Compte rendu d’ouvrage – « Anthropologie du médicament au Sud : la pharmaceuticalisation à ses marges » – Delphine Burguet

Desclaux Alice, Egrot Marc (dir.), 2015, Anthropologie du médicament au Sud : la pharmaceuticalisation à ses marges, Paris, L’Harmattan, (« Anthropologies et Médecines »), 282 p.

Comte rendu écrit par Delphine Burguet

Dans une introduction intitulée « Le médicament diffusé au Sud. Contextes, formes culturelles et effets sociaux observés depuis ses marges », Alice Desclaux et Marc Egrot, posent les bases de la connaissance anthropologique des manières de produire, de diffuser et de consommer les médicaments dans les pays dits du Sud. Puis, ils proposent une série d’études de cas structurée en quatre parties thématiques : 1) Le médicament à la marge du paiement ; 2) Le médicament à la marge de l’approvisionnement formel ; 3) Le médicament à la marge du thérapeutique ; 4) Le médicament à la marge du médical.

Les auteurs proposent des ethnographies situées dans les pays dits du Sud, représentés par un certain nombre de pays d’Afrique de l’Ouest dont le Sénégal, le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Ghana et le Bénin, et l’Afrique du Sud. Toutefois, deux études de cas laissent place au continent asiatique, avec un terrain d’enquête au Cambodge, le deuxième aux Philippines. Ajoutons que d’autres sources analysées dans l’ouvrage sont issues de terrains européens, ce qui lui donne un intérêt méthodologique supplémentaire par la comparaison de mécanismes de la pharmaceuticalisation et de ses circuits. Certaines études croisent les espaces de recherche, une approche pertinente qui légitime l’analyse des flux du médicament, et les échelles territoriales, du local au global. Les auteurs insufflent ainsi une dynamique de la recherche en anthropologie médicale et de la santé en s’interrogeant sur l’absence de terrains d’étude en Afrique de l’Est et dans l’océan Indien. Comme ils le précisent, cette répartition inégale de l’ethnographie ouvre des perspectives quant aux mêmes questionnements dans d’autres sociétés.

Les deux auteurs introduisent le propos en mettant en perspective l’importance quantitative et qualitative des médicaments avec les ressorts culturels et sociaux de leurs usages et les impacts sur la gestion de la santé, de la maladie et des soins dans les pays du Sud. Ils ouvrent la voie à des analyses qui s’attachent à saisir les dynamiques sociales et les enjeux politiques de la diffusion des médicaments. Alice Desclaux et Marc Egrot annoncent plusieurs objectifs à ce projet éditorial : documenter les significations des usages des médicaments ; appréhender les perceptions des consommateurs dans leur contexte de vie et de soins ; analyser les discours et les interactions entre acteurs autour de la question de la médicalisation. L’articulation de ces objectifs est construite à partir de situations dites « à la marge » par rapport à un modèle dominant, ce qui permet aux auteurs de dépasser des catégorisations classiques, ces dernières laissant peu la place au décryptage de phénomènes sociaux complexes ou émergents.

Dans la première partie intitulée « Le médicament à la marge du paiement », Bernard Taverne propose la mise en récit de l’histoire d’une décision hautement politique, celle de l’adoption de la gratuité des médicaments antirétroviraux au Sénégal. L’auteur utilise la biographie[1] afin d’appréhender le processus de décision comme objet d’étude et, par-là, de saisir son histoire sociale. Sa description met à jour les réseaux d’acteurs nationaux et internationaux de santé publique, du politique, de l’industrie pharmaceutique et des organisations internationales. Marc Egrot présente ensuite un chapitre qui explore le don de médicaments à partir de l’exemple des traitements antirétroviraux au Sénégal. Il apporte un éclairage sur les constructions sociales des dons, prenant en compte l’individuel et le collectif, les circuits officiels, les espaces professionnels et leur périphérie. Son analyse amène à considérer la pratique à la marge des logiques de soins, en des espaces sociaux informels et inhabituels. Ashley Ouvrier, quant à elle, apporte un regard original sur la question du don de médicament comme révélateur de la relation soignant-soigné dans un dispensaire catholique de Guédiawaye, situé dans la banlieue de Dakar au Sénégal. Dans cette ethnographie, se jouent des relations de soins en partie fondées sur des représentations symboliques et religieuses des biens échangés. Dans un dernier chapitre, Valéry Ridde et Oumar Mallé Samb proposent une lecture analytique des confrontations politiques de la gratuité des médicaments en Afrique de l’Ouest. Ils rendent compte des représentations et des perceptions véhiculées par les agents de santé sur la gratuité des médicaments et des soins de santé par l’analyse des écrits scientifiques et des rapports institutionnels. Ils décryptent également le contenu des discours produits par les partisans de la gratuité et par ceux qui sont en désaccord, afin de questionner l’ambivalence et la pluralité des perceptions concernant la couverture universelle en Afrique.

La deuxième partie, « Le médicament à la marge de l’approvisionnement formel », est ouverte avec la présentation d’une étude de Bernard Taverne et Marc Egrot, sur le trafic de médicaments antirétroviraux entre le Sénégal et l’Europe. Leur travail apporte des éléments d’analyse à la marchandisation des médicaments, objets de transactions commerciales et financières et de politiques locale et globale, où les patients et la maladie, le VIH, restent éloignés des logiques d’acteurs. Toujours en Afrique de l’Ouest, Carine Baxerres propose un chapitre sur la contrefaçon pharmaceutique, question peu investiguée par les Sciences humaines et sociales alors qu’elle est définie comme un problème majeur de santé publique. L’auteure apporte des éléments de réponse quant aux enjeux politiques et économiques de la contrefaçon et de la malfaçon ainsi que du marché informel du médicament. Au Cambodge, Pascale Hancart-Petitet produit une étude biographique de la « pilule chinoise », une combinaison de mifépristone (hormone) et de misoprostol (antiulcéreux), utilisée pour ses effets contraceptif et abortif. Elle démontre ce qui se joue au niveau des politiques sanitaires des pays du Sud et à la marge des circuits professionnels de santé.

Dans la troisième partie, « Le médicament à la marge du thérapeutique », est présentée une étude sur les traitements antirétroviraux au Sénégal, consacrée plus précisément aux lipodystrophies, des anomalies de la répartition des graisses et symptômes introduits par la iatrogénie médicamenteuse. Alice Desclaux offre une lecture critique de la perception des lipodystrophies par des personnes sous traitements antirétroviraux. Dans le chapitre suivant, proposé par Maria Teixeira, Nathalie Bajos, Agnès Guillaume et une équipe de chercheurs Ecaf[2], sont questionnés les usages à la marge de la contraception hormonale. Les effets imputés à la contraception, par exemple sur le flux sanguin des règles, sur le poids, sur le physique, sont analysés à la lumière d’une enquête de terrain menée auprès de femmes du Sénégal, du Burkina Faso et du Ghana, où la prévalence contraceptive est faible.

Dans la dernière partie intitulée « Le médicament à la marge du médical », la première étude est consacrée aux « stimulants sexuels » qu’il faut entendre comme tout type de produit destiné à séduire, à faciliter la relation sexuelle ou à accroitre le plaisir sexuel. A partir d’un terrain d’enquête mené à Ouagadougou, Blandine Bila analyse le « besoin perçu » des usagers qui situe ces stimulants à la marge du médicament. L’auteure entre là dans la sphère secrète des femmes pour décrypter les interactions sociales qui se nouent autour de la sexualité, de la santé et de la maladie. Dans le chapitre suivant, il est question d’une étude comparative située au Pays-Bas, aux Philippines et en Afrique du Sud sur les contraceptifs. Anita Hardon montre la prédominance d’une méthode contraceptive sur les autres en fonction des sociétés étudiées et articule ces préférences à la réalité sociale des utilisatrices mais également aux types de campagne de prévention des professionnels de santé. Enfin, les phytoremèdes et leurs usages au Sénégal sont analysés par Alice Desclaux, définis comme des produits thérapeutiques pharmacologiquement actifs, au travers de l’étude de l’Aloe Vera, de ses usages et de ses représentations.

En conclusion, Alice Desclaux et Marc Egrot insistent sur l’importance des médicaments et leur usage croissant dans le système de soins et à ses marges, dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, notamment en raison de l’émergence des maladies chroniques, de l’extension des capacités des dispositifs sanitaires et du progrès des connaissances pharmaceutiques. Ils reprennent les différentes conclusions et interrogations présentées par les auteur.es afin de dégager de nouvelles perspectives de recherche sur la pharmaceuticalisation. Ils identifient un manque d’étude concernant les pays du Sud, au regard des terrains d’enquête menés dans ceux du Nord. Cet ouvrage est sans doute le premier travail éditorial qui permet de saisir les enjeux et les réalités sociales et politiques du médicament au Sud. Par sa masse de données et ses multiples interrogations anthropologiques, il pose ainsi les bases d’un champ d’étude à investir.


[1] Voir Appadurai 1986 ; Whyte, Van der Geest et Hardon 2002 ; Van Der Geest et White 1988.

[2] Ecaf : Emergency Contraception in Africa

Lectures complémentaires

Ève Bureau-Point, Compte rendu : https://doi.org/10.4000/lhomme.29008

Fanny Chabrol, note de lecture : https://www.iris-france.org/note-de-lecture/anthropologie-du-medicament-au-sud-la-pharmaceuticalisation-a-ses-marges/

Agathe Camus, analyse de livre : https://doi.org/10.1051/medsci/20153112019

Clémence Schantz, compte rendu : https://www.persee.fr/doc/asean_0859-9009_2014_num_33_1_2341

Dolorès Pourette, « Le médicament au-delà du soin », La Vie des idéeshttps://laviedesidees.fr/Le-medicament-au-dela-du-soin.html

Yvan Droz, compte rendu : https://www.ethnographiques.org/DESCLAUX-Alice-EGROT-Marc-dir-2015-Anthropologie-du-medicament-au-sud-la

Mathieu Quet, note de lecture : http://10.3917/autr.080.0151

Pierre-Marie David, compte rendu : http://doi.org/10.17157/mat.3.1.261

A écouter : « Anthropologie du médicament », « Priorité santé », RFI, Alice Desclaux et Marc Egrot

Ecouter l’émission


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search