Appel à contribution – Les maladies chroniques aux Suds : expériences, savoirs et politiques aux marges de la santé globale

Un numéro de la revue Émulations. Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales, qui paraîtra fin 2018 aux Presses universitaires de Louvain, sera consacré au thème « Les maladies chroniques aux Suds : expériences, savoirs et politiques aux marges de la santé globale », sous la direction de Marie-Cécile Frieden (Université de Neuchâtel), Nils Graber (CERMES 3, EHESS) et Meriem M’Zoughi (LADEC, Université Lyon2).

Exposition de la problématique

Ce numéro thématique interroge le phénomène social particulier qu’est la maladie chronique en prenant en considération des contextes extrêmement variés. Il ne s’agit pas d’un « sud » considéré comme homogène, mais de situations qui sont traversées par des contextes et des enjeux diversifiés qu’il sera nécessaire de préciser afin de comprendre en quoi et comment le statut « négligé » des maladies chroniques affecte les sujets malades. L’objectif est d’appréhender les formes et temporalités de la maladie chronique en partant du constat d’une certaine « négligence » dans l’agenda de la santé globale, impliquant des manques d’infrastructures, de savoirs et de visibilité. Tout en interrogeant les formes et effets de cette « négligence », nous voulons apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : que signifie avoir une pathologie chronique dans un pays du Sud ? Comment se définit et se construit la chronicité dans ces contextes diversifiés ? Comment les savoirs biomédicaux sontils mobilisés, appropriés voire transformés dans des contextes locaux, et articulés aux savoirs profanes ? Quels paysages thérapeutiques ces pays offrent-ils ? Comment les ethnographies de situations sociales aux Suds (ré)interrogent-elles des concepts validés au Nord concernant le soin et la chronicité ? Qui sont les acteurs de la santé internationale qui oeuvrent à la prise en charge de ces pathologies et comment contribuent-ils à produire ou à diminuer leur dimension « négligée » ? Pour répondre à ces questions, les contributions devront situer leur objet de recherche par rapport à la question de la « négligence » pour s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants :

  1. l’expérience de la chronicité du point de vue des temporalités de la maladie et des différents parcours de soins ;
  2. les institutions de prises en charge des maladies chroniques et les savoirs mobilisés. L’articulation entre les divers niveaux de savoirs et de pratiques, en particulier entre les savoirs biomédicaux, considérés comme des savoirs globaux et transnationaux, et des savoirs locaux (« traditionnels ») contextualisés ;
  3. les acteurs de la « santé globale » qui contribuent à produire ou à dépasser la « négligence » des interventions et programmes autour des maladies chroniques non-transmissibles.

Les contributions, s’inscrivant avant tout dans les disciplines des sciences sociales, voire dans le domaine de la santé publique, aborderont les terrains des maladies chroniques dans les Suds, où les enjeux globaux sont produits et actualisés. Les propositions s’appuyant sur des approches compréhensives et ethnographiques seront favorisées. Tout en s’inscrivant dans un ou plusieurs des trois niveaux structurels que sont les politiques de la santé globale, les dispositifs nationaux et les situations locales, l’attention sera portée aux circulations des normes et des pratiques, et à leurs points d’ancrage dans des contextes spécifiques. Il s’agira, d’une part, d’interroger l’hypothèse du caractère « négligé » de ces pathologies et, d’autre part, de comparer ces dispositifs selon les niveaux où les enjeux globaux des maladies chroniques sont produits et actualisés.

Calendrier

1er juin 2017 : date limite pour l’envoi des propositions d’articles

1er juillet 2017 : envoi des retours aux auteurs

1er décembre 2017 : envoi des manuscrits V1 (25 000 – 30 000 signes)

1er février 2018 : retour des évaluations vers les auteur·e·s

1er avril 2018 : envoi des manuscrits V2

15 mai 2018 : retour des évaluations vers les auteur·e·s

1er juillet 2018 : envoi de la dernière version des manuscrits à la revue

Novembre 2018 : publication du numéro

Les propositions de contribution se feront sous la forme d’un texte de 750 à 1000 mots. Elles comporteront un titre, cinq mots-clés et une brève présentation de l’auteur·e. Elles sont à envoyer par courriel avant le 1er juin 2017 aux quatre adresses suivantes : mariececile.frieden@unine.ch ; grabernils@gmail.com ; Meriem.M-Zoughi@univ-lyon2.fr redac@revue-emulations.net.

Le texte complet de l’appel avec plus des renseignements est disponible en ligne: Appel 2017 – Maladies chroniques aux suds


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *