Entre abondance et rareté: questionner le rapport ambigu de l’Afrique au médicament

Dans le cadre des 4èmes Rencontres des Etudes Africaines

Atelier « Entre abondance et rareté: questionner le rapport ambigu de l’Afrique au médicament »

Mercredi 6 juillet 2016, 14h-30-18h
INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 308

 

 

Présentation de l’atelier :

Cet atelier envisage l’Afrique cosmopolitique sous l’angle du médicament, objet emblématique de son rapport aux politiques internationales de santé d’une part et de son insertion dans le commerce international et le fonctionnement des marchés mondiaux d’autre part. Tandis que sur le continent africain, sont très facilement accessibles, à travers différents circuits (publics, privés, informels), des médicaments pour les maux courants (analgésiques, anti-inflammatoires, vitamines, antibiotiques, etc.) ainsi que ceux pris en charge par des programmes soutenus par des bailleurs internationaux (antipaludiques, antirétroviraux, contraceptifs, etc.), les patients souffrant de certaines affections ou pathologies graves comme le cancer n’ont pas accès à ces thérapies pourtant disponibles et parfois à faible coût ailleurs dans le monde (pour le traitement de l’hépatite B par exemple). Envisagés tantôt par leur omniprésence (nombreux lieux de vente, publicités importantes), tantôt par leur absence, les médicaments sont au cœur de multiples usages, pratiques, désirs ou résistances tenant aux questions de santé comme à celles de l’économie et de la politique.
 
La production pharmaceutique sur le continent africain fait l’objet de polémiques quand à son efficacité et sa rentabilité tout comme est souvent mise en cause la circulation intense des produits pharmaceutiques via différents circuits notamment les circuits informels. Tout aussi variées et complexes, les pratiques de consommation de médicaments mettent en jeu le rapport au monde de l’Afrique par les représentations véhiculées, les usages quotidiens, les espoirs de guérison, les pratiques de survie dans le contexte de systèmes sanitaires effondrés.
 
Cet atelier souhaite interroger le rapport de l’Afrique au médicament à la fois dans sa dimension contemporaine et historique, en tant que mode de gouvernement de la santé publique, comme destination commerciale et cible de programmes de santé globale. L’atelier permettra une discussion autour de la “pharmaceuticalisation” paradoxale de l’Afrique en interrogeant les multiples tensions existant entre des marchandises courantes, objet de multiples promotions versus des biens rares et accessibles sous conditions (être inclus dans un programme de prise en charge).

 

Programme

14h30-16h30 (1) Le rapport ambigu de l’Afrique au médicament pharmaceutique industriel
 
·      Contre les maux, le désir de remèdes. Histoire des usages et des représentations des médicaments à Madagascar, Delphine Burguet, IMAF, Paris 1 Sorbonne
·       La Chine et « la meilleure façon de faire »: la circulation des médicaments à base d’artemisinine aux Comores, Kelley Sams, Centre Norbert Elias, Marseille
·       Les conflits entre la production locale de médicaments en Afrique et l’offre de médicaments des programmes de Santé Globale. L’exemple des mécanismes de subvention des médicaments contre le paludisme au Ghana, Jessica Pourraz, Cermes3, Villejuif
·       Trop de marchands, trop peu de fabricants ! Médicaments et produits pharmaceutiques entre l’Inde et le Kenya, Mathieu Quet, Ceped, IRD, Paris
·       Ambivalences et multiciplicité des usages de médicaments face aux maladies des enfants (Nouakchott, Mauritanie), Hélène Kane, UMI Environnement, Santé , Sociétés, CNRS, Dakar
 
16h45-18h30 (2) Ouverture de cette problématique à d’autres remèdes et produits de santé distribués en Afrique
 
·       Production locale de Combinaisons Therapeutiques à base d’Artemisinine en Côte d’Ivoire : histoire de stratégies commerciales de firmes internationales, d’États et d’entrepreneurs nationaux, Claudie Haxaire, Cermes3, Villejuif
·       L’argile qui guérit : une médecine alternative en Côte d’Ivoire ? Véronique Duchesne, Ceped, Paris Descartes
·       92 grammes de promesses : la diffusion des Aliments Therapeutiques Prêts  a l’Emploi en Afrique entre cadrages et débordements, Jean-François Caremel, Cermes3, Lasdel, Niamey
·       Origine, diffusion et représentations des remèdes à base de plantes médicinales à Madagascar, Pierrine Didier, Université de Bordeaux
·       Rareté et variation des prix de cession des Produits Sanguins Labiles (P.S.L.) au Gabon. Socio-histoire d’un dysfonctionnement, Tonda Mahéba, Iris, EHESS.

 

Plus d’informations: http://reaf2016.sciencesconf.org
 
Organisation: Carine Baxerres, IRD, MERIT, Université Paris Descartes et Fanny Chabrol, Cermes3, Villejuif
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *