Conférence-débat: « Quel rôle pour les usagers ? »

Jeudi 7 décembre 2017 à 9H30
à L’ESPE (ancien IUFM)
63 La Canebière 13001 Marseille

Au cours de ce rencontre du cycle:
« Santé mentale dans la cité, rencontres et débats 2017-2018 » (ci-joint le programme),
la place du patient de la psychiatrie en France sera discutée par ERWAN AUTES (
Doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon)

« Les politiques de santé mentale valorisent désormais l’égalité entre acteurs de la psychiatrie et visent l’autonomie alors même que les inégalités sociales, notamment de santé, se renforcent, et que les attentes sécuritaires deviennent une évidence. Pour comprendre ces paradoxes, une socio-histoire de la place du patient de la psychiatrie en France et un travail de terrain montrent comment les normes et les valeurs héritées de l’aliénisme et de l’hygiénisme continuent de peser sur les acteurs, malgré les intentions et les discours de réforme du système et d’empowerment des patients »

 

L’entrée est libre et gratuite, les inscriptions se font par mail à : confsantementale.incitta@gmail.com

 

L’événement est organisé par l’association inCittà, dans le cadre  d’un partenariat entre: le Conseil d’Orientation en Santé Mentale de la ville de Marseille (COSM), l’Atelier Santé Ville (ASV) Marseille santé mentale, le GCSMS (Groupement de coopération sociale et médico-social en santé mentale et habitat), le Réseau Santé Mentale et Logement (RSML).

 

L’association inCittà organise depuis 2013 des temps de rencontre et de débat autour de questions de santé mentale telles qu’elles se posent aujourd’hui dans la société. En 2016 nous avons travaillé sur la notion même de santé mentale, sur ce qu’on entend par ce terme en France et ailleurs. Plusieurs aspects sont apparus concernant la définition de santé mentale. Santé mentale signifierait à la fois :

Le Développement d’une lecture particulière de la société où l’épanouissement individuel, et le « bonheur » deviendraient des critères d’une « bonne santé mentale ».

La sortie du modèle de la psychiatrie médicale pour aller vers la « promotion de la santé » (Elargissement du champ par l’inclusion des acteurs hétérogènes, psychiatrie « citoyenne »). Ce mouvement interroge les rapports psychiatrie-maladie et la notion même de maladie. Il s’agit de déconstruire le rapport de pouvoir entre le psychiatre et le patient, de donner du « pouvoir » à l’usager-citoyen (empowerment des usagers).

La prise en compte de la souffrance psychique d’origine sociale (Élargissement du champ par l’inclusion de formes de souffrances psychiques qui ne se situent pas forcement du côté pathologique, « infiltration » du langage « psy » dans le champ social.)

Même si ces trois définitions de la notion diffèrent, on remarque qu’elles tendent malgré tout, vers une lecture ou prise en charge individuelle de la maladie mentale ou des souffrances psychiques dites ‘d’origine sociale’.

Comment l’émergence de la catégorie d’usager interroge les liens entre la personne (citoyenneté) et le groupe qu’elle représente ? En quoi l’individualisation des politiques sociales par l’injonction à l’« autonomie » transforme les rapports individu-société ? Quels sont les effets de penser le « bonheur » individuel comme critère d’une santé mentale « positive » dans la société ? Quelle place dans de tels dispositifs pour le collectif et le communautaire ?
Vous trouverez ci-joint également  la synthèse des conférences  2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *