Offre de contrat post-doctoral en sociologie ou anthropologie sur les pratiques alimentaires des consommateurs et leurs impacts sur les risques sanitaires

 

Contexte –

Le contrat post doctoral s’inscrit dans le projet européen « SafeconsumE » du programme H2020. Ce projet pluri-disciplinaire est coordonné par l’institut de recherche « Nofima » en Norvège et implique 32 partenaires dont la France. Le projet étudiera les habitudes de préparations alimentaires en Europe en lien avec la sécurité sanitaire des aliments. Il a pour objectif final de réduire les risques de contamination microbiennes via des changements de pratiques des consommateurs, grâce à une panoplie d’outils et de produits, de stratégies de communication, d’éducation et une politique de sécurité sanitaire des aliments.

L’OMS estime à 23 millions d’intoxications et 5000 décès tous les ans en Europe liés aux bactéries, parasites, toxines et allergènes. Près de 40% des contaminations alimentaires sont domestiques, liées à des pratiques à risque chez le consommateur. De nouvelles stratégies sont nécessaires pour que la communauté scientifique, les autorités et les acteurs du marché aident le consommateur à réduire ces risques.

L’hypothèse de safeconsumE est que le comportement du consommateur, de l’achat à la consommation du produit, est à la fois le problème et la solution. Le comportement du consommateur est défini ici comme l’ensemble des actions jouant sur le risque d’infection à tous les stades entre l’achat et la consommation. Comme les stratégies existantes pour modifier le comportement du consommateur afin de réduire les risques sanitaires échouent, le projet vise à combiner des méthodologies et paradigmes issus des sciences sociales (ex : basés sur la théorie du comportement planifié) et des sciences de la vie (ex : basés sur des modèles bactériens) avec une approche plus large.

Le lien causal entre comportement et risque sanitaire sera caractérisé dans le projet SafeconsumE par une approche transdisciplinaire incluant les sciences sociales, la microbiologie et une méthode améliorée d’évaluation du risque.

Objectif –

L’objectif du projet post doctoral est de qualifier les pratiques alimentaires des consommateurs et d’identifier les pratiques pouvant conduire à des risques sanitaires. Les pratiques alimentaires étudiées concernent toutes les étapes la vie de l’aliment, dès qu’il est entre les mains du consommateur (achat, transport, stockage, préparation et consommation), intégrant également les différents acteurs impliqués à tous les stades. L’analyse sociologique compréhensive devra permettre d’interpréter les rapports au risque sanitaire des différents acteurs de ce dispositif alimentaire et les conditions sociales de la transformation des pratiques  alimentaires permettant une réduction des risques sanitaires.

Programme de travail –

Le projet est basé sur l’association d’approches en sciences sociales, incluant des entretiens semi-directifs, des enquêtes, des observations avec des enregistrements vidéo, avec des approches en hygiène des aliments incluant l’identification des étapes critiques pour la maîtrise des risques sanitaires dans les pratiques des consommateurs.

Dans une deuxième partie, la méthodologie sera appliquée dans une étude détaillée portant sur 15 ménages en France, en coordination avec les partenaires du projet européens qui réaliseront la même étude dans leurs pays respectifs. Les populations considérées seront à risque sur le plan de la sensibilité au risque d’intoxication alimentaire, (sensibilité effective et documentée aux pathogènes retenus dans le projet).

La recherche devra qualifier des dispositifs alimentaires au sein des ménages, en prêtant une attention particulière à chaque étape de la vie de l’aliment :  il est notamment prévu de s’intéresser aux aliments choisis, aux rôles tenus par les différents acteurs de ces dispositifs alimentaires, aux savoirs faire et compétences mis en jeu pour la prévention des risques sanitaires, aux croyances et connaissances qu’ils mobilisent, à la façon dont ces connaissances et croyances se construisent et sont ou non mises en discussion au sein du dispositif, ainsi qu’aux équipements, produits, procédures qu’ils mettent en pratique. Les résultats du projet permettront d’élaborer des propositions pour améliorer la sécurité sanitaire des pratiques alimentaires.

Dans une troisième partie, un questionnaire destiné à une enquête à grande échelle en Europe, mais prenant en compte les éventuelles spécificités propres à chaque pays, sera mis au point collectivement avec les autres partenaires européens. Ce questionnaire doit permettre de collecter des indicateurs contribuant favorablement ou défavorablement à la sécurité sanitaire des pratiques alimentaires des consommateurs. L’enquête elle-même sera réalisée et exploitée par d’autres partenaires.

Lieu de travail –

Le post doctorant  sera basé à l’ESA d’Angers, dans le laboratoire GRAPPE, et le projet réalisé en collaboration avec l’INRA d’Avignon, Unité SQPOV.

Durée

2 ans.

Date de démarrage anticipée –

1er juin 2017

Compétences et formation souhaitées-

Doctorat en sociologie et/ou anthropologie. Expérience en enquêtes sur le terrain.

Contacts

Laboratoire Grappe : Isabelle MAITRE, 02 41 23 55 55, i.maitre@groupe-esa.com

Unité SQPOV : Christophe NGUYEN-THE, 04 32 72 25 21, Christophe.nguyen-the@inra.fr

 

Sites web des laboratoires  –

http://www.groupe-esa.com/unite-sous-contrat-agroalimentaire-sur-les-produits-et-les-procedes-grappe–224.kjsp

http://www6.paca.inra.fr/sqpov


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *