Lauréate (ex-aequo avec Noémie Merleau Ponty) du prix de thèse AMADES 2016 : Hélène Kane

On félicite Hélène Kane lauréate du prix de thèse AMADES 2016 (ex aequo avec Noémie Merleau Ponty),

pour sa thèse d’anthropologie sociale et ethnologie intitulée :

« Négocier la guérison du petit malade.

 Configurations d’enfance et accessibilité des soins à Nouakchott (Mauritanie) »

EHESS, Marseille, 2015,

sous la direction de Yannick Jaffré.

Le jury a ainsi motivé son choix :

Partant d’une question de santé publique (la survie et la santé de l’enfant à Nouakchott-Mauritanie), Hélène Kane a su construire un objet anthropologique visant à saisir la complexité des « trajectoires de maladie » des enfants malades et les nombreux enjeux auxquelles elles sont articulées : configurations familiales, espaces thérapeutiques, contextes relationnels, relations professionnelles au sein de l’univers hospitalier, identité… Chacune de ces thématiques est finement analysée afin de rendre compte de la complexité des décisions opérées en termes de recours aux soins et de l’ « accessibilité aux soins ». Les choix méthodologiques et théoriques sont justifiés. Le travail se situe à l’intersection de l’anthropologie de la santé et de l’enfance. La littérature anthropologique sur ces deux champs est parfaitement maîtrisée et mobilisée à bon escient.

Afin d’appréhender les parcours de soins des petits malades, Hélène Kane a réalisé une riche ethnographie au sein de l’hôpital (observations des soins pédiatriques), en ville (enquête sur les offres de soins biomédicales et informelles) et dans les familles (suivi d’une vingtaine d’enfants malades, dont 10 atteints de maladies chroniques, et de leur famille, et entretiens auprès de grands-mères), recueillant de très belles études de cas. L’une des originalités de cette recherche travail est qu’elle place la parole de l’enfant au cœur de l’analyse.

L’une des qualités de la thèse réside dans l’exercice de réflexivité produit par Hélène Kane, qui prend soin de décrypter sa position sur le terrain et ses relations aux enquêtés, notamment aux enfants. Sa réflexivité dépasse largement ce qu’on peut écrire dans un cahier de terrain. Elle a une vraie pensée sur les interactions engendrées par son statut, son genre, son âge… L’auteure témoigne ainsi d’une grande sensibilité à l’Autre mais aussi une capacité rapide de compréhension des situations. A la lecture, on le sentiment qu’elle analyse très vite, sur place, sans attendre des mois d’écriture, les situations d’observation. L’écriture lui permet une analyse intellectuelle plus approfondie en relation avec des cadres théoriques. Elle fonde son analyse, également, sur de nombreuses lectures et son état des lieux de l’anthropologie de l’enfance en témoigne. Ces capacités d’objectivation et de conceptualisation ont permis à Hélène Kane de dégager les « configurations d’enfance » qui dessinent les possibilités d’accéder aux soins ou non. Elle s’inscrit véritablement dans la lignée des anthropologues de l’enfance.

La principale innovation du travail d’ Hélène Kane est dans le choix du sujet : l’enfant en milieu hospitalier. Peu de recherches en Afrique subsaharienne ont porté sur ce sujet. Son travail analyse la perception qu’ont les parents des structures hospitalières (méfiance, vison d’un système désorganisé, critique sur les coûts), les difficultés des professionnels de santé. Elle ne tombe jamais dans le travers d’une analyse dénonciatrice binaire, mais mesure plutôt les négociations (médicales, sociales, relationnelles) auxquelles sont confrontées les uns et les autres. Le cadre théorique de la « négociation » est le plus original. Il permet de s’émanciper d’une analyse plus ancienne en termes d’ « itinéraires thérapeutiques », souvent associée à une vision faussement linéaire du soin, et peu dynamique.

Enfin, Hélène Kane inscrit son travail dans le courant de « l’enfant-acteur » et explore les différentes sphères sociales des enfants. Elle fait ainsi valoir les différences sociales des enfants dans cette ville mauritanienne, et la grande précarité de certaines familles qui ne parviennent pas à prendre en charge leurs enfants malades. Ce travail montre la difficulté pour les enfants d’exprimer leurs maux, leurs souffrances, leurs douleurs. Elle confirme les résultats de travaux plus anciens sur l’importance de la place de l’enfant dans la famille au niveau de sa prise en charge.

Hélène Kane montre que la situation des femmes mauritaniennes (avec l’éclatement de certains ménages) conduit nombre d’entre elles à supporter encore davantage qu’autrefois la prise en charge des enfants malades. Elle fait aussi valoir l’affaiblissement du rôle des grand-mères en période périnatale (recul des massages, des recours aux guérisseurs).

Cette thèse est la première thèse en anthropologie de la santé sur la Mauritanie, et l’une des premières à analyser les parcours d’enfants malades en Afrique de l’ouest. Un autre aspect innovant a été de s’inspirer de courants géographiques sur la perception subjective des espaces thérapeutiques (« therapeutic landscapes »). La thèse souligne l’apport heuristique de croiser anthropologie et géographie de la santé afin de mieux comprendre les dynamiques de recours aux soins, les familiarités spatiales et la construction d’inégalités sociales et territoriales de santé : pourquoi certains enfants, par exemple, n’accèdent pas à une offre de soins médicaux pourtant tout proche. Par ailleurs, si la thèse s’intéresse à des aspects classiques en anthropologie de la santé, tels que les « catégories nosologiques populaires », elle souligne aussi le caractère dynamique de ces catégories qui se transforment au gré des contacts avec les acteurs de santé ou les campagnes de sensibilisation.

Les données empiriques sur lesquelles repose cette recherche s’inscrivent à la fois au cœur de configurations sanitaires et sociales qui structurent l’expérience de la maladie chez l’enfant mauritanien et au cœur du soin. Il concerne un enjeu de santé publique de premier importance au niveau national et international et il apporte des connaissances concrètes et encore insuffisantes sur les logiques sociales, familiales, spatiales, économiques d’accessibilité aux soins des enfants. En cela, il permet de comprendre pourquoi certains enfants n’accèdent pas aux soins alors que les services de pédiatrie de Nouakchott enregistrent un faible taux de remplissage. Il offre également une réflexion sur les effets des campagnes de sensibilisation (qui produisent des savoirs métis sur les maladies, parfois éloignés des messages initiaux) et sur l’échec de certaines mesures de santé publique, comme la gratuité des soins. Ce travail apporte donc des pistes concrètes pour élaborer des politiques de santé mieux adaptées, comme les approches globales de « promotion de la santé » ou encore les dispositifs de mutualisation et de tarifications forfaitaires.

Ce travail sera sans nul doute très stimulant pour des professionnels de la santé car il ne tente pas de les culpabiliser mais plutôt de révéler les difficultés rencontrées et les violences institutionnelles auxquelles sont confrontées les familles. Cette recherche pointe également la place des femmes mauritaniennes, avec une analyse transposable dans d’autres pays d’Afrique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *