Appel à articles – « La santé au centre » pour la revue Sociologies Pratiques

La gestion de la crise sanitaire COVID 19 a révélé les inégalités dans les prises en charge selon les territoires, une action publique centrée sur l’hôpital et plus largement sur l’offre de soins sanitaires, laissant de côté le secteur médico-social. La crise a ainsi montré combien il était nécessaire de replacer la santé, et notamment les soins primaires, au centre. Le système français de soins primaires relève en effet historiquement d’un modèle professionnel dans lequel la structuration est faible et la répartition sur le territoire inégale. L’organisation des soins ambulatoires en France est encore largement déterminée par l’esprit de la charte de la médecine libérale de 1927 (Hassenteufel, 1997), même si ses principes fondateurs ont beaucoup évolué (Hassenteufel, Naiditch, Schweyer, 2020). Le principe de la liberté d’installation explique que, contrairement aux soins hospitaliers, il n’y a jamais eu de planification ni de carte sanitaire en la matière. Même si l’accès aux soins et la continuité des soins (permanence des soins) comptent parmi les priorités des ARS, le modèle français se caractérise par l’absence de projet global explicite des soins primaires, mais également par l’absence d’organisation populationnelle et territoriale des soins ambulatoires, notamment au regard du secteur hospitalier (Rapport IGAS 2018). Il est aussi caractérisé par la coexistence d’un système de financement collectif des dépenses de santé et d’une offre de soins privée.  

Ce dossier de la revue Sociologies pratiques propose de déplacer l’analyse d’une problématique classique centrée sur la maladie ou le soin pour étudier comment la santé peut être mise au centre des politiques publiques (par les ARS, les collectivités territoriales, la Délégation interministérielle de lutte contre la pauvreté…) et des territoires. Les conditions de vie, de logement, de travail sont des déterminants de santé importants qu’il est nécessaire de prendre en compte pour réduire les inégalités sociales de santé (cf. le dossier à paraître 2021-3 de la RFAS). Par ailleurs, la prévention devient un enjeu majeur pour faire face aux épidémies d’obésité, de diabète et aux états de comorbidité. Dans cette optique, il s’agit d’analyser comment la réduction des inégalités sociales de santé est pensée, organisée et mise en pratique sur les territoires.

Deux dimensions complémentaires seront explorées dans ce dossier. La première porte sur la transition d’un modèle curatif individuel vers un modèle de santé plus intégré en ce qu’il tend à articuler les différents secteurs sanitaire, médicosocial, social dans une perspective populationnelle et territoriale. Dans un contexte où la santé publique n’a jamais semblé prendre autant d’importance, il nous semble primordial de comprendre ce que signifie mettre la santé au centre. Mettre la santé au centre plutôt que le soin, c’est sortir d’une approche uniquement curative (guérir un malade) pour développer également une approche préventive et populationnelle (c’est-à-dire qui dépasse le seul cadre de sa patientèle et intègre plus largement les conditions de vie d’une population) relevant de la santé publique. De ce point de vue, les centres de santé font figure de précurseurs. La seconde dimension se penche sur la manière de réduire les inégalités sociales de santé au travers des politiques nationales et territoriales : la politique de la ville, avec la création des ateliers santé ville, a par exemple été un puissant vecteur d’initiatives locales et urbaines. La traduction différenciée de ces dimensions au niveau des villes, des départements et des régions a permis le développement de structures d’exercice coordonné ayant un projet de santé (centres de santé ou maisons pluri-professionnelles de santé) ou encore la mise en œuvre de PASS (Permanences d’Accès aux Soins de Santé) créées par la loi de 1998 relative à la réduction de l’exclusion par exemple.

Le constat a été fait que la coordination des soins repose en grande partie sur le patient ou sa famille et sur les modalités d’entente, souvent informelles (Ferrand, 2007), entre les différents professionnels (Bergeron, Castel, 2010). La formation commune initiale, la confiance partagée ou les conventions plus ou moins explicites entre les professionnels de santé participent d’une coordination latente de l’accès aux soins qui prend la forme d’une circulation des patients. Or les capacités à circuler dans le système de soins ne sont pas distribuées de manière homogène dans la population (Mariette, Pitti, 2020), et le report sur le patient de la coordination de son parcours est source d’inégalités. Ainsi la priorité politique donnée au développement des Maisons de Santé Pluriprofessionnelles (MSP) depuis leur légalisation en 2007 (Vezinat, 2019), ou la reconnaissance récente des centres de santé comme acteurs importants en soins primaires cherchent à invalider le constat historique afin d’améliorer l’accès et la continuité des soins. Reste entière la question de savoir quel est le degré d’institutionnalisation des parcours de santé. Prennent-ils appuis sur les réseaux informels pour constituer une carte locale de santé ? Mobilisent-ils l’ensemble des acteurs du territoire, au-delà du secteur sanitaire ? Observe-t-on l’arrivée de nouveaux acteurs ?  S’appuient-ils sur la professionnalisation du travail de coordination déployée dans certaines filières (exemple de la cancérologie), ou sur certains territoires (infirmières de santé publique) ? Assiste-t-on à un changement de modèle professionnel ou à une recomposition des conditions de travail des professionnels du premier recours ? 

Procédure de soumission d’article
• Adresser une intention d’article de 5000 signes maximum (espaces compris) avant le
mercredi 08 septembre 2021 par voie électronique à l’adresse suivante :
Sociologies.Pratiques.45@gmail.com
Elle devra contenir une présentation du questionnement sociologique, du terrain, de la
méthodologie et des résultats proposés.
• La revue retournera son avis aux auteurs dans le courant du mois de septembre 2021.
L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article final. Toute
intention d’article, comme tout article, est soumis à l’avis du Comité de lecture de la revue,
composé des deux coordinateurs, des membres du Comité de rédaction et d’un relecteur
externe.
• Les articles (au format de 15000 ou de 27000 signes, espaces compris) seront à retourner à
la revue pour le 1er décembre 2021 et donneront lieu à échanges avec le comité de lecture.
• La sortie du numéro est prévue pour mi-octobre 2022.
• Plus d’informations sur la revue : www.sociologies-pratiques.com

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search