Bourse de recherche – Socio-esthétique auprès des sans-abri

Médiation psychocorporelle via la socio-esthétique auprès des sans-abri

Thématique de recherche

En juin 2020, Nicolas Schmit (commissaire européen pour l’emploi et les droits sociaux), Ana Mendes Godinho (ministre portugaise du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale) et Yves Leterme (ambassadeur pour la lutte contre le sans-abrisme en Europe) alertaient sur l’augmentation du nombre de sans-abri qui atteindrait 700 000 personnes en Europe, soit 70 % de plus qu’il y a dix ans[1][2]. En particulier, ils pointaient le contexte pandémique qui a montré clairement qu’un logement décent est essentiel à la santé, au bien-être et l’insertion sociale de toute personne, et que son absence rend les personnes comme nos sociétés plus vulnérables. Pour les trois signataires, cette situation constitue une grave atteinte à la dignité, au sentiment d’appartenance à la communauté, à la vie même et est fondamentalement inconciliable avec les objectifs de progrès social que s’est fixés l’Union européenne.

Etre sans-abri, qu’est-ce que c’est ? En 2007 la Fédération Européenne d’Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri (FEANTSA) a proposé une typologie appelée ETHOS (European Typology on Homelessness and housing exclusion) qui précise et distingue quatre « catégories conceptuelles » de formes d’exclusion liée au logement[3] :

  • « logement inadéquat » : structures provisoires / non conventionnelles, logement indigne, conditions de surpeuplement sévère ;
  • « logement précaire » : habitat précaire, menaces d’expulsion, menaces de violences domestiques ;
  • « sans logement » : foyer d’hébergement pour personnes sans domicile, pour femmes, pour immigrés, personnes sortant d’institutions, bénéficiaires d’un accompagnement au logement à long terme ;
  • « sans-abri » : personnes vivant dans la rue, personnes en hébergement d’urgence.

D’après l’INSEE dans son « enquête auprès des sans domicile »[4], 141 500[5] personnes étaient sans domicile[6] en France en 2012, dont quasiment 80 % dans des agglomérations de plus de 20 000 habitants. Les sans-abri représentent dans cette enquête 9 % des sans-domicile. 21 % de ces personnes passent la nuit dans un lieu extérieur (rue, jardin, pont), 36 % dans un endroit plus abrité (cave, parking, grenier, hall d’immeuble, usine désaffectée…), 14 % dans une habitation de fortune (tente, cabane, grotte…), 17 % dans un lieu public (gare, métro, centre commercial, lieu de culte…), 8 % dans une halte de nuit ou plus rarement (4 %) une voiture ou un camion[7]. Il est également à noter que 65 % des personnes enquêtées dormaient seules.

Si la période pandémique actuelle a permis le déblocage d’aides exceptionnelles pour mettre à disposition des hébergements, notamment durant les périodes de confinement, il faut se poser la question de solutions durables pour sortir les sans-abri de la rue. Ceci est une préoccupation qui fait l’objet de déclaration d’intentions régulières de la part des responsables politiques[8].

Les solutions peuvent se répartir en deux groupes. Le premier consiste à agir sur les causes. En effet, pour ATD Quart Monde[9] ainsi que pour le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE)[10] les situations de rue naissent et se développent de ruptures et de difficultés qui s’entretiennent et se cumulent. Les personnes qui peuvent compter sur un réseau social et un métier auraient ainsi moins de chances de se retrouver à la rue. C’est ainsi que près d’un quart des 141 500 personnes sans domicile recensées par l’INSEE en 2012[11] avaient été des enfants suivis par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). L’identification des ruptures (insultes, agressions intrafamiliales, etc.) et leur prévention seraient ainsi un champ de travail pour le CESE. Le deuxième groupe de solutions se focalise sur la sortie de l’état de sans-abri. Cela peut aller de solutions coercitives qui proposent la mise en hébergement d’urgence d’office ou l’interdiction de vivre dans la rue[12][13] à des services d’aide par le logement ou le suivi social[14].

Pour le sociologue allemand Axel Honneth, le déni de reconnaissance sociale est à l’origine d’une société du mépris[15]. En particulier, il considère l’échec d’autoréalisation individuelle comme une pathologie sociale qui est également l’échec d’une société qui ne parvient pas à assurer à ses membres des conditions de vie réussie. Cette pathologie sociale entraînerait un mépris envers ceux qui ne parviendraient pas aux standards de la réussite, mépris qui menacerait directement la confiance et l’estime de soi des personnes qui en sont victimes.

C’est donc un double processus de dégradation qui est en route. Un de ces processus est celui de la dégradation physique. La vie dans la rue est un ensemble d’épreuves à surmonter[16][17][18] telles que l’insécurité, la maladie, les addictions, le froid excessif, la chaleur, les violences physiques (l’INSEE rappelle qu’il y a davantage de victimes de vol ou d’agression parmi les sans-domicile[19]). Ainsi, l’espérance de vie y est moins grande – 50,5 ans contre plus de 80 ans pour l’ensemble de la population française –, le CESE rappelant que pour les sans-abri, 57 % des décès ont lieu sur la voie publique et 27 % ont une cause externe violente (accident, suicide, homicide)[20].

L’autre processus, corollaire de la dégradation physique est la dégradation mentale. De manière évidente, l’enquête « Samenta » a permis d’établir la prévalence des troubles psychiatriques (psychotiques, troubles de l’humeur, anxiété, trouble de la personnalité, risque suicidaire) et celle des troubles liés aux addictions à l’alcool ou la drogue (surdosage, dépendance, sevrage)[21]. Aussi, la vie dans la rue, en rendant difficile l’accès à la nourriture, à des produits d’hygiène, des moyens de se doucher, d’avoir des vêtements propres, provoque une dialectique de désocialisation, de mépris et de chute de confiance et d’estime de soi. Pour Xavier Emmanuelli, le fondateur du Samu social, l’exclusion entraîne un sentiment d’inutilité sociale et de dévalorisation de soi, les personnes se sentent invisibles aux yeux des autres et par conséquent dans leur propre regard.

La Croix-Rouge française, dans ses actions pour lutter contre la grande exclusion, tente de favoriser l’accès à l’hygiène des plus démunis et en fait une étape vers l’estime de soi. En effet, le corps dans notre société permet d’entrer en relation avec les autres, mais comme le souligne Anne-Françoise Déquiré[22] il est aussi un capital à investir dans plusieurs champs liés à l’apparence et à l’hygiène corporelles : salles de sport, thérapies corporelles, cosmétiques, diététique, etc. Il est ainsi un médiateur de notre relation au monde et aux autres. En d’autres termes, il est une ressource identitaire qui nous aide à nous produire devant les autres et pour nous-mêmes. A ce titre, plusieurs recherches ont mis en évidence une relation entre satisfaction corporelle, apparence perçue et estime de soi[23]. Dès lors, dans une perspective de réinsertion, se pose la question des moyens qui sont à la disposition des sans-abri pour investir dans leur corps, alors même que ceux-ci ont des difficultés à simplement le tenir propre et le soigner. Chaque intervenant du Samu social sait que les préoccupations premières sont celles des soins d’urgence et du médical. Pourtant, les tatouages, piercings, scarifications peuvent être vus comme autant de stratégies de production de l’identité. Pour Carol Geoffroy-Romane et al.[24], le manque d’intimité des lieux publics prive les sans-abri du maintien et de l’entretien de soi. Les humeurs corporelles (sueur, urine, sang, salive…) qui sont habituellement réservées à l’intimité ou cachées sont dans la rue à la vue de tous et peuvent consciemment ou non être un moyen de s’adresser aux autres et d’aménager un espace externe. Le risque est que cette stratégie conduise à un renoncement des soins et à l’adoption de comportements aggravants.

L’objectif de cet appel est d’étudier une nouvelle stratégie de mise en place de dispositif Croix-Rouge permettant la réappropriation du corps « social » par les sans-abri. L’hygiène dans la rue est un véritable défi et son délaissement est une marque de l’effondrement de l’image de soi et que la souffrance ne peut plus être contenue. Cet appel veut évaluer en particulier la socio-esthétique dont la particularité est de permettre l’intervention « auprès d’une population fragilisée par une atteinte à son intégrité physique et/ou dans la détresse sociale »[25]. Les travaux existants suggèrent que la socio-esthétique améliore le bien-être général des personnes, notamment en les encourageant à (re)trouver ou à conserver le contact avec leur corps. Ainsi, la socio-esthétique contribue à améliorer la santé mentale par l’effet des soins sur la restauration de l’image de soi et de l’estime qui s’y rattache[26]. La littérature en socio-esthétique est aujourd’hui principalement fondée sur des travaux en oncologie[27][28], gériatrie et sur l’obésité. La démarche permet cependant son application dans des lieux variés et pourrait être un dispositif à développer auprès des publics en grande précarité que sont les sans-abri.

Les candidats à cet appel sont donc invités à explorer les obstacles et perspectives d’un dispositif de médiation psychocorporelle qui pourrait être réalisé par des soins portés sur l’apparence (socio-esthétique). Les candidats sont particulièrement encouragés à aborder :

  • la pertinence d’un tel dispositif sur les personnes en grande précarité ;
  • une réflexion sur la forme du dispositif (mobile, en hébergement d’urgence) et ses possibilités de mise en œuvre ;
  • les acteurs locaux impliqués par le dispositif ;
  • les freins à la mise en place d’un tel dispositif ;
  • les résultats attendus en termes d’estime de soi, de sentiment d’appartenance, de meilleure perception de l’image de soi, de construction de relations sociales.

Socio-esthétique auprès des sans-abri

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search