COLLOQUE SISM 2019 Arpsydemio: le traumatisme psychique

Mardi 19 Mars
08h30-17h30
Bibiolthèque Alcazar
58, Cours Belsunce
Salle de conference
Inscription obligatoire

C’est à partir des états gravement traumatiques des soldats, durant la guerre de 1914-1918, causés par la violence inouïe des vécus (blessures, explosions de guerre, mort d’un camarade soldat) que la psychiatrie commence à s’intéresser à ce syndrome.

Aux Etats-Unis, de nombreux vétérans de la guerre du Vietnam, à leur retour  (1960-1975) souffrent de traumatismes psychiques ; cela provoque une accélération des recherches sur cette pathologie.

Fait essentiel, la victime est ou se sent incapable de réagir, éprouve un fort sentiment d’impuissance, parfois même de culpabilité.

La personne atteinte de stress post-traumatique souffre de “flashbacks” l’amenant à revivre de façon répétée la situation stressante sous forme de cauchemars ou de souvenirs obsédants.

Cette réitération s’accompagne d’un certain nombre de symptômes parmi lesquels une grande anxiété – la personne est sur le “qui-vive” – ce qui peut conduire à des idées et des actes suicidaires, une grande fatigue psychique, un comportement de détachement et d’insensibilité par rapport aux autres, une anhédonie majeure, et des comportements d’évitement de toute situation susceptible de rappeler le traumatisme.

La gamme des événements traumatogènes est large et concerne tous les âges.

Le psychotrauma de l’enfant est fréquent, peut être grave et donner lieu à des séquelles maintenant mieux identifiées par les cliniciens et confirmées par des études récentes.

Le délai entre l’exposition à la situation traumatique et la survenue du psycho trauma est très variable selon les personnes, pouvant aller de quelques semaines à quelques mois.

Le trouble peut dans certains cas, se transformer en maladie chronique avec une modification durable et profonde de la personnalité.

Ce type d’évolution n’est pas rare. Les personnes peuvent s’enfermer dans le silence, désespérer de leur état, souvent mal vécu par leur entourage.

La gravité du syndrome n’est pas toujours liée au traumatisme subi, l’histoire, la personnalité, le vécu du sujet comptent tout autant.

Les neurosciences s’intéressent beaucoup à ces phénomènes. Chacun peut réagir à un évènement traumatique à sa manière, sur différents plans,  biologique, affectif, neurologique, ou psychique.

Lorsque les réponses sont inadaptées, générant des décompensations pathologiques, le syndrome s’installe.

Ainsi l’état de stress post-traumatique ne serait pas seulement un souvenir envahissant et récurrent de la situation traumatisante, mais aussi un déficit de mémoire empêchant la personne atteinte, de réduire sa réaction de peur, confrontée à un contexte prédictif de la menace.

Comme nous l’avons dit, l’évolution de la maladie varie selon les individus mais aussi selon la rapidité et la qualité de la prise en charge.

Un dispositif d’urgence sanitaire bien défini (C.U.M.P.) d’aide médico-psychologique précoce des blessés psychiques (ou « impliqués ») dans les situations d’urgence collective (ou individuelle) a été mis en place sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé à partir de 1997.

Les CMP multiplient les prises en charge de personnes atteintes de PTSD, victimes de parcours migratoires violents, d’événements terrifiants, de drames. Les personnes fuient la guerre, les persécutions, les viols, et arrivent sidérées ou en larmes, dans la difficile évocation de la violence de leur vécu.

Cette journée de colloque propose de réfléchir à la question du traumatisme, dans ses aspects neuroscientifiques, psychiques, politiques et sociaux.

Nous vous attendons, nombreux, usagers, familles, professionnels ou citoyens pour échanger tous ensemble sur ce thème, malheureusement, très actuel dans notre société.

Programme

8h30  Accueil café des participants

9h Ouverture du colloque


Dr Dolores TORRES, présidente d’Arpsydemio, chef de service secteur 12
Dr Patrick PADOVANI, adjoint au maire de Marseille chargé de l’hygiène,  de la santé et du handicap  
Dr Françoise GAUNET ESCARARS, pédiatre

Matin : le trouble de stress post-traumatique en psychiatrie générale

09h30-10h30 Présentation du stress post-traumatique et de la cellule d’urgence médico psychologique (C.U.M.P.) et présentation de l’AVAD
Dr Flavie DERYNCK, praticien hospitalier CHU La Conception, coordinatrice des C.U.M.P. de la région PACA
– Présentation de la problématique du stress post-traumatique, outils et dispositif de soins (quels soins, en quels lieux)
– Le travail au sein de la C.U.M.P. avec la présence de volontaires de l’hôpital et du SAMU en cas de catastrophe
– Dispositif sur le terrain dans des conditions exceptionnelles notamment sur demande du préfet parfois

10h30-11H M. Marcel BOVIS, coordinateur et chef de service A.V.A.D.
Présentation de l’association d’aide aux victimes d’actes de délinquance (AVAD)

11h00-11h20   Pause

11h20-11h40 Dr Frédéric PAUL, psychiatre, chef de service (H.I.A. Lavéran) avec M. Olivier DE VERGNETTE,infirmier
« En revenir, éclairages d’un soignant militaire blessé au combat », le stress post-traumatique dans le contexte militaire
 
11h40- 12h10 Mme Mélanie MAURIN, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie formée en thérapie de groupe et thérapies brèves. Institution « Osiris »
« Le traitement du psycho-trauma par des techniques de thérapie brève »
 
12h10-12h45 Échanges avec la salle
 
12h45 Déjeuner libre

Après-midi : le trouble de stress post-traumatique en pédo-psychiatrie

14h15-14h30 Introduction des interventions de l’après-midi et discutant
Pr David DA FONSECA, psychiatre chef de service, praticien hospitalier hôpital Salvator, enseignant chercheur
 
14h30-15h Pr François POINSO, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille
« Les spécificités du P.T.S.D. chez l’enfant »
 
15h-15h30 Dr Michèle BATTISTA, praticien hospitalier au SUPEA du Pr ASKENAZY (hôpitauxpédiatriques de Nice CHU Lenval) : centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme, vice-présidente de la CME des hôpitaux pédiatriques universitaire de Nice depuis 2017
« Comment prendre en charge les enfants jeunes infra-verbaux psycho traumatisés? De nouvelles propositions de prises en charges à travers la mise en place d’un centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme »
 
15h30-15h45 Vidéo projection d’une consultation
 
15h45-16h Discussion
 
16h00-16h30 Dr Frédérique GIGNOUX-FROMENT, (H.I.A. Lavéran)
« Un retour pas comme les autres : à propos d’une consultation au profit d’enfants de militaires traumatisés en opération »
 
16h30-17h Échanges avec la salle 

Tarifs

Tarif formation continue : 70 €
Tarif individuel : 40 €
Tarif réduit (usager, famille d’usager, étudiant, adhérent, RSA, autres…) : 10€

Lien vers le site de l’annonce


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search