Santé, société et cultures à la Réunion

Santé, société et cultures à La Réunion

AMADES/ARERP/CERSOI, 2001,

150 p., Diffusion Karthala. 14 euros.

À La Réunion c’est côte à côte, bien plus que face à face, que la médecine et les autres pratiques de soin sont le lot quotidien de l’interprétation de la maladie et de sa prise en charge. Ce volume collectif est destiné à ceux qui sont peu familiers du domaine de l’anthropologie médicale. Panorama des questions et des perspectives, il est aussi un bilan, que trace une riche bibliographie finale. Parmi les chapitres de l’ouvrage, signalons en particulier :  » Anthropologie et santé dans l’espace urbain  » (B.Chérubini),  » Un exemple de l’apport de l’anthropologie à la politique de prévention du sida à La Réunion  » (P.Cohen),  » Transplantation d’organes et compatibilité culturelle  » (V.Dussol),  » La surdimension culturelle chez les malades chroniques réunionnais « ,  » La réinterprétation réunionnaise des apports de la biomédecine dans le domaine de la naissance et de la petite enfance  » (L.Pourchez),  » Quelle aide possible pour l’enfant de migrants victime de maltraitances ?  » (G.Payet),  » Psychiatrie et anthropologie : histoire d’une collaboration en institution psychiatrique  » (E.Delossedat et M.Rivière),  » Faire de la prière de guérison sur fond de religion créole à La Réunion  » (R.M.Payet et S.Nicaise).

Résumé d’un chapitre : « La réinterprétation réunionnaise des apports de la biomédecine dans le domaine de la naissance et de la petite enfance », pp. 75-90.
La mise en place à La Réunion d’un suivi de la grossesse et de la naissance (par des visites prénatales et l’accouchement en maternité) est relativement récente. Les accouchements ne s’effectuent systématiquement en milieu hospitalier que depuis les années 70 et cet apport de la biomédecine, qui s’est effectué dans un contexte où dominaient des traditions particulièrement riches et vivantes véhiculées, dans chaque îlet, par la matrone et la « femme qui aide », a entraîné de nombreux bouleversements dans les pratiques et les représentations.
Ce chapitre a pour objectif de retracer brièvement les pratiques traditionnelles réunionnaises, puis de tenter, grâce à quelques observations effectuées auprès de jeunes femmes (20-35 ans), d’expliciter les modifications en œuvre.
L’auteur cherche d’abord à mettre en évidence la manière dont s’effectuent durant le temps de la grossesse la réinterprétation et l’ajustement des pratiques conseillées en milieu médical par rapport aux usages traditionnels, les incompréhensions réciproques entre futures mères et sages-femmes ou médecins ; dans un second temps, l’article décrit l’accouchement tel qu’il se déroule aujourd’hui et identifie les mécanismes de résistance au changement, les « aménagements » de la tradition qui s’opèrent dans les maternités, à l’insu du personnel médical (notamment par le passage, « en souterrain », de certaines pratiques); il s’intéresse enfin aux soins du corps prodigués à la mère et à l’enfant et examine les cas de rupture d’interdit quand les changements proposés par la biomédecine sont trop éloignés des représentations initiales.
Il apparaît que, si certaines pratiques se modifient, les Réunionnaises tendent à intégrer les nouvelles données selon une logique préexistante qui, elle, ne varie que peu (ou pas).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *