Ce que la dépendance fait au métier d’infirmière libérale. Ethnographie d’une épreuve de professionnalité.

De Véronique FEYFANT

Sous la direction de François SICOT

Thèse en Sociologie, soutenue le 9 décembre 2016 à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès

 

Depuis le début des années 2000, la législation française autorise les infirmières libérales à décider quels professionnels prodigueront les soins de continuité de la vie à des personnes dépendantes vivant à domicile. Elles doivent juger si la situation d’une personne relève d’un soin infirmier ou d’une intervention sociale. À partir d’une enquête ethnographique mobilisant des entretiens semi-directifs, des observations de professionnelles en situation de travail, et des écrits professionnels, la thèse analyse en quoi le fait de travailler auprès des personnes dépendantes recompose le métier d’infirmière libérale.

Nous contribuons à une sociologie des groupes professionnels à double titre.

D’une part, l’étude d’un métier modeste exercé avec un statut libéral nous apprend que le statut  apparaît comme un élément essentiel de la professionnalité de ce métier en autorisant (partiellement) les infirmières  à autodéterminer le contenu, la finalité et les moyens de leur activité professionnelle.

D’autre part, nous montrons que le contexte d’exercice auprès des personnes dépendantes (travailler avec des professionnels du social, dans des domiciles, auprès de personnes avec qui la relation s’envisage sur le long terme) constitue une épreuve de professionnalité pour les infirmières libérales. L’autodétermination du travail infirmier libéral est éprouvée par le jeu interactionnel qui se déroule entre les travailleurs du sanitaire et ceux du social. Entre eux se crée un nouvel espace dans lequel nous observons, entre autres, des échanges de sale boulot, un abandon de modèles de pensée infirmiers au profit de lignes de conduite observées dans le travail social, ou encore une façon toute infirmière de considérer la dépendance qui devient situationnelle. Cette thèse  montre une dynamique de profession « en situation » qui conduit à une ouverture du métier d’infirmière libérale vers les métiers du social.

 

Accès au document intégral: contacter l’autrice à l’adresse veronique-feyfant@orange.fr

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *