Journée d’étude « Santé, inégalités, discriminations »

Organisé par le Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

MSH Paris Nord, 15 janvier 2018
20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis
Salle 414

Argumentaire 

Les inégalités sociales de santé sont aujourd’hui au coeur des préoccupations politiques et sociales. Leur réduction est par exemple un enjeu central du « plan cancer 2014-2019 » qui s’intitule : « Guérir et prévenir les cancers : donnons les mêmes chances à tous, partout en France ». On note pourtant, ces trente dernières années, malgré les actions mises en oeuvre, une accentuation des inégalités dans le domaine de la santé. Les discriminations qui touchent les usagers du système de soins sont également nombreuses. Elles peuvent, bien sûr, être liées à l’état de santé et au handicap mais sont aussi fondées sur d’autres critères comme le sexe, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion ou l’origine. Cette journée d’études entend porter une réflexion sur les inégalités et les discriminations en matière de santé, afin de mieux documenter la complexité des mécanismes, souvent imbriqués, qui interviennent dans leur formation. Ces inégalités se construisent et se renforcent tout au long des trajectoires de maladie, dès les premières manifestations organiques et jusque dans l’après traitement. On observe par exemple un important phénomène de retard au diagnostic du cancer dans les populations modestes (Merletti et al., 2011) et des disparités en fonction des catégories sociales pour la réinsertion professionnelle (Tarantini, Gallardo, Peretti Watel, 2014). Pour comprendre ces inégalités, il est nécessaire de se pencher sur des différences sociales de rapport à la santé, à la maladie ou encore à la médecine. Il a, en effet, été montré que, selon la position occupée dans l’espace social, la signification accordée à la maladie, à la santé et au statut de malade divergent (Rosenblatt & Suchman, 1964 ; Boltanski, 1971 ; Herzlich, 1984 ; Pierret, 1984 ; Parizot, 1998 ; Béliard & Eideliman, 2014). Il faut également explorer les différences de conditions de vie, de niveau d’éducation, ainsi que, plus généralement, de ressources : sociales, économiques, culturelles… Des études empiriques sur les logiques du soin sont également attendues. Enfin, l’étude des inégalités en matière de santé ne saurait se restreindre uniquement à des analyses centrées sur des maladies ou des états jugés pathologiques. La fabrique des discriminations est, elle aussi, complexe. Il est par exemple important d’en distinguer plusieurs formes : directes, indirectes et systémiques. Une pluralité d’acteurs et de mécanismes participent à leur (re)production. La présence de processus discriminatoires au sein des dispositifs visant à réduire les inégalités mériterait également d’être interrogée. Pour appréhender cette complexité, les travaux réalisés sur les inégalités sociales et les discriminations dans le domaine de la santé sont essentiellement de nature quantitative. Les études épidémiologiques et de santé publique qui mettent en avant des facteurs de risque et des corrélations statistiques pour rendre compte des inégalités sociales sont nombreuses. Pourtant, pour analyser ce phénomène, il est, certes, nécessaire d’en donner une mesure, mais il est également important de proposer une interprétation des facteurs et des processus qui le constituent (Fassin, 2000). L’originalité de cette journée réside par conséquent dans sa volonté à laisser une place importante aux recherches qualitatives portant sur les inégalités et les discriminations. Ces approches sont, en effet, indispensables à la compréhension de ces phénomènes et complémentaires des données quantitatives déjà connues. Il s’agira lors de cette journée de présenter des travaux de recherche et des expériences de terrain afin de débattre autour de la question des inégalités sociales et des discriminations dans le domaine de la santé.

Programme

9h00 – Accueil des participant·e·s

9h30 – Début de la journée

Projection du film documentaire « Cancer & Genre »
– Anita Meidani (UT2J, LISST-CERS) & Arnaud Alessandrin (Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim), « Cancer & Genre. De l’enquête sociologique au film documentaire »

Discussion

– Natacha Uhlrich, « La lutte contre les discriminations à l’égard des patients supposés étrangers à l’hôpital passe-t-elle par la mise en place d’une politique ‘‘diversité’’ ? Le cas des urgences d’un établissement public de santé »

– Anaïs Choulet (CNRS & Université Lyon 3, EVS & IRPhiL), « Combattre l’objectification sexuelle et développer l’intéroception au moyen du toucher »

– Sébastien Saetta, (EA 4360 APEMAC, Centre Max Weber), Laetitia Minary,(EA 4360 APEMAC, Université de Lorraine), Joëlle Kivits (EA 4360 APEMAC, Université de Lorraine), Kate Frohlich (ESPUM/DMSP, Université de Montréal), « Les risques de stigmatisation dans les interventions en santé publique. L’exemple d’une recherche interventionnelle visant à accompagner le sevrage tabagique dans une population d’apprentis »

Discussion

12h30 – Pause repas

14h00 – Reprise de la journée

– Rosane Braud (Université Paris Diderot, URMIS) « Les politiques du diabète en France et leurs mises en application : entre lutte contre les inégalités sociales de santé et discriminations » –

– Charlène Letoux (Université Lille 1, Clersé), « L’obésité de l’adolescent dans le Nord et le Pas de Calais, comme révélateur des inégalités sociales de santé »

 Discussion

– Aurélie Racioppi (Université Paris Diderot, URMIS), « Quand la surveillance des femmes enceintes produit des inégalités de santé »

– Constance Schuller (Université Paris 13, IRIS), « Autour de quelques inégalités et discriminations dans l’accès à l’Assistance Médicale à la Procréation »

Discussion

17h00 – Conclusion

Participation gratuite sans inscription

Organisation

 Louis Braverman (EHESS, CADIS) louis.braverman@gmail.com
Aurore Loretti (Université Lille 1, CLERSÉ) auroreloretti@gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *