Parution de livre: « LA NANOSANTÉ. La médecine à l’heure des nanotechnologies »

de MATHIEU NOURY

14 x 21 cm
164 pages
978-2-89578-568-2
18 €

 

En librairie à partir du 11 septembre 2017

Après la révolution génétique, la nouvelle révolution en médecine est celle des nanotechnologies. « Médecine du futur », « futur des soins de santé », « révolution médicale », les expressions abondent pour qualifier la nanomédecine.
La nanomédecine n’est pas simplement un nouveau domaine biomédical qui viendrait se greffer à ceux déjà existants. Elle est
porteuse d’un nouveau paradigme biomédical qui promeut une conception technoscientifique de la santé, une bio-ingénierie, qui regroupe sous le préfixe nano l’ensemble des grandes tendances actuelles de la recherche en santé. Centré sur le développement d’innovations visant la maîtrise technique du développement biologique, ce nouveau paradigme s’impose largement grâce au soutien des États et aux promesses économiques qui l’accompagnent. Ainsi, l’Europe a accordé 1,3 milliard d’euros pour la recherche et le développement des nanotechnologies pendant la période 2002-2006.
Détecter et traiter les maladies avant l’apparition des premiers symptômes, livrer précisément des médicaments dans les recoins les plus éloignés du corps, diriger des nanoparticules par la lumière dans l’organisme, régénérer des tissus malades et vieillissants, etc. : la nanomédecine bouscule notre compréhension de la médecine et nous fait entrer de plain-pied dans l’ère de la nanosanté. Étroitement liée au néolibéralisme, elle ne vise plus à changer le monde, mais bien à perfectionner le corps humain afin de le rendre plus performant. Cet ouvrage propose une lecture sociologique de cette révolution médicale.

TABLE DES MATIÈRES

Préface de Céline Lafontaine (Université de Montréal)
1. Une fuite vers le futur
2. Transversalité
3. Amélioration
4. Un modèle global
5. Les implications du modèle bioéconomique émergent
Conclusion

 

Mathieu Noury détient un doctorat en sociologie et philosophie, réalisé en cotutelle à l’Université de Montréal et à l’Université Paris-Ouest Nanterre. S’inscrivant à la croisée des Science and Technology Studies (STS) et de la sociologie de la santé, ses recherches ont principalement porté sur les transformations sociales et culturelles liées aux nouvelles technologies biomédicales et, particulièrement, aux nanotechnologies. Il a notamment publié en 2007 L’art à l’ère des biotechnologies.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *