« Ce qu’il reste de la folie » de J. Lachaise

Parution de film documentaire:

« Ce qu’il reste de la folie »

de Joris Lachaise

Affiche Ce qu'il reste de la folie_internet

Ce documentaire est filmé dans l’hôpital psychiatrique de Thiaroye, héritier de l’hôpital de Fann créé par Henri Collomb. La force du film réside surtout dans sa volonté de ne pas être un documentaire didactique, mais une exploration de l’humain et de ses contradictions. Ainsi, l’auteur a capté l’ambivalence d’une société post-coloniale en laissant la parole aux patients et à leur familles, mais aussi en documentant le travail quotidien des médecins qui tentent de créer des passerelles entre les traitements traditionnels et les traitements occidentaux de la psychiatrie.

Ici la fiche complète du documentaire, avec entretien à l’auteur.

Ici la programmation des projections et des séances spéciales.

Joris Lachaise aborde la pratique cinématographique par le passage entre sa formation en philosophie et le cinéma documentaire. Un « pont » que le cinéaste et ingénieur des ponts-et-chaussées Jean Rouch lui aura permis dʼimaginer. Parallèlement à ses travaux liés à une anthropologie de la mort et à ses questionnements politiques sur le statut des collections dʼethnographie du Musée de lʼHomme, il deviendra cadreur, monteur, et occasionnellement décorateur pour le cinéma. De lʼatelier du taxidermiste aux rituels hétérodoxes de lʼéglise napolitaine, la caméra sera dʼabord un outil dʼarpentage expérimental pour lʼexploration des distances possiblesentre son propre regard et le champ du réel.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *