Colloque Amades 2012

Anthropologie, innovations techniques
et dynamiques sociales
dans le domaine de la santé

10-11-12 mai 2012
Faculté de médecine – Brest

Les communications étaient d’une durée de 15 minutes, suivie de 5 minutes de question.

Il n’était pas demandé aux communiquants d’envoyer préalablement le texte de leur intervention.

Documents téléchargeables

Coordination du colloque

Claudie Haxaire

Comité d’organisation

Remy Amouroux, Claire Beaudevin, Marie Bonnet, Coralie Caudullo, Cyril Farnarier, Judith Herman, Sandrine Musso, Ashley Ouvrier, Juliette Sakoyan, Aline Sarradon, Laurent Vidal

Comité Scientifique

Claire Beaudevin, Christian Bonah, Doris Bonnet, Marie Bonnet, Alice Desclaux, Cyril Farnarier, Sylvie Fainzang, Claudie Haxaire, Anne Marie Moulin, Baptiste Moutaud, Jean-Bernard Ouedraogo, Aline Sarradon, Pino Shirripa, Laurent Vidal

Texte de l’appel à communication (clos)

L’innovation caractérise à de multiples échelles les domaines étudiés par les sciences sociales de la santé, tant au niveau des mutations rapides des connaissances médicales (liées aux avancées scientifiques ou aux innovations biotechnologiques), qu’à celui de la réorganisation contemporaine des institutions publiques de santé, ou encore aux niveaux des enjeux de la reconnaissance des patients comme « usagers » voire « experts profanes ».

Ainsi, en matière d’innovation, on assiste à une extrême vivacité des sciences fondamentales (génétique, immunologie, virologie…) et des sciences de l’ingénieur permettant de nombreuses avancées dans les traitements et les actions de « dépistage » et de prévention de certaines pathologies. De plus, la question de la délivrance des biens publics de santé et les liens entre Etat et financements « externes » est au cœur de la modernité. Les innovations et remaniements dans les organisations et la gestion des systèmes de santé en attestent.

Mais cette question est aussi au cœur de la mondialisation. En effet, nous sommes devant une extension géographique – « mondialisée » – des actions de santé, que caractérisent l’intervention de divers acteurs de santé (Fondations, Institutions internationales, ONG, villes jumelées…) dans l’ensemble du monde pour des raisons qualifiées « d’humanitaires » ou pour agir de manière préventive sur un ensemble de pathologies transmissibles.

Nos systèmes de santé contemporains se caractérisent par un ensemble de modifications des rapports des usagers avec les acteurs, structures et systèmes de santé : place des associations de malades, constitutions de savoirs experts profanes, importance prise par les diverses formes d’expériences de la maladie, large réflexion sociale sur les liens entre choix politiques et risques sanitaires. Ceci résulte de la présence de patients plus actifs et mieux informés (multiplication des sites internet, ouvrages, revues, émissions télévisées et radiophoniques), du partage de l’incertitude avec les malades et leurs familles, de la revendication d’une reconnaissance des patients dans les institutions de soins, de la judiciarisation soit comme contre-pouvoir, soit à usage mercantile, ainsi que du financement des programmes de recherches par des groupes de patients, chercheurs et thérapeutes (Sidaction, Téléthon, mucoviscidose, etc.).

Pour l’anthropologie et pour les sciences sociales plus largement, les travaux à entreprendre dépendent des postures adoptées, allant d’une anthropologie dans la santé construisant des équipes pluri et interdisciplinaires indispensables à la résolution des enjeux sanitaires, jusqu’à une anthropologie s’attachant, de manière plus distanciée, à réfléchir sur les enjeux, effets et conséquences de ces dynamiques socio-historiques du champ sanitaire.

Mais, dans les deux cas, les effets scientifiques de ces dynamiques liant les domaines socio-techniques, politiques et historiques sont multiples. A minima, elles offrent à l’anthropologie de nombreux domaines de réflexion. A titre d’exemple : comment penser la parenté depuis la génétique ? Quels sont les effets d’une greffe transformant le corps, quels sont les effets sociaux et affectifs d’une quantification du risque, etc. Plus largement ces domaines obligent à la constitution de compétences et connaissances partagées entre équipes sanitaires et praticiens des sciences sociales et incitent à des recherches « translationnelles ». Ces questions transforment aussi les liens entre les sciences « dures » de la santé et les sciences sociales accordant à ces dernières, (comme pour la prévention, l’analyse de la qualité de vie, du suivi de groupes de patients) une nouvelle place parfois centrale dans l’action de santé.

Enfin, ce nouveau champ sanitaire oblige aussi à des nouvelles relations entre les diverses disciplines composant le champ des sciences humaines ayant la santé pour principal objet de réflexion. Comment « faire du qualitatif » sans resituer ses recherches dans de plus vastes dimensions épidémiologiques, comment comprendre l’intervention sanitaire sans user des outils de l’anthropologie politique et du développement ? Comment évoquer la question des usages des services de santé par des populations démunies sans maîtriser les concepts de la linguistique ou de l’économie ?

Pour l’anthropologue l’innovation méthodologique s’impose souvent comme une condition nécessaire à la réalisation de recherches portant sur ces nouveaux objets. Poursuivre une réflexion épistémologique et trouver de nouvelles pistes méthodologiques, s’interroger sur les modalités de sa présence sur ces terrains où se croisent diverses disciplines ainsi que sur les enjeux de sa collaboration avec d’autres disciplines est donc essentiel. Concrètement, les anthropologues sollicités pour participer à des projets de recherche avec des médecins de santé publique, des épidémiologistes, et désormais des cliniciens de différentes spécialités médicales, transposent-ils seulement leurs outils méthodologiques et théoriques et lesquels, ou en créent-ils d’autres ? S ‘agit-il alors de pluridisciplinarité, d’interdisciplinarité, ou, de co-disciplinarité ?

Les communications attendues pourront traiter de ces questions ou de tout autre élément du champ de la santé reconfiguré par une ou des innovations contemporaines, à titre d’exemple :

  • effets sociaux des innovations médicales que celles-ci soient techniques, thérapeutiques ou nosologiques (nouveaux syndromes) ;
  • effets socioprofessionnels des innovations en médecine : recomposition des collectifs (de professionnels, de patients), réorganisations de services et /ou des soins ;
  • problèmes éthiques et sociaux liés aux innovations et propositions sanitaires ;
  • modes de réappropriations et usages des savoirs médicaux par les patients ;
  • effets et influences des usagers, et/ou associations d’usagers sur les innovations médicales, sur la réorganisation des systèmes de santé ;
  • confrontation entre divers modèles épistémologiques : par exemple comment articuler une « médecine basée sur les preuves » et des sciences sociales liées aux contextes de description.

Téléchargement Bulletin d’inscription – ProgrammeAppel à communication


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Jean Luc dit :

    Bonjour,
    Le bulletin d’inscription, c’est pour les intervenants ou pour toute personne qui souhaiterait assister au colloque? Un intervenant est-il tenu de le remplir comme tout le monde?

    • Cyril Farnarier dit :

      Bonjour,
      Le bulletin d’inscription au colloque s’adresse aux intervenants et aux simples auditeurs.
      Les frais d’inscription étant une participation au coût d’organisation du colloque, il est demandé à toute personne souhaitant participer à cet évènement de s’en acquitter.
      Au plaisir de vous rencontrer à Brest
      Bien cordialement,

  2. Fanny Gaubert dit :

    Bonjour,
    Un intervenant doit-il remplir ce bulletin et régler quelque somme pour sa participation au colloque?
    Pourriez-vous me fournir davantage d’explication svp?

    • Cyril Farnarier dit :

      Bonjour,
      Le bulletin d’inscription au colloque s’adresse aux intervenants et aux simples auditeurs.
      Les frais d’inscription étant une participation au coût d’organisation du colloque, il est demandé à toute personne souhaitant participer à cet évènement de s’en acquitter.
      Au plaisir de vous rencontrer à Brest
      Bien cordialement,

  3. Lehoux Catherine dit :

    Bonjour,

    je souhaiterai avoir la date et l’heure de mon intervention car je ferai un aller et retour Paris/Brest dans la journée.

    Mais je crois que cela sera affiché sur le programme en février ?

    Merci.

    Catherine Lehoux

    • Cyril Farnarier dit :

      Bonjour,
      En effet, les dates et heures des communications seront disponibles dans le courant du mois de février, dès lors que nous aurons finalisé le pré-programme du colloque.
      En vous remerciant pour votre compréhension,
      Bien cordialement

  4. Lehoux dit :

    Bonjour,

    avant de m’inscrire, j’attends le programme, car étant doctorante avec peu de moyens, je ne souhaite m’acquitter que de la journée où j’interviens et j’espère que vous le comprendrez.

    Ce programme est-il en ligne quelque part ?

    Merci

    • Cyril Farnarier dit :

      Bonjour,
      Le programme du colloque est actuellement en cours de finalisation.
      Nous comprenons que l’inscription au colloque représente un investissement et c’est pour cette raison que nous nous efforçons d’avoir des tarifs d’inscription relativement faibles en répartissant les coûts entre différentes catégorie de prix.
      Cependant, tant pour des raisons logistiques que scientifiques, l’inscription au colloque ne peut être fractionnée en plusieurs parties…

      Ne vous êtes-il pas possible de demander une aide auprès de votre laboratoire de rattachement ?

      En espérant que vous trouverez les moyens de venir à Brest et dans l’attente du plaisir de vous y rencontrer,

      Bien cordialement,
      Cyril Farnarier

  5. Lukinson Jean dit :

    Bonjour,
    Je présenterai un papier dans ce colloque qui se tiendra bientôt. Serait-il possible de savoir la date et l’heure de ma communication? Cela sera-t-il prochainement affiché sur le programme?
    Par ailleurs, pourriez-vous me faire parvenir, par mail, un papier attestant l’acceptation de ma communication? Cela me permettrait ainsi de bénéficier de l’aide à la mobilité de mon École doctorale de site.
    Merci de votre compréhension
    Lukinson Jean

  6. Lehoux dit :

    Bonsoir,

    à la lecture du programme je vois que vous intervenez le jeudi 10 mai 2012 en salle 2 et à 13H00 puisque vous êtes le dernier de la matinée à intervenir en salle 2 et qu’il semble que chaque com se fait en 15 minutes.
    Pour le reste, je ne suis pas organisatrice mais juste une doctorante secourable 😉 Donc à voir avec les organisateurs.

    Cordialement

    • Lukinson Jean dit :

      Oh c’est gentil de votre part. Désolé de vous remercier aussi tard. Je viens juste de voir votre réponse, en lieu et place des responsables.
      A bientôt à Brest!
      Cordialement
      Lukinson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *