Réguler et produire les médicaments contre le paludisme au Ghana et au Bénin : une affaire d’Etat ? Politiques pharmaceutiques, normes de qualité et marchés de médicaments.

De Jessica POURRAZ

Sous la direction de Maurice CASSIER et Carine BAXERRES

Thèse en Santé et sciences sociales, soutenue le 30 janvier 2019 à l’EHESS -CERMES3- MERIT à Paris.

Le Bénin et le Ghana, bien que confrontés aux mêmes enjeux de santé publique dans la lutte contre le paludisme, ne déploient pas les mêmes politiques pharmaceutiques pour garantir l’accès aux médicaments. Ils sont équipés d’appareils de régulation pharmaceutique et de capacités locales de production distincts qui découlent des héritages coloniaux et de leurs itinéraires historique, politique et économique. A partir de 2004, le Bénin et le Ghana adoptent les Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisinine (CTA) afin de remplacer les anciennes molécules jugées inefficaces pour le traitement du paludisme. Se pose alors pour les pays l’enjeu du coût élevé de ces nouveaux médicaments. Les nouvelles recommandations d’usage de l’OMS et les financements internationaux octroyés pour l’achat des CTA provoquent une stimulation de l’innovation pharmaceutique et de la production de ces médicaments en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Au Bénin et au Ghana, on observe alors une arène d’acteurs transnationaux se mettre progressivement en place. Ils génèrent de nouveaux réseaux d’approvisionnements qui entrent en concurrence avec ceux des pays. Les aides financières internationales sont conditionnées à l’achat de CTA préqualifiées par l’OMS, certification dont les industries pharmaceutiques ghanéennes ne bénéficient pas, ce qui les laisse en marge de ce marché. Se fondant sur des recherches en archives, des observations et des entretiens conduits auprès des acteurs nationaux de la réglementation pharmaceutique, des firmes pharmaceutiques ghanéennes et des acteurs transnationaux finançant les CTA, ce travail interroge les dispositifs institutionnels déployés par les Etats du Bénin et du Ghana pour se réapproprier leur politique pharmaceutique et construire leur souveraineté en la matière.

Pour plus d’informations: https://www.researchgate.net/profile/Jessica_Pourraz

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  jessica.pourraz@ird.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.