Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles

Signes d’identité.
Tatouages, piercings et autres marques corporelles.

David LE BRETON

Paris, Métailié 2002, 226 p., 18 euros.

Les jeunes générations sont friandes de ces marques corporelles qui soulèvent nombre de débats dans les instances de la santé public ou troublent les parents : tatouage, piercing, stretching (élargissement du piercing pour y mettre une pièce plus volumineuse), scarifications, cutting (inscription de figures géométriques ou de dessins à l’encre sur la peau sous forme de cicatrices ouvragées grâce au scalpel ou à d’autres instruments tranchants), branding (cicatrice en relief dessinée sur la peau par l’application au fer rouge ou au laser d’un motif), burning (impression sur la peau de d’une brûlure délibérée, rehaussée d’encre ou de pigment), peeling (enlever des surfaces de peau), implants sous cutanés (incrustation de formes en relief sous la peau). En quelques années, ces nouveaux usages ont renversé les anciennes valeurs négatives qui leurs étaient associées. Le corps est investi comme lieu de plaisir dont il faut affirmer qu’il est à soi en le sursignifiant, en le signant, en le prenant en main. David Le Breton analyse les significations de ces marques corporelles dans le contexte de nos sociétés contemporaines en s’appuyant sur une vaste enquête touchant plusieurs centaines de jeunes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *