Médecine traditionnelle et « médecine intégrative » à Madagascar : entre décisions internationales et applications locales.

De Pierrine DIDIER

Sous la direction de Bernard CHERUBINI

Thèse en Anthropologie sociale – ethnologie, soutenue le 25 septembre 2015
à l’ Université de Bordeaux

 

Depuis les recommandations de l’OMS de la fin des années 1970, de nombreux pays en Afrique ont mis en place des dynamiques de reconnaissance de la médecine traditionnelle et de ses praticiens. Cette thèse s’intéresse au projet de développement de la « médecine intégrative » à Madagascar, consistant en son intégration au sein du système de soins officiel et conventionnel. Ce projet gouvernemental a pour objectif l’amélioration de la santé des populations et passe par une double évaluation : au niveau social avec l’encadrement des activités des tradipraticiens et au niveau thérapeutique avec la recherche sur les plantes médicinales et le développement de remèdes traditionnels améliorés. Cette recherche est le fruit d’une démarche méthodologique qui s’appuie sur des enquêtes multi-situées, par un terrain de recherche dans la capitale malgache et ses environs et avec l’ethnographie d’une localité rurale de la région Analanjirofo (côte est de Madagascar). Cette approche s’intéresse d’un côté aux tentatives d’applications des décisions politiques en matière d’encadrement de la médecine traditionnelle et de l’autre à la pratique concrète des soins traditionnels ainsi qu’aux comportements individuels et communautaires face à la gestion des maux, des malheurs et de la maladie avec des études de cas approfondies. Cette thèse s’inscrit dans le champ de l’anthropologie de la santé avec une orientation sur les dynamiques politiques et de développement. Un intérêt particulier est porté à la nature de la cohabitation entre praticiens (médecins, guérisseurs) se déclinant d’un simple référencement de patients à une plus rare collaboration. Cette étude met en exergue le décalage pouvant exister entre des décisions gouvernementales et leurs applications locales ainsi que les enjeux sociaux, politiques et économiques qui en résultent.

 

Jury:

Frédéric BAUDUER – Professeur à l’Université de Bordeaux
Sophie BLANCHY – Directrice de recherche, CNRS/Université Paris Ouest Nanterre La Défense, rapporteur
Hervé RAKOTO RAMIARANTSOA – Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne
Ilario ROSSI – Professeur à l’Université de Lausanne, rapporteur

 

Accès au document intégral: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01272691 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *