Le gouvernement des conduites juvéniles populaires. Prévenir les addictions en milieu scolaire dans un département rural du Sud-Oues

De Yohan SELPONI

Sous la direction Nicolas RENAHY

Thèse en Sociologie, soutenue le 6 octobre 2017 à l’Université de Bourgogne Franche-Comté

 

A travers une analyse localisée, il est montré dans quelle mesure, du coté des intervenants et des élèves, les appropriations des actions publiques préventives contribuent au gouvernement des conduites juvéniles populaires et genrées par la construction de manières conformes et déviantes de consommer des produits.

La structuration de l’espace de la prévention dans le département est abordée dans une première partie consacrée à l’étude du travail des infirmières scolaires, des gendarmes et des salariés d’associations gérant des centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa). Comment ces agents concilient-t-ils la réalisation de tâches préventives avec des modes d’occupation du métier considérés comme légitimes dans leurs espaces d’appartenance respectifs ? L’intérêt des agents à intervenir à l’école, leur légitimité pour le faire et les fonctions institutionnelles sur lesquelles reposent leurs actions sont des constructions sociales indissociables. Les actions préventives sont ainsi susceptibles d’être construites comme une gestion sanitaire de l’éducation des élèves (infirmières scolaires), une forme de proximité et d’enquête auprès de civils (gendarmes), et une forme de travail social (membres de Csapa).

Dans un second temps, il est montré que l’organisation, les investissements et les appropriations des actions préventives en classe contribuent, à la fois à une certaine remise en cause du principe de « prévention des addictions » chez les « jeunes » tout en reproduisant des manières de penser la réalité au fondement de la position dominée des élèves des classes populaire à l’école et dans le monde social. Manières d’être et de penser reposant sur un ensemble d’oppositions : entre conduites déviantes et conformes, entre jeunes et adultes, entre formations professionnelles et générales, entre chahut et ordre, entre mauvais et bons élèves, entre garçons et filles.

 

Accès au document intégral: contacter l’auteur à l’adresse yohan.selponi@laposte.net

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *