Lauréate (ex-aequo avec Hélène Kane) du prix de thèse AMADES 2016: Noémie Merleau Ponty

On félicite Noémie Merleau Ponty, lauréate du prix de thèse AMADES 2016 (ex-aequo avec Hélène Kane)

pour sa thèse d’anthropologie sociale et ethnologie intitulée :

« Cultures humaines in vitro.
Ethnographie comparée de laboratoires
(Inde/ France) »

EHESS, Paris, 2015,

sous la direction de Enric Porquerez I Gene et René Frydman.

En Inde et en France, cette thèse s’intéresse aux connections entre la fécondation in vitro et la recherche sur les cellules souches, à ce qui lie la médecine reproductive avec la médecine régénérative en pleine construction. Comment transforme-t-on des enfants potentiels en matériaux de recherche ? Pour répondre à cette question, Noémie Merleau-Ponty a suivi le quotidien des biologistes qui conçoivent des embryons humains dans des cliniques de fertilité ou expérimentent sur leurs cellules souches dans des instituts de recherche. Par-delà le partage entre l’Occident et le reste du monde, ce travail explore les manières dont une science globale coopère avec des contextes locaux dans lesquels l’existence humaine s’incarne selon des logiques variées. Les laboratoires apparaissent comme des espaces poreux où les techniques sont le fruit de relations opératoires entre des biologistes, des patients, des cellules et des souris, des lois, des débats bioéthiques, des histoires nationales et des réalités économiques. Dans ces lieux où la science biologique est en action, dans ces cultures humaines in vitro, l’anthropologie donne à penser des vies qui ne se réduisent par à leur explication moléculaire. Dans ces laboratoires, la vie n’est pas que biologie.

La thèse de Noémie Merleau-Ponty offre une double anthropologie comparative de la manipulation et de la production du vivant à travers ce qu’elle nomme la « conception assistée ». Une double comparaison entre la France et l’Inde, mais aussi entre la recherche fondamentale et les laboratoires de conception assistée qui s’avère particulièrement riche mais aussi efficace pour éclairer les modalités selon lesquelles l’homme manipule et produit le vivant dans différents univers sociaux. En considérant ces « laboratoires comme des sites techniques implantés concrètement dans des localités qui les irriguent » (p. 71), le cœur de son projet est de réinterroger l’épistémologie naturaliste scientifique.

Il faut alors souligner la finesse d’analyse de N. Merleau-Ponty sur une multitudes de niveaux (que ce soit par la description des espaces ou des gestes techniques, l’attention portée aux actions, par le portrait des acteurs, la prise en considération du contexte historique, anthropologique, « cosmologiques », légal et politique, etc.), soutenue par une écriture stimulante et une forte réflexivité (cf. par ex. annexe 6). En résulte un travail remarquable, riche, et innovant conceptuellement. Je tiens alors à souligner la profondeur et l’extrême maturité de la réflexion théorique et de l’élaboration conceptuelle (cf. le chapitre 2 ou les concepts de « somatotechnie », « relation opératoire », etc.) d’un travail qui mobilise et relie dans une perspective féconde et aussi bien l’anthropologie de la parenté, que l’anthropologie de la santé, l’anthropologie des sciences et des techniques ou l’anthropologie de la nature, allant des travaux les plus classiques jusqu’à nos contemporains. Un travail qui in fine propose rien de moins que de construire un espace d’interrogation interdisciplinaire et programmatique pour une anthropologie du vivant et de la vie.

Noémie Merleau-Ponty, poursuivant ses recherches sur les enjeux anthropologiques de la biologie reproductive, est aujourd’hui associée de recherche à l’université de Cambridge dans le groupe de recherche de sociologie de la reproduction (ReproSoc). Elle y développe un projet collaboratif avec Prof. Sarah Franklin, directrice de ReproSoc, et Karen Jent, doctorante. À l’aide des outils des sciences sociales, « Life in Translation » explore l’emphase contemporaine des biosciences sur leurs applications médicales (recherche dite ‘translationnelle’) et les enjeux interdisciplinaires qu’elles engagent.

http://www.reprosoc.sociology.cam.ac.uk/directory/noemie-

http://www.reprosoc.sociology.cam.ac.uk/projects/life-in-translation

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *