Parution d’ouvrage: “Corps perdu, corps retrouvé : cohésion, partitions, variétés” 

Numéro 46 de la revue Ateliers d’anthropologie mise en ligne par le LESC .

sous la direction de: Jean-Luc Jamard, Gaëlle Lacaze et Margarita Xanthakou

Presentation:

Ce numéro est consacré à diverses expériences du corps saisi dans ses propriétés concrètes, biologiques, mais aussi du point de vue de ses cadres expérientiels et narratifs, afin d’éclairer ses logiques de recomposition contemporaines et passées. D’où, en variant les cultures, notre quête de corps perdus et retrouvés.

Une première série d’articles discerne dans leurs « Logiques moléculaires/logiques sociales » les effets sur le vivant d’éléments intracorporels ou biochimiques, ainsi que le racialisme contré par les généticiens puis les vues savantes et symboliques sur le sōma en Grèce ancienne.
Une deuxième série, « Corps imposés, corps vécus », traite des discours ou cérémonials par quoi sont fabriqués, affectés les corps avec des corollaires sur divers registres, et les étapes qui, par les corps collectifs ou individuels, scandent l’existence humaine.
« Fables et chimères de la composition », la dernière partie du numéro, propose des réflexions sur quelques propriétés corporelles — fission somatique ou émotionnelle, notamment — qui s’avèrent motifs ou contrecoups de traits idéologiques et comportementaux afférant aux pratiques observées ou aux discours de l’imaginaire.

Au fil du recueil, certains écrits évoquent comment, du biologique au symbolique, différentes étapes de la vie donnent lieu à des acmés dans l’expression des affects. D’autres montrent en quoi le corps morcelé et les discours qui le qualifient étayent plusieurs images et métaphores, des sensations et sensorialités, des maux ou sentiments variables. Les parties et organes du corps offrent des supports pour penser les conceptions de la personne, mais aussi le social, les conflictualités. D’autres encore illustrent les façons dont le corps est stigmatisé, marqué, normé au sein de contextes différents, à partir de matériaux multiples.

Table de matière:

Logiques moléculaires/logiques sociales : substances, organes, variations

La partie initiale de ce recueil aborde le corps à travers l’action d’éléments intracorporels (cellules, embryons, gamètes…), mais aussi par le biais des effets de cette action dans le monde. En allant du plus biologique, qui jamais n’ignore le social, vers le plus culturel, sont examinées en quelques lieux — France, Maroc, Afrique de l’Ouest… — des pratiques pastorales, les PMA au regard des religions, la « racialisation » phénotypique et les modèles variables du sōma en Grèce ancienne.

Corps imposés, corps vécus

Cette partie porte sur les régimes de normativité prescrits par ou pour le corps. Cela, dans des sociétés très diverses : des Suruí amazoniens aux Touareg, aux Kabyles, aux Moose burkinabé, en passant par la Guinée, le Mexique, le Japon… et la Grèce ancienne. Les textes évoquent un corps ouvert sur le monde, avec lequel il entre en résonnance selon des processus métaphorique, métonymique, analogique… L’organisme y est vu comme démembré, variable car relationnel, fragmenté, invisible ou surexposé.

Fables et chimères de la composition

La dernière partie regroupe des textes qui déconstruisent les corps et leurs images. Pareils articles illustrent les façons dont le corps étaye différentes formes de discours et de représentations. Ces écrits concernent l’Europe, le Brésil, les Punu (Congo-Brazzaville), et derechef le Japon, les Touareg, la Grèce ancienne. On y trouve aussi des réflexions sur des œuvres d’imagination, voire de projection du présent — cinéma et littérature « de genre ». L’ensemble dévoile un corps fantasmé, mythique, inventé, repensé.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.