Publication – n°18 – Savoirs expérientiels et normes collectives d’automédication

Bien que se soigner par soi-même ne constitue aucunement un comportement contemporain, les pratiques actuelles comme les représentations qui les sous-tendent présentent des caractéristiques inédites, en lien avec les transformations récentes de l’expérience de la santé et de la maladie. La définition de l’automédication à laquelle se réfèrent les contributeurs de ce dossier relève d’une démarche inductive, fondée sur les significations que les acteurs accordent à leurs pratiques, sans présumer de la nature du recours employé (incorporation de remèdes, habitudes alimentaires, rituels comportementaux, activités physiques, etc.). Les articles réunis ont en commun d’examiner la manière dont s’articulent, au sein d’une population ou d’un territoire donnés, les conditions sociales d’existence, les « savoirs expérientiels » et les prescriptions collectives de comportement ou de consommation mobilisant des enjeux moraux. Ce cadre d’analyse, attentif aux déterminants sociaux comme aux systèmes de significations partagés, ainsi qu’aux dimensions biographiques et interpersonnelles, permet d’éclairer les pratiques mises en œuvre dans leur complexité.

Consulter le numéro


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
delphineburguet (12 mai 2021). Publication – n°18 – Savoirs expérientiels et normes collectives d’automédication. Amades. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b04v


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search