Prix de thèse Amades 2018 (thèses soutenues en 2017)

On félicite les deux lauréates ex aequo du prix de thèse AMADES 2018:

AL DAHDAH Marine : “Les mobiles du développement : santé maternelle par téléphone portable au Ghana et en Inde.”

BRAUD Rosane : “Construction d’une catégorie de « migrants » dans les actions de lutte contre les inégalités face au diabète en France. Analyse des configurations contemporaines des rapports sociaux inégalitaires.”



Les résumés de ces deux travaux sont disponibles EN LIGNE.

Marine AL DAHDAH

Chargée de recherche au CNRS depuis 2019, j’étudie la construction de programmes de
développement par le numérique et leurs effets sur les institutions et les citoyens « du Sud ». Mon
projet de recherche : « Le numérique au chevet du monde. Politiques digitales de développement,
nouveaux marchés et résistances » s’intéresse à deux zones ciblées par ces politiques digitales,
l’Afrique Subsaharienne et l’Inde, et à un secteur majeur du développement : la santé. M’intéressant
aux patients et aux professionnels de santé comme aux concepteurs des politiques digitales, j’aborde
ces dispositifs comme des lieux d’appropriation et de résistances, comme des instruments de
gouvernement qui agissent sur les individus et les institutions, mais aussi comme des outils
géopolitiques qui modèlent l'image des Suds à l'international. J’analyse les réassignations, portées par
le numérique, des responsabilités entre acteurs publics et privés, entre institutions et individus, dans un
contexte où les frontières entre la santé comme droit fondamental et comme produit de consommation
sont entièrement redéfinies. Plus qu’un retrait de l’aide au développement, ce projet examine
l’hypothèse de son redéploiement vers des produits conçus par les industriels du numérique pour
répondre aux besoins des plus pauvres à travers la construction de nouveaux marchés.

Rosane BRAUD

Rosane BRAUD est docteure en sociologie, chercheure associée au laboratoire URMIS – Université
Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité (USPC). Ses travaux de recherche portent sur les inégalités sociales
de santé, en particulier dans le cas des maladies chroniques liées à l’alimentation des groupes sociaux
minorisés et/ou exclus. Elle privilégie les approches à la fois qualitatives et quantitatives, en associant
les méthodes ethnographiques (observations, entretiens, récit de vie) à des outils d’analyse statistique
ou systématisée (via SPSS, Sphinx, NVivo).
En cours de rédaction d’un ouvrage tiré de la thèse (synopsis accepté par les éditions terra-HN),
intitulé « Le récit du diabète de type 2. Enjeux de pouvoir et inégalités sociales de santé », ses autres
publications traitent principalement de la place des discriminations dans la (re)production des
inégalités de santé et la manière dont l’ethnicité configure la trajectoire de soin et le pouvoir d’action
(empowerment) individuel et/ou collectif de ces soigné.es.
Ses enquêtes de terrain l’ont amené à participer à la formation continue des professionnels de santé
(médecins généralistes, infirmières libérales, travailleurs sociaux) et à engager une réflexion sur le
travail collaboratif entre chercheur.es en sciences sociales et biomédicales, concrétisée à la fois par son
inscription dans l’association Sciences Humaines et Santé (SH&S), mais aussi par la publication
d’articles dans des revues à destination de professionnels du sanitaire et social.
De fin 2018 à fin 2019, elle a réalisé un post-doctorat sur la situation sociale et sanitaire des femmes
sans abri en Ile de France, dans le cadre d’une recherche dirigée par M. Loison-Leruste (Printemps,
Université Paris 13, UVSQ, CNRS, UMR 8085) analysant les trajectoires, les prises en charge
institutionnelles et les modalités de l’autonomisation de ces femmes en situation de grande exclusion.
Poursuivant ces questionnements sur les possibilités d’agir sur leurs devenirs et les formes de
mobilisation des personnes en situation minorées, marginalisées et/ou exclues, elle est actuellement
chercheure contractuelle à l’Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (INSERM), sous
la direction de Sandrine Lioret, Centre de Recherche en Épidémiologie et StatistiqueS (CRESS)-UMR
1153, équipe de recherche sur les déterminants précoces de la santé (EARoH). Elle y développe le
volet qualitatif d’une recherche interventionnelle en santé alimentaire : le projet ECAIL (Etude
Clinique Alimentation InfantiLe), financé par l’ANR Nut-Prev « Déterminants socio-culturels des
pratiques alimentaires dans l’enfance ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.