La coupure. L’excision ou les identités douloureuses

Parution

La Coupure

L’excision
ou
les identités douloureuses

Christine Bellas Cabane
La Dispute, 2008, 256p.

Voir la présentation de l’ouvrage

INTRODUCTION

Le problème de l’excision est apparu sur la scène française avec la médiatisation des procès. On en parlait peu auparavant. En Octobre 1984, un malien reconnu coupable d’avoir excisé lui-même sa fille est condamné à 1an de prison avec sursis. C’était t la première fois. Pourtant, la presse avait fait déjà état de trois petites filles mortes des suites de leur excision sans que leurs parents soient poursuivis, l’excision étant alors considérée comme une pratique traditionnelle dans laquelle la justice ne s’autorisait pas à intervenir au nom du « droit à la différence ». Ce n’est qu’en Août 1993 que « la jurisprudence de la cour de cassation établit que l’ablation du clitoris est une mutilation au sens du code pénal français (art. 312-3) passible de la cour d’assises . » La cour avait été saisie pour un acte de violence pratiquée sur une fillette par sa mère bretonne dans un accès de démence. Il ne s’agissait pas bien évidemment d’une excision rituelle, mais cet arrêt a marqué le début de la judiciarisation de l’excision. Les « affaires » se sont enchaînées, mais ce n’est qu’en 1993 qu’une peine de prison ferme a été prononcée pour la première fois. En 1999, un procès retentissant défraye la chronique En Février 1999, vingt six parents ont comparu pour complicité d’excision sur leurs filles. Reconnus coupables, ils ont été condamnés par la Cour d’Assises de Paris à deux ans d’emprisonnement fermes. L’exciseuse Hawa Gréou a été condamnée à huit ans. L’excision est dés lors considérée comme un crime.
Le débat autour de l’excision soulève des passions. Entre ceux qui adoptent une position neutre au nom du respect des traditions et des cultures et ceux qui voient les parents des enfants excisées comme des barbares sanguinaires, aucun dialogue n’est possible. Les uns sont qualifiés de culturalistes complices du pire des crimes, les autres d’impérialistes incapables d’appréhender les différences des peuples.
L’excision préexistait à ces débats. Au Mali et dans de nombreux pays d’Afrique et d’ailleurs , elle était la règle depuis fort longtemps. Des cicatrices d’excision et d’infibulation ont été retrouvées sur des momies égyptiennes. La pratique était bien antérieure à L’Islam et autres religions monothéistes, même si certaines d’entre elles s’en sont accommodées (Islam et excision en Afrique de l’Ouest, Chrétiens Coptes d’Egypte, etc) Elle a disparu dans certains pays mais a perduré dans de nombreux autres, avec une prévalence variable. Au Mali, exciser ses enfants reste la règle. Près de 90% des femmes sont encore excisées..
Bien qu’ici ou là, il y ait eu des opposants , cette pratique a été longtemps considérée comme immuable. Ici, elle a été ressentie comme particulièrement intolérable au moment où elle a touché des petites filles vivant sur le sol français. L’histoire de l’excision y est intimement mêlée à celle de la migration africaine. A partir de 1974, date d’instauration de la carte de séjour, les hommes qui jusque là, faisaient des allers retours entre leur pays et la France, de peur de ne plus pouvoir revenir, s’y sont installés et ont fait venir leur famille. L’arrivée de femmes et d’enfants, dont la plupart vivaient en brousse, a confronté la société française à des modes de vie incompréhensibles pour elle. Les cultures et traditions de ces familles migrantes dont la proximité effaçait l’idéalisation exotique, sont apparues comme primitives, venues d’un autre monde proche de la barbarie. L’excision a cristallisé tous ces différends. Dans l’après 1968, de nombreux intellectuels et des mouvements féministes se sont émus du sort de leurs sœurs africaines. Epris de liberté individuelle, d’épanouissement sexuel, en pleine lutte pour les droits des femmes ils ne pouvaient supporter l’image de ces migrantes, à leurs yeux, désespérément soumises à la loi des mâles qui les excisaient pour mieux les asservir.
Au cours de mes études médicales, je n’avais pas entendu parler de l’excision mais très concernée par les luttes féministes, au début des années 1980, je partageais le point de vue abrupt de certaines de leurs « leaders » Je ne pouvais penser à cette pratique et à ses conséquences sans être secouée par un frisson d’horreur. Le sort de celles qui, devenues incontinentes à la suite de complications gravissimes, symbolisait pour moi la souffrance et le mépris dont ces femmes étaient victimes.
En 1982, j’ai commencé à exercer mon métier de pédiatre dans un service de protection maternelle et infantile (PMI). Travaillant en milieu rural, je recevais beaucoup de familles originaires du Maghreb à mes consultations. Cet exercice m’a permis d’appréhender la différence et de découvrir, malgré les barrières culturelles que ces mères savaient très bien s’occuper de leurs enfants. Bien que la façon de les élever soit parfois très éloignée des recommandations en vigueur dans notre société, ils étaient pour la plupart en bonne santé et très épanouis. Je compris ainsi qu’il y avait mille façons de soigner et de protéger les enfants, inscrites chacune dans une histoire culturelle et familiale qui lui donnait son sens. Je n’étais bien sûr pas confrontée avec ces familles à la pratique de l’excision qui n’existe pas au Maghreb, mais j’étais néanmoins en problème avec l’attitude de certains parents. La différence culturelle ne pouvait pas tout expliquer, mais alors comment savoir si un acte relève de la maltraitance quand on n’en comprend pas le sens ? Comment apprécier la place d’un enfant si on ignore le fonctionnement de la famille ?
À la fin des années 1990, les débats qui ont entouré les procès pour excision ont réactivé ces questions avec une acuité particulière. Sans remettre en cause leur légitimité, j’ai été alors choquée par les propos tenus sur les familles en cause, des Soninkés  pour la plupart. Depuis dix ans, je me rendais dans un petit village du Mali, dans le cadre d’une association de coopération avec un village Soninké de la région de Kayes  Ce qui a pu être dit ou écrit alors dans les médias ne correspondait pas du tout à ce que je connaissais des parents rencontrés au village. Quand ils m’amenaient leurs enfants malades dans le centre de santé où je consultais lors de mes séjours, j’avais pu constater à quel point ils étaient attachés à leurs enfants, filles comme aux garçons. Comme tous les parents du monde, ils étaient souvent très inquiets s’ils étaient malades et soucieux de leur souffrance. Quand je tentai d’en parler ici, je compris vite qu’il était difficile de m’entendre. Pour beaucoup, l’horreur compréhensible que l’excision inspirait ne permettait pas de considérer ces parents autrement que des tortionnaires sadiques.
Transformée par mon expérience, je n’avais plus les jugements abrupts de mes années d’étude. Ma pensée s’était nuancée. Je ne remettais pas en question la lutte contre l’excision mais la façon dont elle était menée. La nécessité de protéger les fillettes contre l’excision (à la quelle j’adhérais sans réserve) ne justifiait à mes yeux ni le regard négatif porté sur les parents ni le mépris à peine dissimulé des liens qui unissaient les familles.

En 2000, je décidai de m’inscrire dans un DEA d’ Anthropologie de la santé à l’université d’Aix en Provence. Le goût que j’avais toujours nourri pour l’ethnologie ne suffit pas à expliquer cette décision. Ma formation de médecin ne m’y aidant en rien, j’espérais trouver dans cet enseignement des réponses à mes questions sur les différences culturelles. Comment les aborder dans ma fonction de médecin de PMI aussi bien sur le plan de la santé que sur celui de la protection de l’enfance ? Je ne l’ai jamais regretté. Les deux années d’enseignement théorique ne m’ont pas apporté, loin s’en faut des recettes pour convaincre les parents venus d’ailleurs de la pertinence de nos messages en terme de santé ou d’éducation. Mais en m’ouvrant à d’autres conceptions de la famille, de la personne, de la santé et de la médecine, j’ai appris à mieux les rencontrer.
Pour le sujet du mémoire, le thème de l’excision s’est imposé naturellement à moi, car il rassemblait de façon exemplaire les éléments de mon questionnement. Dans une telle situation d’affrontement culturel, comment pouvait- on imaginer un travail de prévention respectueux des liens familiaux ? La répression justifiée par la nécessité de protéger les enfants ne pouvait tout résoudre. Légitime ici au regard de nos valeurs, elle était comprise par de nombreux migrants comme une attaque directe à leur culture et leur famille donc à leur identité. Malgré la pénalisation, ils ne renonçaient pas l’excision de leurs enfants mais la différaient pour la faire pratiquer au pays. Pire, j’avais parfois le sentiment qu’elle devenait le symbole de la résistance à ce qu’ils percevaient comme une tentative de domination culturelle. Dans ce contexte, il me paraissait urgent de comprendre les fondements de cette coutume, les raisons et les contraintes qui pouvaient expliquer sa persistance dans le Mali du XXI ème siècle, ainsi que les enjeux sous-jacents à la lutte pour son abandon. La connaissance de ces éléments me paraissait être le préalable indispensable à l’instauration d’un dialogue entre les différentes parties afin de pouvoir sortir de l’impasse de l’impossible rencontre qui les enfermaient et entravaient toute démarche de prévention.
Le 1er Février 2001, je partis au Mali et commençai mon enquête. Si l’on exclue tout le travail d’approche réalisé au cours de mes voyages précédents, elle ne dura pas tout à fait deux mois , mais elle en compta pour douze. Liée d’amitié avec des intellectuels maliens  engagés dans des luttes progressistes, j’ai bénéficié de leur aide sans mesure pour nouer les bons contacts, trouver les relais incontournables et orienter ma recherche.
J’ai pu réaliser de nombreux et fructueux entretiens auprès de personnes très diverses : Des juristes hommes et femmes, des professionnels de santé exerçant en milieu rural, d’autres en milieu urbain, des exciseuses, des femmes de toutes catégories sociales et professionnelles.
J’ai essayé de savoir avant tout comment étaient perçus les effets de l’excision et quelles raisons étaient évoquées pour la justifier ou la combattre dans la société malienne.
Sur le plan juridique et social, j’ai voulu comprendre à qui était attribuée la responsabilité de la décision de l’excision, à la mère, aux parents proches ou au groupe familial élargie ? Enfin, qui pourrait porter l’initiative ou la dynamique d’un changement pour que les filles ne soient plus excisées. J’ai analysé, au-delà du cadre législatif, les rôles respectifs de l’Etat et de la famille dans la protection de l’enfance. J’ai tenté de mettre à jour non seulement la conception de la femme et de la fille dans la société malienne, mais encore les rôles respectifs des pères, mères et familles élargies en matière d’éducation et d’autorité parentale.
Les entretiens avec les soignants (de l’aide soignante au médecin) m’ont permis de percevoir les représentations qu’ils avaient de l’excision et de ses conséquences ainsi que leur implication dans la prévention. J’ai eu dans ce domaine bien des surprises !
Au delà des témoignages, j’ai voulu rendre compte des interrogations des personnes rencontrées en les reliant à leur rôle et leur fonction dans la société malienne.
La soutenance passée, je ne voulus pas en rester là. Ce travail sur l’excision m’avait permis de dégager les facteurs qui déterminaient la place réservée aux femmes et des enfants, les notions de droit et d’autorité parentale, le rapport à la loi coutumière et à la loi d’Etat dans de nombreuses familles maliennes. Toutefois, au delà des discours et des premières analyses, les différences individuelles, familiales et ethniques sont vite apparues. La société malienne n’était pas figée en un bloc homogène et immobile même si elle restait très respectueuse d’un certain nombre de traditions. Les mouvements qui la transformaient n’étaient pas sans impact sur la pratique de l’excision.
Pour aller plus loin dans cette recherche des facteurs de changement, il était important d’étudier également la position des familles maliennes en situation de migration dans la société française. Encouragée par le prix scientifique que la Fondation de l’Enfance avait attribué à mon mémoire en octobre 2003, je commençai quelques mois plus tard, en tant que chercheur associée au CRESS  une nouvelle enquête de terrain en région parisienne, auprès des jeunes filles d’origine maliennes, nées ici ou immigrées dans la petite enfance, leurs familles, les jeunes hommes, les associations de lutte contre l’excision et des soignants. Très vite, je découvris que la possibilité de réparation clitoridienne par une intervention chirurgicale développée par le Docteur Foldès, modifiait singulièrement les représentations de l’excision, le discours sur la sexualité, et l’image des femmes excisées. Avec l’aide du GAMS j’ai pu orienter ma recherche sur l’étude de ces nouvelles données en rencontrant des femmes en demande de réparation ou déjà opérées. J’ai pu ainsi recueillir et analyser leurs témoignages ainsi que ceux des professionnels qui les accompagnent vers cette intervention sans oublier ceux qui la pratiquent.
Je terminai les entretiens fin Avril 2007.
Cette recherche en miroir m’a permis de mesurer à quel point les conceptions et les représentations d’une même pratique sont autant, sinon plus influencées par la norme dominante que par la propre sensibilité du sujet concerné.

Ce livre rend compte de l’ensemble de ce parcours. Il est fait de mon expérience de médecin de PMI, de mes réflexions sur la démarche de prévention, de ma rencontre avec le Mali et ses habitants  et de mes travaux de recherche en France comme au Mali.
Ce livre n’est pas un essai mais un récit. Bien qu’il soit fondé sur les éléments d’une enquête scientifiquement validée, il ne doit pas être appréhendé comme un ouvrage universitaire mais comme une contribution à un débat de société qui suscite toujours autant de passion. C’est son principal objectif. Pour cela, j’ai voulu avant tout le rendre accessible à un large public, car je me suis rendue compte, au fil des rencontres, qu’au-delà des acteurs directement impliqués, tous ceux qui sont intéressés par la protection de l’enfance, les notions de communautarisme et d’universalité, les problèmes liés à la sexualité et aux rapports de genre se sentent concernés par le sujet.
Cette forme permettant beaucoup de liberté, j’ai pu mêler aux éléments de l’enquête des réflexions plus larges sur les rapports Nord-Sud, l’ambigüité des actions humanitaires, le contexte politique vis-à-vis des migrants… Dans la première partie de l’ouvrage, Les nombreux dialogues avec Many Camara  qui représente la figure « du sage », ont permis d’évoquer également l’histoire et la culture de l’Afrique de l’Ouest et les écrits des observateurs étrangers. Son regard a été particulièrement précieux pour mettre à jour les enjeux sociopolitiques soulevés par l’évolution de la société malienne confrontée à la nécessité de changement à l’aube du XXI ème siècle.
J’ai tenté d’entraîner le lecteur dans une démarche anthropologique qui lui permet de forger ses propres hypothèses, dans un aller- retour entre les discours et la réalité, ses propres valeurs et celles de la société étudiée
En un mot, par un éclairage porté sur ses multiples facettes, j’ai choisi de montrer la complexité d’un problème trop souvent simplifié.
Les émotions et les sentiments nés de ma rencontre avec le Mali, ses habitants et tant d’autres personnes, le vécu des situations, loin d’être passés sous silence trouvent toute leur place dans ce récit anthropologique qui considère la subjectivité de l’auteur comme une donnée importante de son cheminement, entre recherche et voyage.

C. Bellas Cabane, 2008


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Kanambaye dit :

    Bonjour,
    Je suis un malien, étudiant à l’ULB. J’ai choisi mon sujet de mémoire sur l’excision et je trouve ici des choses très intéressantes. Je suis en extase de voir decouvrir ce livre (conseillé par Sabine Panet, Tostan). Si possible j’aimerais être mis au courant des publications et des textes dans le domaine de l’excision.
    Coup de chapeau à l’auteur de ce fameux livre.

    Salutations distinguées!

    • SIDIBE dit :

      Oui je trouve aussi Mr Kanambaye, moi egalement je suis étudiante malienne en démographie au cameroun, je fais mon mémoire aussi sur l’Excision.j’aimerais aussi que tu me file si possible souvent des documents.Mon email est rose_katy25@yahoo.fr

  2. JEDDY dit :

    Guinée Conakry, le 21 février 2010
    Je suis une tuniso-italienne, je passe une période en Guinée Conakry. Vu que je suis étudiante à l’Université \la Sapienza\ a Rome et j’ai une thèse à préparer, pour profiter de ma permanance en Guinée, j’ai choisi comme sujet \l’excission\. Je vous serai reconnaissante si vous m’aidiez au niveau de la bibliographie. Je suis tenue aussi à traduire en italien un écrivain qui a écrit à ce propos. Merci d’avance. Mon e-mail: jeddy_sam@yahoo.fr

  3. Ténin Farath Camra dit :

    Senegal Dakar,le 04/12/2012
    je suis guineene,etudiante en master 1 en communication à l’ISSIC(Institut superieur des sciences de l’information et de communication)à dakar et je doit preparer mon memoire sur l’excision.je vous serai reconnaissant si vous m’aider à avoir quelque information,et aussi quelques biographies et document à ce sujet merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *