata et quatre-vingt-quatorze autres femmes malades du sida toutes déjà informées de leur infection par le personnel soignant. Je souhaitais connaître le soutien qu’elles recevaient des réseaux de solidarité familiale et communautaire. L’objet de ma recherche a quelque peu changé, il interroge davantage le positionnement du chercheur qui travaille sur la douleur. Mais ici n’est pas mon propos. C’est uniquement de la vie des femmes malades dont je ferai part à présent, même si ces interrogations sur le positionnement du chercheur se devinent au travers des réflexions plus personnelles.
Pour garantir l’anonymat, j’ai décidé de ne pas donner les noms des femmes malades du sida qui témoignent ici, de changer leurs prénoms et de ne pas désigner les trois centres de soins où je les ai rencontrées.

J’ai aussi fait le choix de travailler par thème. La vie n’est sans doute pas ainsi mais en même temps, dans toutes les vies de ces femmes, il y a un peu ces thèmes. On pourra alors passer non pas de la vie d’une femme à l’autre mais davantage naviguer autour de bribes d’expériences, de moments partagés, de rêves similaires, de solitudes identiques et de parcours communs. De tout le reste, je n’ai pas fait le choix. J’ai choisi la table d’écriture, la perspective et le point de vue, et la fenêtre ouverte. Je n’ai pas choisi la lumière qui se profile, le rythme des nuages, les éclats de voix et les éclats de rire.  Je n’ai pas choisi les songes qui se promènent en regardant le ciel, les idées qui surgissent en écrivant les mots, les expressions qui s’écoutent et les vies qui se racontent. Je n’ai pas décidé des histoires qui se lisent dans ces grands paysages, des rêves qui se dessinent, des ombres qui surgissent, de la douleur, du bonheur, de la couleur des mots, du silence, de l’instant. Du temps de la rencontre.

Haut de page


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *