Journée d’étude: Pour une sociologie publique de l’hôpital : travail, mobilisations et construction des savoirs.

7 novembre 2019 – en journée et en soirée
Au Lou Pascalou
14 rue des Panoyaux, 75020 Paris

L’appel à communications est toujours ouvert, et est prolongé jusqu’au 15 septembre.

La grève engagée le 18 mars dernier par un collectif de soignant.e.s de cinq services d’urgences des hôpitaux parisiens à la suite d’une série d’agressions n’a cessé de s’étendre au fil des semaines pour compter plus de 180 services mobilisés partout en France (chiffre du Collectif Inter-Urgences au 6 juillet 2019). Nombreux sont les acteurs – soignant.e.s, syndicaux, politiques, universitaires -, qui la considèrent déjà comme l’une des plus importantes mobilisations de l’histoire de l’hôpital public.

Si l’été constitue une épreuve pour tout mouvement social à différents égards, le Collectif Inter-Urgences et certaines organisations syndicales appellent dès à présent à amplifier la mobilisation et à l’étendre à partir de septembre à tout l’hôpital, afin de maintenir la pression sur les pouvoirs publics au moment de l’examen et du vote du projet de loi de financement de la sécurité sociale par le Parlement à l’automne.

Au-delà de son caractère inédit et de sa couverture médiatique, le mouvement de grève des urgences constitue un objet d’étude ouvrant plusieurs perspectives de recherche, tant sur l’institution hospitalière en elle-même que du point de vue du travail, des mobilisations et de la production des savoirs.

 

Axe 1 : Travail et réformes hospitalières

Axe 2 : Mobilisations

Axe 3 : Construction des savoirs

 

Il est prévu que la journée s’organise autour de deux temps.

La matinée et la première partie de l’après-midi seront consacrées à la restitution de travaux d’enquêtes académiques qui s’inscrivent dans un des trois axes ci-dessus (travail et réformes hospitalières ; mobilisations ; construction des savoirs), qu’elles soient qualitatives et ethnographiques, ou quantitatives. Toutes les disciplines de sciences humaines et sociales sont les bienvenues.

La fin d’après-midi et la soirée chercheront à construire un dialogue entre acteurs.trices de terrain (médecins, paramédicaux.ales membres du Collectif Inter-Urgences, syndicats, directions), journalistes, chercheur.se.s, dans un “processus d’éducation mutuelle” visant à “rendre visible ce qui est invisible” (Burawoy, 2009). Il s’agira d’apporter des éclairages divers mais complémentaires sur ce qui meut le mouvement actuel de grève aux urgences, et d’engager plus largement la conversation sur le rôle, la place et les objectifs de ces différentes catégories d’acteurs quant à la production de savoirs sur l’hôpital public, à la génération d’un débat public et à leur engagement dans celui-ci.

C’est la raison pour laquelle cette journée ne se déroulera pas dans les espaces académiques classiques, mais aura lieu dans un café ayant l’habitude d’accueillir des évènements culturels, et sera ouverte à toute personne intéressée.

Les propositions de communication étaient attendues pour le 6 septembre 2019 mais l’appel est prolongé jusqu’au 15 septembre. Elles devront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes de questionnements exposés ci-dessus et contenir un titre, les coordonnées de l’auteur, le résumé de la communication proposée et les principales références bibliographiques (2-3 pages maximum).
Elles seront envoyées à : deborah.ridel@univ-lille.fr et fanny.vincent0@gmail.com. Une réponse sera rendue fin septembre.

Organisation : Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille) et Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM)
Comité scientifique : Nicolas Belorgey (IRISSO, CNRS-Université Paris Dauphine), José Calderon (CLERSE, Université de Lille), Jean-Paul Domin (REGARDS, Université de Reims- Champagne Ardennes), Maud Gelly (CRESPPA-CSU, CNRS-Paris VIII-Paris Nanterre, HUPSSD, AP-HP), Pierre-André Juven (CERMES, CNRS-INSERM-Université Paris Descartes- EHESS), Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille), Ivan Sainsaulieu (CLERSE, Université de Lille), Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM).

Avec le soutien et la participation :

– Du Collectif Inter-Urgences
– De médecins urgentistes grévistes et mobilisés
– De Caroline Coq-Chodorge (journaliste indépendante et auteure de plusieurs articles remarqués sur l’hôpital pour Médiapart)
– De Médiapart
– D’AOC média [Analyse Opinion Critique]
– De Raisons d’Agir
– Du CERMES3, du CLERSE
– Du RJCTS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.