L’Afrique des associations

L’Afrique des associations
Entre culture, développement et stratégies identitaires

Sous la direction de Momar Coumba Diop et Jean Benoist

Éditions Karthala.

photo couverture \

Présentation
Jean Benoist

La complexité de la société, l’éloignement des centres de décision, le silence qui suit leurs demandes troublent ceux que les sociologues dénomment les « acteurs sociaux ». Mais, face à des changements qu’ils s’expliquent mal, se perçoivent-ils vraiment comme des « acteurs » ?

La lente montée du niveau d’éducation et l’accès de plus en plus aisé à des informations venues du monde entier accroissent leur conscience des besoins sans leur donner accès au pouvoir de les satisfaire, et beaucoup se résignent de moins en en moins à cette impuissance. Impuissance d’autant plus grande que le pays est plus pauvre, le gouvernement plus totalitaire, la coupure entre la population et ses élites plus grande. Dans les pays ayant atteint une certaine démocratie et un certain développement, ces « acteurs » sont pris entre la mondialisation et le décentrement des pouvoirs politiques vers des institutions inaccessibles. Ailleurs, ils subissent le contrôle par un pouvoir d’Etat autiste, inaccessible, concentré dans les mains de dirigeants sourds aux besoins de la population. Dans l’un et l’autre cas, la voie associative apparaît alors comme le chemin privilégié d’une appropriation de la parole et de l’action. Elle permet de fixer des objectifs concrets et proches du quotidien, sans ignorer des causes plus vastes (droits de l’homme, sauvegarde de l’environnement par exemple).

Associations, culture et développement

De ce fait, des idées, des moyens, des personnes, qui sont un ferment pour le changement social, circulent via les associations. La part que prennent de plus en plus leurs initiatives traduit la recherche d’une nouvelle voie, entre les abus de la puissance publique, nationale ou internationale et le désengagement. Mais on manque de beaucoup de connaissances à cet égard à des fins de comparaison entre «Nord» et «Sud». Quel est, à ce jour, l’état des lieux en ce domaine et quelle est la véritable anatomie du mouvement associatif dans tel pays ou secteur ? On ignore les valeurs qui fondent l’action des leaders du mouvement associatif, les méthodes d’organisation et de formation des associations. Nous ne pouvons pas les connaître sans évaluer les marges de liberté que leur laisse le pouvoir politique.

Dans la migration, quel rôle jouent les associations dans le processus d’arrimage à la société d’accueil et dans la mise en place d’une identité culturelle d’appartenance singulière ? Comment tranchent-elles entre le rôle de transition vers une intégration et celui d’enfermement?  Dans la dynamique de la francophonie, nous devons faire porter l’attention sur les associations créées par les migrants internationaux, notamment ceux qui résident en Europe. Comment contribuent-elles à la diffusion d’idées et de technologies nouvelles ?

Tel est du moins le versant positif des associations, qui l’emporte fortement. Mais il en existe un autre, qui crée des tensions, des déceptions : promesses illusoires, dérives financières, captation par un petit groupe donnent parfois un flou à une image que l’on espérait plus nette.

Quoi qu’il en soit le fait est là : le « monde associatif » ne cesse de se développer, et il est dans bien des pays dits « du Sud » un lieu d’espoir, d’action et de pouvoir. La rencontre tenue à Bamako sur le thème des associations, et dont ce livre est l’un des résultats, est née de la convergence de plusieurs constats.

Les uns concernent les associations elles-mêmes :

– l’importance croissante en nombre et en influence du fait associatif dans les activités de développement
–  sa position stratégique entre la population et les pouvoirs, entre le local et le global, entre le national et l’international
Les autres touchent directement à la responsabilité des chercheurs et des universitaires :
– la trop faible articulation entre l’université et les associations, alors que la tâche des universitaires concernés par le développement devrait être d’appuyer nombre d’associations qui ont besoin de connaissances techniques.
– la méfiance du milieu associatif envers le monde académique qui lui semble plus un prédateur des connaissances qu’il accumule sur le terrain qu’un véritable partenaire.

Ces questions sont au coeur des responsabilités d’une structure telle que le réseau « Cultures, identité et dynamique sociale », qui opère dans le cadre de l’agence universitaire de la Francophonie. Là se recroisent la réalité sociale à la base, les faits complexes de la culture et le souci du développement. C’est là que les universitaires peuvent trouver des partenaires capables de rendre crédibles et efficaces certaines des actions qui découlent de leur travail de recherche.

Pour éviter la dispersion, nous avons choisi quatre thèmes qui nous ont semblé fondamentaux. Chacun couvre un large spectre, mais trouve grâce aux associations des réponses à des questions que ni les services publics, ni les organisations internationales ne suffisent à résoudre :

Le patrimoine culturel. C’est en effet au plus près de ceux qui en sont les détenteurs et les créateurs que toute action doit se situer. Ils peuvent être impliqués d’emblée dans une association, ou au contraire se trouver sensibilisés par une minorité consciente et active. Le jeu ambigu du développement touristique intervient ici largement, en transformant les spécificités et les richesses patrimoniales en valeur économique, avec toutes les dérives et dépossessions possibles, mais aussi avec bien des retombées très positives. La recherche universitaire systématique a là une grande responsabilité. Elle doit opérer sur deux fronts : auprès de ceux qui « mettent en valeur » certains domaines culturels, mais aussi auprès des « développeurs » et de ceux qui orientent leurs actions. Leur vision réductrice de « la culture », de la « diversité culturelle » est souvent plus une menace qu’une aide à la fois pour la culture et pour le développement. L’industrie culturelle est de plus en plus intégrée aux programmes de développement, mais elle est souvent en porte-à-faux avec le milieu local, ou vue de façon négative par les chercheurs qui s’intéressent au fait culturel (arts, architecture, cuisine, musique, vêtement etc.). L’essentiel de ce thème est donc centré sur la question trop peu explorée du rapport entre tourisme et patrimoine.  En son cœur est la présentation de soi-même dans un discours d’une «authenticité», devenue gisement de valeur. Quelle place y ont les associations ? Comment le développement via le tourisme utilise-t-il et transforme-t-il le patrimoine culturel (édifices, cérémonies civiles ou religieuses, musiques et danse) ? Comment des mouvements associatifs y répondent-t-ils, en y collaborant ou en voulant endiguer des menaces? La mémoire collective qu’est la culture est-elle altérée, heurtée, transformée, par la «mise en tourisme» de certains de ses supports ? La représentation du patrimoine local participe-t-elle à sa conservation, à son érosion, à des créations qui s’incorporent à la vie culturelle locale?

Les questions relatives à l’identité. Dans les situations de changement (migration nationale ou internationale, mobilité sociale, tensions ethniques ou religieuses) se développent des associations fondées sur une appartenance identitaire et destinées à conforter les emblèmes de cette identité. Là encore l’articulation avec la recherche universitaire est importante. Source de connaissance, ces associations sont pour leur part en quête des résultats d’une recherche qui exprime leur image. Or, malgré une évocation de routine dans les rapports officiels, et leur mention à titre explicatif de nombreux échecs, les dimensions identitaires et culturelles sont bien rarement incorporées aux décisions opératoires des pouvoirs publics et des interventions internationales.
Qu’en est-il dans l’espace de la francophonie ? Le champ associatif a-t-il une spécificité capable de contribuer à accroître sa conscience de lui-même et à la mise en place en son sein d’appartenances multiples bien que non contradictoires ?

La santé. En ce domaine les associations ont essentiellement deux rôles. L’un est de donner une voix aux malades, aux « usagers du système de santé », voix qui fait contrepoids à l’omnipotence du système en place et qui, de plus, lui donne accès à des questions qu’il aurait tendance à négliger (éthique, rôle et besoin des familles, modes d’accès aux soins). L’autre est de participer à la gestion du système de santé, du moins dans certains pays.

Le développement. On est certes là dans un champ si vaste et aux limites si incertaines qu’on pourrait imaginer que tout, ou à peu près pourrait s’y placer. Toutefois, il s’agit là de prendre en considération la place des associations dans la dynamique du changement économique, vue sous l’angle de la demande de la population :associations professionnelles, associations de village, associations de femmes là où celle-ci sont pour le développement un moteur trop bridé etc…

L’esprit général des chapitres de l’ouvrage est toujours celui de la mise en réseau de divers partenaires appartenant au milieu universitaire (car ce travail a pour initiative les universités et leur souci de participer positivement au développement, entendu en son sens le plus général) et ceux qui sont le plus fondamentalement les membres de la société où ces universitaires travaillent. Les associations apparaissent alors sous un double jour : elles permettent de démultiplier et de rendre accessible et plus efficace la recherche académique ; elles concentrent et expriment les voix, trop souvent inaudibles autrement, de ceux que cette recherche concerne.

Un côté d’ombre…

L’oeil du sociologue et de l’anthropologue ne doit pas non plus se détourner du coté d’ombre des associations. Pour ne pas tomber dans un idéalisme porteur d’illusion, il faut aussi déceler les dysfonctions des associations : abus et détournements, affairisme, prise en main par le pouvoir.

De ce point de vue, il importe d’évoquer, tout d’abord, l’alibi associatif. Bien souvent les pouvoirs publics suscitent des associations sous la pression d’organismes internationaux, qui imaginent assurer ainsi une « participation communautaire » ou des « initiatives à la base ». Relais administratif de projets nationaux ou internationaux, beaucoup d’associations ainsi constituées n’ont aucune autonomie et leur légitimité ne se fonde que sur le pouvoir qui les soutient. Plus grave, c’est aussi sous le couvert d’associations que peuvent se mettre en place des formes d’encadrement de la population. Le thème de la santé, de l’assainissement, du développement cristallisent alors ce qui est avant tout la base d’un leader politique.

Mais il convient aussi de noter les dérives économiques. Les dérives de la gestion associative, fort courantes, ne sont pas le seul risque, bien qu’elles puissent mettre en jeu des sommes considérables ; plus fréquents sont les petits bénéfices quotidiens, les détournements de fonds ou de possibilité d’emploi au profit d’un réseau de parenté, ou leur usage à des fins de prestige personnel. Bien plus sérieux est le double jeu de diverses associations, locales ou internationales, qui sont en fait le masque d’entreprises à fins lucratives, où l’action en faveur de la santé n’a qu’un rôle d’appel.

En matière de santé, des « dérives identitaires » jouent un rôle pour le moins ambigu. Les médecines traditionnelles, qui sont le support d’une forte charge émotionnelle et identitaire, sont ici ou là prises en main par des associations —de thérapeutes ou de préparateurs de plantes — qui assurent se préoccuper de la santé, alors qu’elles s’appuient sur l’aura de la tradition et sur le sentiment patrimonial pour promouvoir des thérapeutes et des traitements qui vont à l’encontre de la santé des populations.

La tentation est grande également, de la part des institutions internationales, des États ou des administrations de sous-traiter avec les associations certaines de leurs responsabilités. On peut alors se demander si par un effet pervers paradoxal, certaines associations ne contribuent pas, par leur succès même, au désengagement des services publics dont elles deviennent les substituts. Loin d’être alors des initiatives citoyennes prises pour répondre à des demandes précises, elles deviennent des agents de transformation du modèle de société. Cet enjeu est-il explicite ? Leurs membres en sont-ils les partenaires ou bien sont-ils conduits dans une direction qu’ils n’auraient pas choisie s’ils l’avaient connue ? Ces questions restent ouvertes. Elles soulignent de toute façon l’ampleur du thème et la nécessité de l’aborder sans entraves.

***

Forces non seulement d’action mais aussi d’organisation de réseaux sociaux, les associations offrent donc  la possibilité d’assurer, même par delà les frontières, des relations qui échappent à la voie officielle. Au delà de leurs capacités d’actions concrètes, elles ont aussi d’autres fonctions : elles sont des exutoires qui canalisent des revendications insatisfaites, et la remise en causes d’équilibres établis.

Notre objectif, en tournant notre attention vers elles, peut sembler d’une ambition trop grande, voire naïve : créer à partir d’un réseau universitaire des liens qui dépassent les frontières du monde des chercheurs, ouvrir une voie qui permette le passage de la population vers ces chercheurs, et finalement faire en sorte que cette synergie profite aux uns et aux autres.

Cependant, quel autre chemin emprunter, si l’on veut cesser de redire les mêmes propos vainement incantatoires sur « la participation des communautés», sur « le respect de la diversité culturelles » sur « l’aide au développement » , sur la « coopération » ?

Haut de page


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *