Appel à communications: Colloque International Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient, 24 et 25 Octobre 2019, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Fès

7ème Rencontres Sciences sociales et santé de Fès
Colloque International Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient
24 et 25 Octobre 2019
Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Fès

Les régions de l’Afrique et du Moyen Orient se caractérisent par d’importantes migrations internes, dépassant de loin les migrations en destination de l’Europe. Celles-ci, en effet, ne représentent que 16,6% du total des flux migratoires. Les raisons des migrations sont multiples liées à la vulnérabilité des populations. Plusieurs pays d’Afrique et du Moyen Orient deviennent soit des pays de transit soit des pays d’installation (pauvreté, réfugiés politiques, problèmes sanitaires, raréfaction des ressources naturelles, sécheresse, guerres, conflits interethniques…). Les migrations ont comme déterminants l’insécurité politique, sociale, économique ou environnementale des populations ainsi que le désir des migrants d’améliorer leur situation.

Ces vastes mouvements de populations posent différents problèmes et, bien évidemment, des problèmes de santé, tout d’abord parce que les migrants sont le plus souvent en situation de vulnérabilité et d’extériorité par rapport aux dispositifs de prise en charge des pays par lesquels ils transitent ou dans lesquels ils s’installent. Ensuite, parce que s’attache toujours aux migrations la crainte des épidémies. Ce fut le cas avec l’épidémie de Sida ou avec la maladie d’Ebola. Ces craintes s’accompagnent d’une stigmatisation des migrants. On retrouve cette même stigmatisation à l’œuvre dans les lieux de soins, même s’il n’est jamais facile de faire exactement le partage entre la discrimination effective et la discrimination ressentie. L’accueil des migrants met à l’épreuve, outre l’hospitalité et l’humanisme des pays par lesquels ils transitent ou s’installent, la qualité de leur système santé. Dans bien des cas, celui-ci connait de nombreuses insuffisances et de nombreux dysfonctionnements. Les migrants subissent ainsi, le plus souvent, les difficultés que rencontrent les populations locales. Toutefois, leur vulnérabilité est plus grande. Il en découle que ces difficultés ont un impact particulier sur eux.

Les Rencontres entendent de réfléchir sur la situation des migrants par rapport à la santé en Afrique et au Moyen Orient. Trois axes sont proposés :
1°/ Les risques épidémiologiques liés à la migration ainsi que leur représentation. On sait que la crainte des épidémies met en jeu de puissants ressorts sociaux, notamment en ce qui concerne la catégorisation des populations à risques.
2°/ L’accueil des migrants dans les dispositifs médicaux des pays de transit ou d’installation. Plusieurs questions se posent à ce niveau : la régulation de l’accès aux soins pour les étrangers, l’existence et la perception d’attitudes discriminantes de la part des personnels de santé, la capacité des dispositifs à prendre en charge les populations migrantes.
3°/ L’existence ou non de régulations intra-africaines permettant de faciliter la prise en charge des migrants dans le cours de leur transit.
4°/ L’intervention des ONG locales et des organisations humanitaires au niveau de la santé des migrants dans les zones de transit et l’impact de leur action sur les représentations et les pratiques de santé des migrants et sur les politiques de santé des pays hôtes.

Télécharger l’appel à communications en français, anglais et arabe: Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient

Calendrier de la rencontre
28 juin 2019 : Dernier délai pour la soumission des résumés des propositions de communication (500 mots)
19 juillet 2019 : réponse du comité scientifique.
15 octobre 2019 : envoi du texte partiel (2000-3000 mots).
24-25 octobre 2019 : présentation du texte complet (6000-8000 mots).

Règles de soumission
Langues de travail de la rencontre : Arabe, français et anglais

– Résumés
Titre ;
Nom de(s) l’auteur(s), statut, organisation, email ;
Résumé (500 mots MAX) ;
Mots clés ;
Biographie & bibliographie ;
Times New Roman 12, interligne 1,5.

Textes complets
-Les textes complets doivent comporter entre 6 000 et 8 000 mots, sans compter un résumé d’une dizaine de lignes et une bibliographie à la fin du texte
-Mise en forme du texte : Times New Roman 12, interligne 1,5
– Les textes doivent être soumis en format Word
– Les références portées dans les textes doivent être citées ainsi : Nom de l’auteur, titre du livre ou de l’article, maison d’édition, date, page.

Responsables scientifiques :

Mohammed Ababoumohammed.ababou@usmba.ac.ma, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferriéjean-noel.ferrie@uir.ac.ma, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radisaadia.radi@gmail.com, Université internationale de Rabat.

Comité d’organisation :

Mohammed Ababou, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferrié, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radi, Université internationale de Rabat, Abderrahmane El Maliki, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Wassila Benkirane, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès, Salah Eddine Laariny, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès, Wiame Idrissi-Alami, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Zineb Omary, Université internationale de Rabat, LEPOSHS.

Comité scientifique :

Mohammed Ababou, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Gilles Boëtsch, Université Cheikh Anta Diop, CNRS, UMI ESS ; Abderrahmane El Maliki, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferrié, Université inter-nationale de Rabat, LEPOSHS ; Marc-Eric Gruénais, Université de Bordeaux, Sciences-Po Bordeaux, CNRS, LAM ; Zineb Omary, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radi, Université internationale de Rabat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.