« Où va l’hôpital ? »

RDV le 10 octobre
de 18h30 à 20h30
au Campus Saint Charles

Entrée libre sur inscription :
https://framaforms.org/debat-public-ou-va-lhopital-1568740406


Quelle est la fonction de l’hôpital public ?

Quels sont ses liens avec la médecine de ville ?
Comment comprendre sa « crise » ?
Et sur le territoire marseillais, quelle singularité ?

Débat introduit par Frédéric Pierru (sociologue et politiste, CERAPS, CNRS Université de Lille) . Son dernier ouvrage La Casse du siècle. A propos des réformes de l’hôpital public, avec Pierre-André Juven et Fanny Vincent Paris, est paru en 2019 aux éditions Raisons d’Agir.

Table ronde avec Issa Koné (médecin généraliste, ancien médecin directeur du secteur Marseille des centres de santé mutualistes, FNMF), Thierry Acquier (Fédération hospitalière de France, délégué régional PACA), Véronique Billaud, (ARS Provence Alpes Côte d’Azur, directrice générale adjointe), Didier Febvrel (Président de Fabrique Territoire Santé)

«Soigner les gens sans soigner l’hôpital, c’est de la folie».

Ce mot d’ordre célèbre lancé il y a 50 ans par le psychiatre Jean Oury pourrait aujourd’hui résonner comme une prophétie. Soumis à des exigences de rentabilité contestées, assujetti à des restrictions budgétaires, l’hôpital public est dans la tourmente. En témoignent les dénonciations de vétusté et la saturation de certains services de soins y compris dans les plus grands hôpitaux de France, l’épuisement du personnel médical et paramédical, la pénurie de praticiens hospitaliers, les menaces de rupture de stock de médicaments essentiels, aboutissant récemment à six mois de grèves pour les services d’urgences. Comment en est-on arrivé là ?
L’hôpital semble être l’épicentre d’une crise globale de notre système de santé. Seul maillon public de l’offre de soins, il semble devenu depuis quinze ans le lieu d’ajustement de plusieurs dysfonctionnements, en amont comme en aval (déserts médicaux, manque
de moyens matériels et humains du secteur médico-social, des établissements d’hébergements pour personnes âgées et dépendantes, de la psychiatrie publique, etc.).
Quelles sont les conséquences du transfert d’activité de la ville vers l’hôpital, quand les patients peinent à trouver un médecin spécialiste en secteur conventionné ? Ou quand le nombre de médecins de ville faisant des gardes ou acceptant de se déplacer au domicile des patients se réduit ? Quelles sont les conséquences des évolutions de la sociologie des étudiant.e.s de médecine et de leurs aspirations et visions de la profession ?

A l’heure où les urgences « craquent », où le « virage ambulatoire » est avancé comme une des solutions d’avenir pour l’hôpital, où le « virage numérique » est annoncé et que « l’ubérisation » est ressenti par certain comme un risque, il semble important de réfléchir à la nature des liens à construire entre l’hôpital et la médecine de ville. C’est à partir de ces questions et sur une éventuelle singularité de Marseille à ces sujets, qu’un débat public fera se croiser le travail de chercheurs avec celui d’acteurs institutionnels et de praticiens locaux avant d’ouvrir la discussion aux participants dans la salle.

 

Débat organisé et animé par

  • Fabienne Orsi (IRD/LPED),
  • Sandrine Musso (Centre Norbert Elias/AMU),
  • Cyril Farnarier (LaSSA),
  • Carine Baxerres (IRD/MERIT)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.