La fabrique du sujet vulnérable : étude sur l’expérience du cancer de la prostate

De Louis BRAVERMAN

Sous la direction de Philippe BATAILLE

Thèse en Sociologie, soutenue le 19 Juin 2017, à L’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris

 

Cette recherche propose d’étudier l’expérience du cancer de la prostate. Elle a pour objectif de documenter le vécu et la prise en charge de cette maladie à partir d’une sociologie qui entre dans la fabrique des sujets. Dans quelle mesure les hommes atteints d’un cancer de la prostate et leur entourage peuvent-ils produire de nouvelles formes de subjectivités compte tenu de la vulnérabilité à laquelle ils sont exposés ? Pour répondre à cette question, l’enquête repose principalement sur l’articulation d’observations ethnographiques réalisées pendant une durée de cinq mois au sein de quatre hôpitaux publics avec un corpus de 70 entretiens semi-directifs conduits auprès de patient·e·s, de proches et de professionnel·le·s de santé. L’adoption d’un regard socio-historique permet tout d’abord de mettre en évidence le caractère situé des subjectivités et ouvre la voie à une analyse des modes de subjectivation à l’ère de la biomédecine. L’expérience du cancer de la prostate est ensuite décrite à travers une analyse de son imbrication avec les pratiques et les savoirs biomédicaux. Enfin, les bouleversements du cancer de la prostate au-delà des mondes du soin sont également abordés. Outre les apports de cette thèse à la sociologie du cancer et aux études sur les masculinités, la conclusion met la focale sur sa contribution à l’étude du sujet vulnérable.

 

Accès au document intégral: contacteur l’auteur à l’adresse louis.braverman@gmail.com

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *