Appel à communication: Gouverner les corps et les conduites

Colloque organisé par: Réseau Jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida & Groupe Traitements et Contraintes
Date colloque:  15 et 16 octobre 2020
Lieu: ENS, Lyon

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux. Alors que le « gouvernement de » insiste sur l’objet gouverné (ou à gouverner), et crée donc une dichotomie entre gouvernant.e.(s) et gouverné.e.(s), « gouverner par » porte davantage sur les instruments d’évaluation mobilisés comme techniques de gouvernement, créateurs de normes et, par opposition, de déviances à l’ordre instauré. Il s’agit de questionner la manière dont les sciences sociales mobilisent et se réapproprient ces deux faces de la notion. Ce colloque propose d’en éclairer les enjeux selon les ancrages disciplinaires et théoriques, les échelles d’analyse, les objets d’étude, les espaces et les temporalités (politiques, institutionnelles, historiques, de la recherche…).

Axes:

1. Permanences et mutations d’un dualisme gouvernants/gouvernés

Un premier axe de réflexion vise à interroger la permanence d’un dualisme strict entre « gouvernants » et « gouvernés ». Ces deux pôles ne peuvent-ils pas être plutôt saisis par leurs mutations et leurs dynamiques ? Parce qu’« il n’y a pas de pouvoir mais des rapports de pouvoir » (Foucault, 2004), la perspective foucaldienne remet en question cette opposition et permet d’en penser la réversibilité ou du moins l’ambivalence. Les communications pourront réfléchir aux usages et mobilisations hétérogènes de ces concepts, ainsi qu’aux enjeux de la caractérisation des réalités étudiées : doit-on, par exemple, parler de gouvernants/gouvernés ou de dominants/dominés (Bourdieu, 1980) ? Cette interrogation s’avère particulièrement productrice de sens si l’on tient compte du contexte néolibéral dans lequel elle s’insère (Dardot & Laval, 2010) et des redistributions ou dépossessions opérées dans les rapports de pouvoir et entre les individus (Laval, 2018 ; Biland, 2019). Les modalités de la relation entre gouvernants et gouvernés peuvent également s’appréhender à partir des instruments de l’action publique (Dubuisson-Quellier, 2016) en ce sens qu’ils sont « porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé » (Lascoumes & Le Galès, 2004). Il s’agira d’interroger leur place et leur pluralité dans la conduite de l’action publique.

2. Catégoriser, quantifier, évaluer

Une deuxième piste de réflexion s’articule autour des catégories, des procédures et des instruments employés, à différentes échelles, pour quantifier, classer et évaluer les corps et les conduites. Les propositions de communication pourront porter sur le déploiement d’indicateurs visant à évaluer les dispositifs de politiques publiques, comme l’Hôpital (Bertillot, 2018) ou l’Université (Eyraud & al., 2011 ; Brusadelli & Lebaron, 2012). À une autre échelle, elles pourront questionner la façon dont les individus se saisissent eux-mêmes d’indicateurs et d’instruments, afin de s’auto-mesurer, se comparer, se transformer (Dagiral & al., 2019a ; Dagiral & al., 2019b ; Dalgalarrondo & Fournier, 2019 ; Illouz, 2019). Les propositions de communication pourront également interroger la performativité de catégories, de pratiques de quantification et de classements (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Hacking, 1995 ; Baudot, 2016; Trachman & al., 2018) ou, à l’aune de nouveaux objets d’étude, prolonger les réflexions sur le double enjeu des statistiques comme outil de preuve et outil de gouvernement (Desrosières, 2014). Enfin, en prenant le contre-pied des propositions précédentes, des contributions pourront s’intéresser à ce qui échappe à ces pratiques de catégorisation et de quantification, à ce que l’on (se) refuse de compter, à ce que l’on n’imagine pas évaluer, à ce que l’on évite de nommer.

3. Se dire ou être dit : une injonction à la mise en récit de soi

Ce troisième axe de réflexion porte sur les récits de soi sollicités par les institutions. Il s’agit de prolonger les réflexions engagées sur l’avènement d’une société biographique dans laquelle les individus sont tenus de se raconter (Darmon, 2008 [2003] ; Memmi, 2003 ; Fassin & Memmi, 2004) et, s’ils souhaitent accéder à des prestations sociales, d’insérer leurs récits dans des rhétoriques, comme le « mérite » (Fassin, 2001), l’ « autonomie » (Lahire, 2007 [2005]) ou le « projet » (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Cayouette-Remblière, 2016 ; Mahi, 2018). Ces « injonctions biographiques » (Astier & Duvoux, 2006 ; Duvoux, 2009) sont au fondement de nombreuses politiques sociales et traversent ainsi une pluralité de scènes dont il s’agirait de poursuivre l’exploration. Comment ces injonctions au récit sont-elles intériorisées ou mises à distance par les usagers (et/ou réciproquement par les agents institutionnels) au regard de leurs dispositions, de leurs trajectoires sociales ? Les propositions de communication pourront aussi interroger des processus cognitifs engagés par les individus tels que la disposition à la réflexivité (Archer, 2012 ; Coutant, 2008), le développement personnel (Brunel, 2008 ; Marquis, 2015) ou le travail émotionnel (Hochschild, 2017 [1983]).

4.Corps dans les institutions, corps institués

Ce quatrième axe de réflexion vise à décrire la variabilité avec laquelle les individus sont travaillés par les institutions, mais aussi comment ils les transforment en retour. Les communications pourront prolonger les réflexions analysant comment certaines institutions, qu’elles soient « totales » (Goffman, 1961), « disciplinaires » (Foucault, 1975), ou « enveloppantes » (Darmon, 2013), produisent certains corps et certaines conduites. Les communications pourront également interroger la « production du consentement » des individus (Burawoy, 2015) par des institutions où des marges de liberté sont certes négociables mais également prises dans des rapports de pouvoir (Sempé & al., 2007). Par ailleurs, les communications pourront s’attacher à décrire comment certains usagers de ces institutions acquièrent une expertise sur les savoirs dont ils sont l’objet, à l’instar de l’émergence des patients-experts dans le champ du VIH/SIDA (Epstein, 1996 ; Gelly & Pavard, 2016 ; Lochard & Simonet, 2009 ; Barbot, 2002). Enfin, les communications pourront également explorer comment les individus négocient la gestion de leurs insertions sociales en dehors de ces institutions (Baszanger, 1986).

Info pratiques:

Les résumés des propositions de communication, de 500 mots maximum, sont attendus pour le 2 mai 2020 et doivent :
− Comporter un titre ;
− Indiquer le nom du ou des auteur.e.s et de leur(s) institution(s) de rattachement (affiliations complètes) ;
− Préciser le matériau sur lequel s’appuie le propos ;
− Être envoyés à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail mi-juin 2020.

Pour toute question relative à l’événement ou demande de précisions vous pouvez contacter :
iris.condamine@inserm.fr ou marina.silva.duartee@gmail.com

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux
(Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Comité scientifique : Luc BERLIVET (Cermes3, CNRS), Jean-François BERT (IHAR, Université de Lausanne), Marianne BLIDON-ESNAULT (CRIDUP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yasmine BOUAGGA (Triangle, CNRS), Flavien BOUTTET (APEMAC, Université de Lorraine), Christophe BROQUA (Institut des mondes africains, CNRS), Baptiste BROSSARD (College of Arts and Social Sciences, Australian National University), Fanny CHABROL (CEPED, IRD), Gilles CHANTRAINE (Clersé, CNRS), Philippe COMBESSIE (Sophiapol, Université Paris Nanterre), Mathilde DARLEY (CESDIP, CNRS), Christine DETREZ (Centre Max Weber, ENS de Lyon), Eric FASSIN (LEGS, Université Paris 8), Sylvain FEREZ (SantÉSIH, Université de Montpellier), Nicolas FISCHER (CESDIP, CNRS), Virginie GAUTRON (Laboratoire Droit et Changement Social, Université de Nantes), Gabriel GIRARD (SESSTIM, INSERM), Miriam GROSSI (Centro de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Federal de Santa Catarina), Laure HADJ (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne), Marie JAUFFRET-ROUSTIDE (CERMES3, Université Paris Descarte), Martine KALUSZYNSKI (Pacte, CNRS), Frédéric LE MARCIS (Triangle, ENS de Lyon), Stéphane LEROY (ESO, Université d’Angers), Lara MAHI (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Dominique MEMMI (CRESPPA, CNRS), Julie MINOC (Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin), Cindy PATTON (Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University), Pascale PICHON (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Sacha RAOULT (LDPSC, Université Aix-Marseille), Ranabir SAMADDAR (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Calcutta Research Group), Barbara STIEGLER (Sciences Philosophie Humanités, Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuel TAÏEB (Triangle, Sciences Po Lyon), Tonya TARTOUR (Centre de sociologie des organisations, Sciences-Po), Gaëtan THOMAS (Centre de recherches historiques, EHESS), Lars THORUP LARSEN (Department of Political Science, Aarhus University), Frieder VOGELMANN (Social Sciences Department, Frankfurt University).

Lien: https://shsvih.hypotheses.org/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search