Les mobiles du développement : Santé maternelle par téléphone portable au Ghana et en Inde.

 

De Marine AL DAHDAH

Sous la direction d’Annabel DESGRÉES DU LOÛ et Cécile MÉADEL

Thèse en Sociologie, soutenue le 20 janvier 2017 à l’Université Paris Descartes (CEPED) de Paris

 

Les programmes qui utilisent le téléphone portable pour améliorer la santé constituent un nouveau secteur de la télésanté appelé mHealth ou mSanté. A travers l’étude d’un programme global de santé maternelle au Ghana et en Inde, la thèse apporte un premier regard sur ces dispositifs. Mobilisant les études sur les sciences et les techniques, la sociologie de la santé, les études d’usages et l’analyse de discours, cette recherche précise les assemblages sociotechniques propres à la mSanté dans le champ biomédical mondialisé et analyse les conséquences des technologies mobiles sur la prise en charge et la santé des femmes ciblées.

La thèse explore le modèle de « développement numérique » promu par la mSanté, qui établit une relation particulière aux savoirs et à la science et intègre l’expansion des technologies numériques d’une part et de leurs marchés d’autre part comme source de progrès et de croissance pour les Suds. La thèse montre que ce modèle techniciste et mercantile du développement déplace des inégalités Nord-Sud et reconduit des logiques impérialistes. La thèse analyse ensuite la place de l’information et des données de santé dans ces projets. Présenté comme le moyen principal de combattre la mortalité prématurée et de maintenir en bonne santé les populations, la responsabilisation du patient couplée au pilotage de la santé par les données numériques caractérise le dispositif étudié. L’enquête montre que le soin ne peut être entièrement capturé par des techniques d’encodage et de transmission et que le dispositif technique dégrade les relations interpersonnelles indispensables au  soin. Enfin, la thèse examine les rapports de pouvoir multiples dans lesquels s’inscrit la mSanté. Les acteurs de la mSanté déploient des programmes ciblant les femmes et entendent compenser des inégalités de genre grâce au téléphone portable, considéré comme un outil d’empowerment. L’enquête multi-située montre comment le dispositif technique renforce, compense et transforme des inégalités de manière différente selon son contexte d’insertion.

 

Accès au document intégral: contacter l’autrice à l’dresse marine.aldahdah@ceped.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *