Journée d’études: SE DROGUER POUR LE PLAISIR

Journée d’études:

SE DROGUER POUR LE PLAISIR

avec Sandro Cattacin

Jeudi 09 février 2017 – 17:0020:00
EHESS (Amphithéâtre François Furet) -105, boulevard Raspail -75006 Paris

Organisé par le :  Centre de recherches historiques – CRH
Contact(s): vuckovic@ehess.fr

schermata-2017-02-07-alle-15-07-12

Se droguer pour le plaisir paraît être une évidence parmi les autres motivations (stimulantes, sédatives, psychédéliques) poussant à la consommation de psychotropes. Pourtant si de plus en plus de pays ont légalisé l’usage du cannabis thérapeutique et certains ont admis son usage récréatif, le droit de consommer une drogue pour en tirer du plaisir a encore du mal à être accepté par nos sociétés. Comme si le tabou qui avait pesé pendant des siècles sur les plaisirs sexuels, l’homosexualité en particulier, était aujourd’hui calqué sur les dites drogues.

Page de la journée d’études en ligne sur le site de l’EHESS

Bibliographie choisie de l’intervenant sur les drogues:

  • DOMENIG, Dagmar, CATTACIN, Sandro, « Les drogues sont-elles dangereuses? Estimations de la dangerosité des substances psychoactives »,Sociograph – Sociological Research, N°22b. Genève : Université de Genève, 2015.
  • PHILIBERT, Anne, CATTACIN, Sandro, « Un lieu pour penser l’addiction. Évaluation de l’Académie des Dépendances », Sociograph – Sociological Research, N°18th ed. Genève : Université de Genève, 2015.
  • LUCAS, Barbara, CATTACIN, Sandro, « Politique en matière de drogue : une analyse relationnelle », Déviance et Société, 1999, vol. 23, n° 2, p. 149-164.

 

Sandro Cattacin est sociologue, professeur à l’Université de Genève, directeur de l’Institut de Recherches sociologiques, membre d’Addictions Suisse. Il a étudié l’histoire économique, les sciences politiques et la philosophie à l’université de Zurich. En 1992, il obtient un doctorat de sciences politiques et sociales à l’université de Florence. Il enseigne à l’étranger (Italie et Ecosse) avant d’obtenir un poste de professeur de sociologie à l’université de Genève où il dispense des cours sur les politiques sociales, l’histoire de la pensée sociale et les méthodes d’évaluation des politiques publiques. Ses recherches portent principalement sur les politiques sanitaires et sociales liées aux drogues et aux addictions, l’urbanisme, les migrants et la santé en contexte de migration.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *