Lauréate exæquo du prix de thèse AMADES 2020 – Francesca Mininel

Les membres du jury du prix de thèse, les membres du bureau et les membres du CA félicitent Francesca Mininel pour ses travaux réalisés dans le cadre d’un Doctorat en Anthropologie de l’Ecole Doctorale Espaces, Cultures, Sociétés (Aix-en-Provence). Sa thèse intitulée “Virginity for health : le concours de vierges modèles et la prévention du VIH/sida au Togo”, sous la direction de Frédéric Saumade et de Alice Desclaux, a été soutenue le 9 juillet 2019.

 

Virginity for health : le concours de vierges modèles et la prévention du VIH/sida au Togo

« Encourageons les vraies femmes ! »

En aout 2009, je travaillais en qualité de bénévole pour une association togolaise active en milieu rural, dans un petit village de la région des Plateaux, situé aux pieds du Mont Agou, entre Amoussoukopé et Kpalimé, qui compte quelques centaines d’habitants et ne dispose ni d’eau courante ni d’électricité. Un jour, alors que je voyageais en zémidjan1 pour me rendre à Kpalimé dans le but d’acheter des bidons d’eau potable et des médicaments, la moto est tombée en panne à la suite d’un petit accident. Malgré le travail régulier des petits garçons débrouillards qui passent une bonne partie de leur temps au bord de la route pour réparer les nombreux trous avec des arbustes et de la terre, l’état de la chaussée fut la cause de cette avanie. Le conducteur de zémidjan, qui, au lieu de la plaque d’immatriculation, avait disposé à l’arrière du véhicule une plaque métallique portant le message optimiste « ça va aller », essayait de me rassurer : « On peut toujours traverser les champs, et aller dormir dans le village le plus proche ! ».
En marchant sous la pluie, tandis que je cherchais en vain à capter le réseau téléphonique pour appeler mes amis, je tombais sur une énorme affiche publicitaire à la graphie particulièrement soignée, rehaussée de couleurs éclatantes : au premier plan une jeune fille noire souriait ; juste en dessous figurait le message « Une vraie femme sait attendre et ne cède pas aux pressions » ; à gauche, en bas, le mot « Abstinence » était gravé sur une bague de fiançailles qui figurait à côté du slogan « Encourageons les vraies femmes ! ». L’affiche portait le logo de l’United States Agency for International Development (USAID) et de Population Service International (PSI). Rentrée au village, j’en fis part aux volontaires de l’association, en leur demandant ce qu’ils en pensaient. Un jeune, qui se « débrouillait » dans le secteur associatif depuis quelques années, qui avait aussi mené des campagnes de distribution de préservatifs dans la région, me dit : « Maintenant c’est fini avec les capotes, des gens sont venus de Lomé pour nous dire que ce n’est pas notre tradition, qu’il faut encourager l’abstinence. Ils ont monté
aussi un concours de vierges qui est comme Miss Togo, seulement que les filles sont vierges ! ».
Les échanges qui suivirent m’intriguèrent : cette affiche laissait deviner un investissement financier important sur un thème cher aux conservateurs religieux étasuniens. Que faisait-elle sur une route secondaire d’une région forestière à l’intérieur d’un pays situé dans la « périphérie du monde » (Wallerstein, 2011), par ailleurs traditionnellement sujet à d’autres influences internationales ? Quel rapport subsistait entre ce message, véhiculé par une organisation étrangère, et la « tradition togolaise » dont parlaient les locaux ? Quel impact pouvait avoir un tel message sur la manière de concevoir les rapports de genre et la sexualité, dans un contexte où les jeunes femmes étaient particulièrement exposées au VIH ? Et surtout, qu’était donc ce Trophée des vierges dont m’avait parlé ce jeune homme ?

Le Trophée des vierges

Le Trophée des vierges est un concours de Miss, suivant le modèle nord-américain devenu mondialisé, qui met en compétition ici des jeunes filles vierges âgées de 16 à 25 ans. Il est organisé sur l’ensemble du territoire national dans le but proclamé de réveiller « la valeur de la virginité féminine dans les traditions africaines » et de lutter contre les IST et le sida à travers la promotion médiatisée de vierges modèles, dont la vertu est supposée former le meilleur des antidotes.
Depuis 2009, cet évènement se déroule chaque année après un long processus de sélection des candidates. La communication de l’événement est faite par la radio, les réseaux sociaux et la distribution des fiches informatives dans les établissements scolaires et dans les églises. Un premier écrémage des aspirantes Miss vierge est réalisé par l’évaluation des entretiens visant à évaluer leur « moralité » et leurs compétences communicationnelles (notamment leur capacité à véhiculer la valeur de la virginité).
Les filles qui passent cette première sélection seront tenues de suivre une formation en santé sexuelle et reproductive (test de virginité, hygiène corporelle, hygiène sexuelle, cycle menstruel, grossesses précoces, analyses prénuptiales, VIH–sida, dépistage) et en stratégies de communication (tenir un discours en public, danser, défiler en talons, marcher de manière élégante, bien s’exprimer en français). Les cours sont organisés par les membres de l’association et parfois par des professionnels de la santé (infirmiers, sages-femmes ou médecins). Les parents des filles sont encouragés à s’impliquer dans l’événement et à soutenir les participantes. Au terme de ce processus de sélection et de formation, une dizaine de finalistes est sélectionnée pour prendre part à la phase finale du Trophée : le test gynécologique de virginité et, ensuite, la « grande finale », nommée l’« Apothéose des vierges ». Au cours de cette soirée, retransmise à la Télévision nationale, les candidates doivent défiler en robe de soirée et en tenue traditionnelle, présenter un exposé portant sur la santé sexuelle et reproductive et montrer leur habileté dans les danses typiques de différentes communautés togolaises.
La jeune fille qui gagnera le concours sera la Reine nationale pendant l’année suivante : « au cours de son mandat, elle aura pour mission de sensibiliser les populations à la base sur l’importance de la virginité et de la chasteté afin d’éviter les infections sexuellement transmissibles, les grossesses précoces, les arrêts scolaires et de rester digne jusqu’au mariage2 ». Toutes les filles qui ont participé au moins une fois à l’événement feront partie du « Royaume des vierges », un groupe de parole et de discussion sur le thème de la virginité et de la sexualité, réservé aux filles vierges.
Le Trophée, qui a bénéficié du soutien de groupes religieux, de membres du corps médical ainsi que de fonctionnaires des institutions nationales et internationales, est mis en place par une association locale sous parrainage du Conseil National de Lutte contre le Sida/IST, qui, dans son « Rapport de progrès sur la riposte au sida au Togo » (2012, 2014 et 2015) l’a défini comme la « meilleure pratique au Togo dans les domaines de la prévention du VIH/sida ».

La virginité est-elle une valeur « traditionnelle » ?

La compétition spectaculaire du Trophée des Vierges révèle les dimensions socioculturelles et politiques de la promotion de l’abstinence jusqu’au mariage en tant que stratégie préventive du VIH au Togo, dans un contexte général d’extraversion économique (Bayart, 1999) où la « souveraineté » se configure comme « mouvante et supracoloniale » (Pandolfi, 2000) et, où, en même temps, se renforcent les tendances identitaires et religieuses. Selon plusieurs chercheurs, les programmes psychosociaux mis en place dans le cadre de la lutte contre le sida en Afrique subsaharienne ont favorisé le processus de « subjectivation » et véhiculé des modèles qui ne relèvent pas seulement du domaine de la sexualité mais aussi de l’organisation familiale et sociale (Becker & Geissler, 2009; Dilger & Luig, 2012; Dilger & Rasing, 2014). En se situant en continuité avec ces études, nous avons montré, à partir d’une enquête ethnographique approfondie, réalisée au Togo entre janvier 2016 et août 2017, que le concours des vierges, bien qu’il ait l’ambition de représenter tous les groupes ethniques du pays en célébrant la virginité en tant que valeur « traditionnelle » commune (nationale et panafricaine), porte une idée de développement basée sur des notions religieuses transnationales (monogamie, fidélité, abstinence), sur des « techniques » propres au milieu urbain globalisé (utilisation des médias, des réseaux sociaux, format du spectacle calqué sur celui des concours de beauté nord-américains) et sur des pratiques renvoyant aux « savoirs scientifiques » (test gynécologique de virginité, communication pour le changements du comportement, mobilisation des concepts d’hygiène et de santé sexuelle et reproductive).
Ce que nous nous sommes proposé ici est donc de démêler le paradoxe entre les instances modernistes et développementalistes de cet évènement et sa démarche néo-traditionaliste : à quelle « tradition » les militants pro-virginité font-ils appel ? Existe-t-il une « tradition » commune encadrant l’entrée dans la sexualité tant au Nord qu’au Sud ? Quels changements les pratiques « traditionnelles » ont-elles subis face à la colonisation, à la christianisation et à la mondialisation ? Comment le répertoire des signes associés à la modernité occidentale peut-il fonctionner au sein de revendications identitaires parfois explicitement « anti-occidentales » ? Le rite le plus souvent mentionné par les partisans du Trophée comme étant la version ancienne et préchrétienne du test de virginité est l’initiation féminine akpema, pratiquée chez les Kabiyè dans le Nord du pays. Selon les récits qui circulent dans la capitale, pendant cette cérémonie la jeune initiée doit
se rendre au sommet de la montagne et s’assoir sur la pierre sacrée, considérée comme dotée de pouvoirs mystiques. Si la fille n’est pas vierge elle sera sujette à des saignements graves et son entourage au risque de mort. Nous conduirons alors le lecteur dans les villages du massif kabiyè, région d’origine de la famille au pouvoir depuis 1963, où nous avons assisté aux initiations féminines, dans le cadre desquelles la pureté pubère parait être centrale. En interrogeant les jeunes akpenou et les différentes significations qu’elles attribuent à ce passage initiatique, nous décrivons les imaginaires que ce rite évoque, les logiques politiques et religieuses qui les façonnent, et leur circulation entre la capitale et le milieu rural.
Nous avons exploré les constructions contemporaines de la « féminité » dans le contexte urbain mina-éwé au travers de l’analyse des représentations changeantes de la figure de Mamywata, la sirène serpent qui dans le vodu représente une déesse puissante et joyeuse. Aujourd’hui, cet « esprit » fait l’objet d’une diabolisation par les adeptes des églises du Réveil, puisqu’elle est réinterprétée selon la démonologie chrétienne qui prévoit la possession sexuelle par les démons sataniques. On montrera que cette « sirène urbaine », qui renvoie également à une esthétique postcoloniale et à l’imaginaire de la contamination par voie sexuelle lié à l’épidémie du VIH, incarne des inquiétudes sociales généralisées portant sur le processus d’autonomisation des femmes et sur ses conséquences en termes de changements sociaux.
En outre, pour comprendre comment les notions transnationales véhiculées par les organismes de développement sont réappropriées au niveau local et comment l’articulation entre le « global » et le « local » façonne les pratiques contemporaines de la sexualité et la construction du genre ainsi que les systèmes d’organisation familiale, sociale et communautaire, il a été nécessaire de compléter l’investigation ethnographique du Trophée des vierges par une enquête portant sur l’entrée dans la sexualité auprès des jeunes étudiants et étudiantes résidant à Lomé.
Cela implique de problématiser de la notion de virginité elle-même, à partir de l’analyse des discours et des pratiques autour du « vagin », terme émique se référant ici à plusieurs parties de l’organe génital féminin. L’absence de rapports sexuels est-elle vécue comme significative ? Comment les jeunes vivent ils leur premier rapport sexuel ? Quelles significations y attribuent-il ? La virginité est-elle conçue comme absence d’activité sexuelle ou donne-elle lieu à des comportements de substitution ? Est-elle « reproduite » au travers de l’usage de substances « magiques » et rétrécissantes ? Les recherches concernant la conceptualisation contemporaine de la virginité (Bersamin, Fisher, Walker, Hill, & Grube, 2007; Carpenter, 2001; Hans & Kimberly, 2011; Leclerc-Madlala, 2001) montrent que celle-ci n’est pas conçue par les adolescents comme absence d’activité sexuelle : le sexe oral et anal, le viol, les abus sexuels, les rapports non désirés, sont souvent considérées comme de l’abstinence. D’ailleurs, la notion transnationale de « seconde virginité » (secondary virginity), véhiculée par les ONG étasuniennes, permet de dépasser la définition « hyménale » et prendre en compte l’agency des sujets pour déterminer si l’activité sexuelle implique nécessairement la perte de la virginité. Cependant, la recherche de l’« épreuve scientifique » de la virginité est toujours au centre des discours des militants pro-abstinence.
Au travers de notre ethnographie du test réalisé par le gynécologue de l’Association Togolaise pour le Bien-être familial (ATBF) en partenariat avec le Conseil National Lutte contre le Sida (CNLS/IST – Togo), on mettra en évidence la nature problématique et éthiquement controversé de cette pratique médicale : l’examen est effectué par toucher rectal ou par l’utilisation d’une sonde urinaire insérée dans l’orifice de l’hymen, ce qui permettrait, selon le spécialiste, d’établir une différence entre la « défloration » et la perte de la virginité. La virginité devient-elle alors une question « technique » ? La pratique du test se situe-elle en continuité ou en rupture avec les rites qui accompagnent l’entrée en sexualité des jeunes filles dans les différents groupes ethnolinguistiques du pays ? Au cœur de notre thèse, ces paradoxes et éléments de relativisation conduisent à interroger en termes anthropologiques les notions d’abstinence et de virginité.
Cette étude révèle les logiques multiples et changeantes qui sous-tendent les comportements sexuels et les dynamiques de genre en milieu urbain mondialisé, pour, entre autres objectifs, comprendre les facteurs de vulnérabilité sociale des jeunes filles et de la culpabilisation des femmes face à l’épidémie du VIH.

Cadre théorique et méthode

Pour mener cette étude, nous avons fait appel à plusieurs champs d’analyse anthropologique : l’anthropologie de la santé, de la religion, du développement et du spectacle. L’approche se situe dans la continuité de l’anthropologie dynamiste dont le continent africain a constitué le terrain privilégié depuis les travaux précurseurs de Max Gluckman et Georges Balandier. Nous prendrons donc nos distances avec les approches culturalistes nord-américaines ainsi que les tendances postmodernes européennes pour comprendre l’interrelation entre les aspects matériels et les enjeux symboliques des dynamiques historiques, dans une perspective comparative qui met en évidence les multiples facettes du rapport entre le « global » et le « local » ainsi que ses paradoxes, contradictions et ambiguïtés. Notre recherche repose sur une enquête de terrain d’une durée totale de 12 mois, conduite à Lomé au cours d’une période allant de janvier 2016 à août 2017. L’enquête, fractionnée en fonction des différents points de focalisation qu’implique la problématique, a eu pour corollaire l’emploi d’une méthodologie plurielle : immersion ethnographique pour le Trophée des vierges, observation ethnographique pour la cérémonie akpema, entretiens semi-directifs pour les enquêtes « étudiants » et « femmes vivant avec le VIH » (FVVIH).

La solitude éthique du chercheur

L’éthique est un ensemble de « règles ayant pour objet de soumettre l’activité scientifique au respect de valeurs jugées plus importantes que la liberté du chercheur » (Supiot, 2001). Quand les enjeux éthiques sont multiples et apparemment contradictoires, comment articuler le respect des différents « valeurs » ? Dans le cadre du Trophée des vierges, je me suis retrouvée dans un véritable dilemme, entre la volonté de respecter la subjectivité et les choix des personnes impliquées et l’obligation éthique de dénoncer des pratiques jugées comme contraires à la dignité humaine par des nombreux acteurs et institutions internationales. Il s’agissait bien sûr de pratiques « volontaires » mais je ne pouvais pas ignorer le fait que les sujets concernés étaient insérés dans des relations hiérarchiques de genre (filles/garçon), d’âge (les candidates étaient considérablement plus jeunes que les organisateurs) et de statut (patiente/médecin, citoyenne / fonctionnaire d’État) qui conditionnaient fortement leur comportement et leur capacité à réagir face à des situations désagréables et des abus.
Le Conseil National de Lutte contre le VIH et les IST du Togo (SP-CNLS/IST) a parrainé le Trophée des vierges sans interruption de 2012 à 2016, en le listant également parmi les meilleures activités de prévention réalisées dans le pays en 2012, 2014 et 20153. Des chargés de programme travaillant pour les agences onusiennes FNUAP et ONUDI ont soutenu diversement et pendant plusieurs années cet évènement : les Reines vierges ont été invitées en tant que « ambassadrices de la lutte contre le VIH » à plusieurs initiatives institutionnelles organisées par l’ONUSIDA. Pourtant, la pratique du test de virginité est considérée comme un abus médical par des nombreuses associations4 et bannie par l’ordre des médecins belge, qui la considère comme « un acte médical inutile » et « une agression ». Par ailleurs, en 2018 le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, ONU-Femmes et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) « ont appelé à mettre un terme à cette pratique médicalement inutile et souvent douloureuse, humiliante et traumatisante ».
La Déclaration de l’OMS apparaît sur les bases de notre étude comme appropriée et pertinente dans le contexte togolais. Je me suis donc sentie et me sens encore prise entre le devoir éthique, professionnel et politique, de témoigner et dénoncer des situations d’abus et de violence, la peur de « trahir » (Cefaï, 2003) la confiance que les filles m’ont accordée et la crainte d’alimenter, malgré mes intentions, des formes de « culturalisme ordinaire » (Musso, 2008).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search