Portrait d’un jésuite en anthropologue

Portrait d’un jésuite en anthropologue

Jean BENOIST et Claude PAIRAUL

2001, Paris, Yaoundé, Karthala/presses de l’UCAC , 209 p. ISBN 2-84586-148-6

( Sommaire et textes en ligne )

La première question que pose dans ce livre Jean Benoist à Claude Pairault trace ce que sera leur dialogue, autour d’une vie et d’une œuvre. La disparition accidentelle récente de Claude Pairault ( au cours de l’été 2002) donne encore plus de valeur à ce long témoignage où son engagement africain, sa pensée anthropologique et son itinéraire spirituel se livrent dans une confidence amicale.

«  J.B. Plus que d’autres, tu as vécu au cœur de ce qui rend une biographie précieuse. Tu as parcouru plusieurs pays, et pour cela tu as suivi des voies rares : jésuite et anthropologue, voilà deux vocations tôt affirmées l’une et l’autre, et développées tout au long des années. Pour celui qui te connaît mal, il semble que coexistent là deux biographies. L’une serait celle d’un jeune homme né dans une famille chrétienne, puis ayant accepté une vocation religieuse dont la suite a montré qu’elle était solide et sincère. Il y a engagé toute sa personne, à jamais. Ayant suivi la solide formation des jésuites, il est devenu un prêtre. Son ministère a sans doute été peu tourné vers les masses, mais il n’a jamais placé au second plan cette vie, cette identité religieuse qu’il avait choisie. L’autre est d’abord celle d’un bon élève, qui a fait des études de philo, qui ensuite a obtenu des diplômes à l’Institut d’ethnologie, puis, après un temps de théologie, a complété sa formation anthropologique aux Etats-Unis. Il a ensuite étudié une petite société africaine, longuement, et préparé ainsi une thèse de doctorat. Il est entré au CNRS, puis à l’université, et il a passé de nombreuses années dans plusieurs universités d’Afrique de l’Ouest mais aussi en France, comme professeur de sciences sociales. Après sa retraite d’universitaire, il a continué à faire de la recherche et de l’enseignement…
Deux trajectoires qui pourraient être totalement indépendantes : le prêtre pourrait ne pas être ethnologue, l’ethnologue pourrait ne pas être prêtre. D’où un ensemble de questions que ta vie nous pose.
Pourquoi cet ethnologue-là est-il resté prêtre, alors qu’un certain nombre de gens qui n’étaient que prêtres sont, sur le terrain, devenus ethnologues, au point de quitter leur ministère ? La plupart des grands ethnologues issus de l’Église n’étaient pas initialement de formation ethnologique. Je ne nommerai ici personne, mais ils ne sont devenus ethnologues qu’ensuite, après la révolution intérieure que leur a fait vivre bien souvent la découverte d’autres cultures où ils étaient allés porter l’Évangile. Ils ont pris un virage et vécu des carrières successives. Dans ton cas il semble que se dégage une harmonie entre deux carrières à la fois distinctes et concomitantes.
Pourquoi l’ethnologue, qui n’avait pas besoin, en tant qu’ethnologue, d’être prêtre – ce n’était pas son métier, ce n’étaient pas ses conditions de vie, ce n’était pas la garantie de son avenir (il était fonctionnaire de l’État français) – pourquoi a-t-il continué comme prêtre ? Et, d’autre part, pourquoi le prêtre, si enraciné en lui qu’il a tellement marqué l’homme, n’a-t-il pas, dans un certain nombre de circonstances, laissé tomber cette activité académique quand des exigences plus spécifiques à son état se sont présentées ? Il est rare, j’imagine, qu’une trajectoire soit simple, qu’elle figure un sillon tout droit au long duquel on ne se pose pas des questions qui l’orientent à mesure de sa progression. La tienne résulte sans doute d’une série de décisions cumulatives. Alors, si je vois ces deux itinéraires comme parallèles, est-ce ma vision qui est déformée par une véritable diplopie : je louche en quelque sorte, et je n’arrive pas à superposer ces deux biographies ? Quel courant profond les rassemble ? On ne voit guère dans tes « terrains » une part importante du prêtre. C’est du travail d’ethnologue ; c’est ce qui frappe le milieu ethnologique, et qui fonde ta crédibilité scientifique. Ce n’est pas le terrain de quelqu’un qui veut catéchiser à tout prix, et étudier la langue pour pouvoir traduire la Bible. Ni celui des administrateurs qui faisaient de l’ethnologie pour pouvoir mieux régir une population.
Et le prêtre, comment rencontre-t-il la croyance de l’autre ? Comment concilie-t-il ses propres valeurs de foi, cet absolu de sa foi, avec les exigences de relativisme que porte en elle l’ethnologie ?
A l’arrière-plan de nos entretiens, je souhaite que se profilent ces questions. Bien au-delà de la vie et de l’expérience propres à un individu donné, peut-être éclairerions-nous quelques points importants que chacun de nous vit à sa manière, dans son expérience professionnelle, dans son expérience de vie. Car il y a en chacun de nous des contradictions quand nous rencontrons l’autre, contradiction au sein du double désir de l’accepter pleinement et de demeurer nous-mêmes fidèles à nos propres valeurs. Alors, flux parallèles ou dialectique existentielle ?

C.P. Pour reprendre cette dernière formule, d’apparence sophistiquée, je pense qu’il s’agit pour moi de dialectique existentielle. Dans la mesure où l’observation d’un pareil mouvement peut prêter à diplopie, je vais tenter de préciser son origine. Il est parti d’une foi chrétienne, d’une vocation chez les jésuites. Je dis tout de suite « chez les jésuites », car cette vocation fut pour moi prioritaire. Je suis devenu prêtre comme jésuite. Et je suis entré dans cet ordre religieux pour orienter ma foi chrétienne dans la direction qu’il m’indiquait, c’est-à-dire dans un cheminement axé « vers une plus grande gloire de Dieu »…. »

( Sommaire et textes en ligne )


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *