Le mot de la présidente 2016

Toulouse le 1er janvier 2016.

stéphanie mulotCher-e-s membres et sympathisant-e-s d’Amades,

Alors que nous ouvrons un nouveau chapitre pour Amades en 2016, je souhaite partager avec vous le bilan et les projets de notre association en guise de vœux de prospérité. L’année 2015 s’est terminée avec un bilan constructif de la vie d’Amades et avec l’envie de profiter de 2016 pour voir advenir notre renouveau.

L’année 2015 a pu laisser des souvenirs dramatiques dans de nombreux pays, qu’il s’agisse de l’augmentation des mouvements migratoires dans la Méditerranée, des attaques terroristes qui se sont multipliées dans les pays africains, ou dans une moindre ampleur, en Europe, ou des épidémies, dont celles dues au virus Ebola, ou à celui de la grippe. Dans ce contexte, le recours aux anthropologues, et particulièrement aux anthropologues de la santé paraît plus que jamais indispensable pour mieux comprendre comment les sociétés, les systèmes de soins, les systèmes politiques gèrent et réagissent à ces phénomènes, ou comment les populations, les professionnel-le-s et les personnes vivent de telles épreuves, et élaborent des solidarités ou des oppositions pour faire face aux craintes ressenties. Dans ce contexte tourmenté, Il nous faut penser la façon dont Amades peut proposer une vision politique et engagée de la santé, dont elle peut contribuer aux débats et analyses publics, et peut éventuellement participer à redéfinir le soin et la santé pour tous.

L’association a connu deux développements majeurs en 2015. D’une part, la réalisation du colloque « Ce que guérir veut dire », qui s’est tenu à Dakar, Marseille et Ottawa et qui a réuni plus de cent cinquante personnes, montre le succès permanent des chaleureux colloques d’Amades auprès de plusieurs générations et sur plusieurs continents. D’autre part, l’envol de l’antenne sénégalaise qui a multiplié ses activités, notamment autour des Waxtaanu, du colloque Ebodakar, et du challenge jeune chercheurs, montre l’intérêt pour Amades de se positionner à l’étranger. Ces deux activités importantes doivent leur réussite au dynamisme et à la ténacité de membres perspicaces que je remercie très chaleureusement pour la vitalité qu’ils insufflent à notre association. Je me réjouis de la collaboration avec les collègues d’Ottawa sur qui nous comptons pour l’ouverture d’une antenne canadienne, et je suis heureuse de pouvoir soutenir les propositions d’antennes Amades dans d’autres pays : au Burkina Faso, à Madagascar notamment.

La vie d’Amades à l’étranger montre le succès de l’anthropologie de la santé dans le monde francophone, l’intérêt qu’elle suscite pour les jeunes chercheurs et la place qu’elle mérite dans le débat médical, social et politique. C’est une nécessité pour l’association de soutenir le dynamisme de ces jeunes chercheurs, tout en profitant de leur précieuse énergie et de leur vision pour orienter ses futurs projets. Le développement d’antennes dans le monde témoigne aussi de nouvelles relations entre pays du nord et pays du sud dans les collaborations scientifiques dans le champ de l’anthropologie de la santé. L’épidémie liée au virus Ebola qui a touché principalement les pays de l’ouest africain en 2014 et 2015 l’a prouvé, en soulignant néanmoins que les travaux existants des anthropologues sur la peur de l’épidémie et sa gestion n’avaient pas été suffisamment mobilisés. C’est avec pertinence que, à la demande de membres d’Amades, la revue Anthropologie & Santé, a consacré son dernier numéro à Ebola, sous la coordination d’Anne-Marie Moulin. http://anthropologiesante.revues.org/1884

Une association vit par l’engagement et la disponibilité de ses membres. Le renouvellement du CA, qui a commencé en 2015 et qui se poursuit en 2016, est l’occasion de voir entrer ou revenir de nouveaux membres et de nouvelles propositions. J’ai pu noter avec enthousiasme le retour des médecins et professionnel-le-s de santé dans le CA, et leur présence va nous permettre de revenir sur les engagements d’Amades dans le champ médical et de redéfinir les liens que l’association souhaite tisser et les passerelles qu’elle pourrait développer entre anthropologues et professionnel-le-s de la santé. Nous mettons en place pour cela des journées de réflexions du CA et des membres, notamment le 18 mars à Toulouse (et d’autres sont à venir), afin de travailler concrètement à la collaboration que les professionnel-le-s de santé, les anthropologues (et chercheurs en sciences sociales), et les usagers pourraient élaborer, en utilisant de nouvelles méthodes et techniques de communication et de médiatisation. Il s’agit de se positionner dans la cité et le monde médical, afin de véritablement penser l’engagement des anthropologues dans la santé et dans la cité. Les événements politiques que la France a connus en 2015 nous obligent à penser des actions pour mettre en œuvre un véritable engagement anthropologique.

Comment l’association pourrait-t-elle contribuer à infléchir la manière de concevoir et pratiquer le soin ? Voici une vaste question à laquelle nous devons nous atteler en 2016, et ce d’autant plus que les formations des étudiants dans les universités de médecine reposent de plus en plus sur l’apprentissage et la reproduction des gestes techniques, et moins sur la réflexion autour de la relation de soin. Amades en renforçant au préalable ses activités de diffusion, de débats, de rencontres, de mise en réseau pourra activement relever cette mission.

Amades vit ainsi un tournant de son parcours qui consiste à accueillir une nouvelle équipe, à préciser son identité et à cibler ses activités. Nous avons ainsi dû suspendre momentanément le Bulletin et les Causeries pour concentrer notre énergie sur le colloque et les publications. Le recrutement de nouveaux membres dans l’association et la participation active dans le CA restent donc une priorité.

Je vous invite chaleureusement à nous rejoindre et nous soutenir, notamment pour préparer les autres activités qui nous attendent en 2016 : le prix de thèse, les publications des colloques précédents, la préparation du colloque suivant, qui sera de nouveau multisitué et international, et l’animation de groupes thématiques. Des propositions de groupes sur la santé sexuelle et reproductive, ou sur le handicap ont ainsi émergé. Je m’en réjouis.

Je compte sur vous et votre soutien pour une nouvelle année de réflexions, de maturation, d’engagement, de solidarité, de paix, de recherche, de collaborations internationales et de réussite pour Amades et pour tous ses membres. Et je vous en remercie.

Sincèrement et amadessement vôtre,

Stéphanie Mulot

Présidente d’Amades.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. BILA Blandine dit :

    Bonjour,
    Nous avons au Burkina de nouveaux membres qui voudraient s’inscrire. Quelle est la démarche pour qu’ils aient leurs noms parmi les membres AMADES en ligne?

    • Cyril Farnarier dit :

      Bonjour,
      Les modalités d’adhésion à Amades, même si elles seront peut-être amenées à évoluer dans le courant de cette année 2016, demeurent pour le moment inchangées.
      Les informations sur l’adhésion, se trouvent ici : https://amades.hypotheses.org/credits#adhesion
      Mais peut-être que la question posée n’est pas celle-là…?
      Cordialement
      CF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *