Accès aux soins et Politiques migratoires en Europe. Le parcours de vie des migrants subsahariens vivant avec le VIH et l’hépatite b.  Un regard croisé entre la France et l’Italie.

De Cecilia SANTILLI

Sous la direction de Laurent VIDAL et Pino SCHIRRIPA

Thèse en Anthropologie, soutenue le 23 octobre 2017 à l’Université d’Aix-Marseille ED355, en cotutelle avec l’Université La Sapienza de Rome, UMR912 SESSTIM/IMAF.

 

En France et en Italie, le sida et l’hépatite b touchent de façon massive les migrants qui proviennent d’Afrique Subsaharienne, majoritairement ceux vivant des situations de précarité politique, sociale et économique. Depuis 2010, alors que l’épidémie du sida s’est normalisée dans les pays occidentaux, on assiste dans ces deux pays à un intérêt croissant des politiques publiques autour de l’hépatite b, celle-ci étant de plus en plus associée au VIH dans les stratégies de lutte mises en place au sein des populations migrantes. En dépit de ce constat et suite au durcissement des politiques migratoires, les difficultés concernant l’accès aux soins et aux droits se sont accrues pour les migrants vivant avec ces deux infections dans les deux pays. En croisant les trajectoires politiques des deux infections et leur utilisation dans le domaine des politiques migratoires, cette thèse présente et analyse les modalités de prise en charge du sida et de l’hépatite b au sein des migrants « primo-arrivants » originaires d’Afrique Subsaharienne. Ce travail entend démontrer que la prise en charge, telle qu’elle se pratique aujourd’hui en France et en Italie, fait partie prenante de la construction de nouvelles formes d’inégalité. Situé au carrefour de l’anthropologie politique de la santé, de l’anthropologie de l’immigration et de l’anthropologie de l’État, ce travail se concentre autour du contexte de politiques néolibérales où le soupçon envers les migrants domine, tout autant que les rhétoriques des « ressources limitées » de l’Etat-social. L’étude du traitement social du sida et de l’hépatite b au sein de ces populations constitue alors un domaine exemplaire pour analyser la manière dont le rapprochement de logiques apparemment opposées, liées à la sélectivité des politiques migratoires et à l’universalisme des politiques sanitaires, se croisent.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse santilli.cecilia@gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *