Disparition de Sandrine Musso, anthropologue de la santé

Nous, membres du bureau AMADES, membres du CA AMADES, adhérents et sympathisants AMADES, sommes profondément déroutés et affectés par la disparition de Sandrine Musso, partie trop tôt, ce samedi 7 août, à la suite d’une longue maladie. 

Sandrine est, a été, et restera une personnalité centrale de l’AMADES, par les idées qu’elle a insufflées, l’énergie qu’elle y a consacrée, par son soutien sans faille à l’association et son engagement pour l’anthropologie politique appliquée aux causes les plus dignes (santé, migration, genre, …).

La cérémonie aura lieu mercredi 11 août à 15h à l’église orthodoxe russe Saint Eloi, 1 boulevard Mont Rose 13008 Marseille. Pour celles et ceux qui voudraient envoyer un message de soutien à ses proches, une adresse mail a été créée : sandychery.fm@gmail.com

Sandrine a été une membre très active au sein de l’association AMADES, membre du CA, membre du bureau, membre du jury du prix de thèse. Anthropologue engagée, elle a contribué à la dynamique de l’association et de ses activités scientifiques : Bulletins AMADES, prix de thèse en sciences sociales de la santé AMADES, colloques, activités de vulgarisation et de médiation scientifique, etc. Elle fut un soutien important dans les transformations associatives, en insufflant son énergie, sa confiance, sa créativité et son expérience aux nouvelles et nouveaux arrivé.es, aux plus jeunes générations aussi. Elle a porté, sans jamais brider, les nouvelles dynamiques au sein de l’association.

Si le décès de Sandrine est une perte immense pour le monde de l’anthropologie, mais aussi pour les mondes associatif et militant, nous pensons avant tout à ses proches, auxquels l’AMADES exprime tout son soutien et ses plus sincères condoléances. Son visage, sa voix, ses idées continueront de nous accompagner longtemps encore, nous, membres, adhérents et sympathisants AMADES. Avec son départ, toute l’anthropologie de la santé est endeuillée. Elle lègue à la discipline tant d’idées et de postures. Sa présence unique nous manque déjà. Elle nous est éternelle.

*

Sandrine était anthropologue de la santé et militante, maître de conférence à Aix-Marseille Université. Elle avait soutenu en 2008 une thèse de doctorat d’Anthropologie sociale et Ethnologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, préparée sous la direction de Jean-Pierre Dozon, intitulée « Sida et minorités postcoloniales. Histoire sociale, usages et enjeux de la cible des « migrants » dans les politiques du sida en France ». 

Ses recherches portaient sur l’anthropologie politique de la santé et du sida, les phénomènes de discriminations, les catégorisations sociales dans le traitement de la maladie, la médiation en santé publique, et sur l’engagement et la réflexivité dans la conduite de la recherche. Ses enseignements portaient sur les façonnements sociaux du biologique et l’anthropologie de la santé au département d’anthropologie d’AMU. 

Plus récemment, elle s’intéressait aux constructions contemporaines de l’ « altérité sanitaire ». Les programmes de recherche sur lesquels elle était engagée portaient sur l’histoire sociale de l’héroïne en France (ANR) et le placement précoce des enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance dans la ville de Marseille.

Depuis la crise sanitaire liée au Covid-19, elle coordonnait avec Marc Egrot le programme CoMeSCov : « Confinement et mesures sanitaires visant à limiter la transmission du Covid-19 : Expériences sociales en temps d’épidémie en France, en Italie et aux USA » (IRD/CNE, REACTing, ANR).

*

Pour lire et relire ses travaux de recherche, voici une liste exhaustive de ses publications, riches et foisonnantes, au carrefour de l’anthropologie politique et de l’anthropologie de la santé, qui témoignent de cet engagement intellectuel et militant qui animait les recherches et les activités de Sandrine.

Direction d’ouvrage

2021, avec Alice Desclaux et Aïssa Diarra (dirs), « Guérir en Afrique. Promesses et transformations ». L’Harmattan, 370p.

https://amades.hypotheses.org/files/2021/05/Flyer-RV-Gue%CC%81rir-en-Afrique.pdf

 

Articles dans des revues à comité de lecture

2021, avec Carine Baxerres et Dorothée Dussy, « Le vivant face aux “crises” sanitaires », Anthropologie & Santé, 22.
URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/9735

2021, Avec Monia Lachheb et Christophe Broqua, « Le Maghreb face au VIH/sida », L’Année du Maghreb, 25.
URL : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/7624

2017, avec Marien Gouyon, « Formes et enjeux pluriels des dispositifs de visibilité en matière de causes liées à la sexualité : trajectoires croisées de la lutte contre le sida et des luttes LGBT au Maroc », L’Année du Maghreb. n°17.
URL : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/3261

2017, « Comment l’anthropologie de la santé éclaire certains enjeux des migrations », Idées économiques et sociales, n° 189.

2016, « L’étranger malade : une cause devenue digne d’être défendue », Plein Droit. Revue du Gisti, « Quelle crise migratoire ? ».

2015, avec Bouillon F., Lees J., De Cheveigné S., « Repérer – et vivre- la précarité énergétique en ville », Annales de la recherche urbaine, Octobre.

2015, avec Didier Fassin, Jean-Sébastien Eideliman (dir.), « Économies morales contemporaines », Terrains/Théories, janvier 2015,
URL : https://journals.openedition.org/teth/264

2013, avec Vinh-Kim Nguyen, « D’une industrie… l’autre ? », Genre, sexualité & société, 9, 2013,
URL : https://journals.openedition.org/gss/2882

2013, « A propos des façonnements sociaux du renoncement aux soins », Commentaire pour Sciences sociales et santé, Vol 31, n° 2, Juin, 97-102.

2013, La « participation profane » et son usage dans le champ de la médiation socio-sanitaire, Rhizome. Bulletin national santé mentale et précarité, n°49-50, Octobre, p. 22-24.

2012, avec Sakoyan J., Mulot S., « Migrations et circulations thérapeutiques : Odyssées et espaces ». Introduction au dossier thématique. En quête de soins : soignants et malades dans la globalisation, Anthropologie et Santé, URL : https://journals.openedition.org/anthropologiesante/1040

2012, « Être régularisé au titre de la maladie en France », in Corps, Corps des affects. Corps en migrations, CNRS Éditions, n° 10, p. 153-163.

2012, avec Bouillon F., Lees J., De Cheveigné S., « La précarité énergétique : enquête ethnographique sur une nouvelle catégorie de l’action publique », Natures, Sciences et Sociétés.

2011, avec Sakoyan J. et Mulot S., Quand la santé et les médecines circulent. Introduction au dossier thématique Médecines, mobilités et globalisation, Anthropologie et Santé, décembre.
URL : https://journals.openedition.org/anthropologiesante/819

2009, « Faire preuve par l’épidémiologie : lectures « indigènes » des chiffres du sida », Quaderni, n°68.
URL : https://journals.openedition.org/quaderni/179

2008, « A propos du « malaise éthique » du chercheur : les leçons d’un terrain sur les objets « sida » et « immigration » en France ». ethnographiques.org, n° 17.
URL : http://www.ethnographiques.org/2008/Musso.html

2007, « Les paradoxes de l’invisibilité. Le travail de rue d’une association marseillaise auprès de prostituées maghrébines ». ethnographiques.org, n° 12.
URL : http://www.ethnographiques.org/2007/Musso.html

2007, « L’annonce de séropositivité dans le contexte de la trajectoire migratoire », in Revue Métisse, Lettre de l’Association Internationale d’Ethnopsychanalyse, n° spécial « L’annonce de la mauvaise nouvelle », Vol XVII : 28-40.

2006 « La relation thérapeutique sans le savoir. Approche anthropologique de la rencontre entre travailleurs pairs et personnes sans chez-soi ayant une co-occurrence psychiatrique », avec Girard V., Driffin K., Naudin J., Rowe M., Davidson L., Lovel A. M., L’Evolution psychiatrique, volume 71, n° 1 : 75-85.

2002, « An Arab-Islamic view », avec Fanget D. et Chérabi K., Prospects. Quaterly review of comparative education, Unesco, Vol XXXII, n° 2 : 201-214.

2001, « Maghreb, sida et toxicomanie, un sujet délicat », Peddro, Unesco, n° spécial 3/4, Abus de drogue et sida, pp. 29-32.

2000, « L’accès aux soins des étrangers en situation précaire », Hommes et Migrations, n° 1225 : 88-93.
URL : https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2000_num_1225_1_3514

1997, « Enquête : l’accès aux soins des étrangers atteints par le VIH en France », Journal du Sida, n°104, Décembre : 34-36.

1997, « Marseille : Une coopération parfois houleuse entre acteurs institutionnels et de terrain », avec Hanoun B., Journal du Sida, n° 92-93, spécial Monde arabe-Migrants.

 

Chapitres d’ouvrages collectifs

2021, « Conclusion. A propos de guérir : retour sur un travail collectif », in Guérir en Afrique. Promesses et transformations, L’Harmattan.

2015, « Les migrants sont par nature vulnérables », Les idées reçues en santé mondiale, (Dir) Ouatara F., Ryde V., Presses Universitaires de Montréal.

2015, Chapitre sélectionné dans l’ouvrage 30 idées reçues en santé mondiale, Collection Best Seller, Presses de l’EHSP.

2015, Avec Johanna Lees, Florence Bouillon, Suzanne de Cheveigné., « La précarité énergétique : Enquête sur une nouvelle catégorie d’action publique » in BESLAY, C et ZELEM, MC, Sociologie de l’énergie. Volume 2, Paris, ed CNRS.

2011, « Les suds du nord. Mobilisations de personnes originaires du Maghreb face à l’épidémie de sida en France », in Eboko F., Broqua C., Bourdier F. Eds, Les suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Paris, IRD Editions.

2011, « Les femmes séropositives originaires d’Afrique sub-saharienne en France ; les ambivalences d’une visibilité émergente » In Desclaux A., Msellati P., Sow K. (eds). Les femmes à l’épreuve du VIH dans les pays du Sud. Genre et accès universel à la prise en charge. Paris, ANRS, Collections Sciences sociales et sida, pp. 233-246.

2009, « Malades, victimes ou coupables ? Les dilemmes des luttes contre le sida en France », avec G. Le Naour, in L. Mathieu, S. Lefranc (dir.), Mobilisation de victimes, Presses Universitaires de Rennes, Décembre
Participation à ouvrage collectif.

 

Article dans actes de colloque avec comité scientifique

2006, « La santé des étrangers : éléments d’histoire pour éclairer quelques enjeux contemporains », Actes du Colloque Exils et VIH, organisé par le Comité sida sexualités prévention, Février.

*

Sandrine en séminaire sur la question de l’interdisciplinarité entre anthropologie et santé publique

Séminaire – Anthropo-Med : Dissonances et Convergences entre Anthropologie et Santé Publique, 22 et 23 janvier 2020, Marseille

« A propos de la complexité à construire collaborations et interdisciplinarité : vignettes ethnographiques et retours d’expérience au sein d’AMU » (à partir de la 18ème minute de la vidéo)

 

Séminaire – Anthropo-Med : Dissonances et Convergences entre Anthropologie et Santé Publique

Vidéos des 4 sessions du séminaire Dissonances et Convergences entre Anthropologie et Santé Publique organisé par l’équipe de recherche AnthropoMed les 22 et 23 janvier 2020 à l’IMéRA (Marseille)

Le séminaire se propose de mettre en lumière les décalages ainsi que les rencontres entre santé publique et sciences sociales. Il est organisé par le groupe AnthropoMed, soit Carla Makhlouf Obermeyer, Carine Baxerres, Alice Desclaux, Pascale Hancart-Petitet, Sandrine Musso et Aline Sarradon-Eck, qui ont travaillé sur des problématiques à l’intersection de l’anthropologie médicale et de la santé publique. Il regroupe 23 intervenants dont les travaux sur la santé dans son contexte socio-culturel contribuent à établir des ponts entre les approches disciplinaires. A travers des présentations et discussions sur des sujets très divers, tels que la surveillance sanitaire, les systèmes de santé, la perception des risques, l’engagement des patients, les médicaments et la santé numérique, le but est de revenir sur les collaborations entre l’anthropologie médicale et la santé publique avec leurs dissonances et convergences, ainsi que sur les possibilités de l’inter-disciplinarité, des points de vue théorique et méthodologique.

 

Session 1 : Politique, programmes, interventions

Modératrice : Carine Baxerres, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMR MERIT (IRD Université de Paris Descartes) ; LPED (IRD Aix-Marseille Université); membre du groupe Anthropo-Med  –

Interventions :

  • « Les pèlerinages, contribution à l’histoire de la santé globale », par Anne-Marie Moulin, Médecin et Philosophe, Directrice de recherche émérite CNRS, chercheure au laboratoire SPHERE (CNRS, Universités Paris Diderot et Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Professeur associée à l’Université Senghor d’Alexandrie, Département Santé –
  • « Grand Magal de Touba au Sénégal : santé et mondialisation des infections tropicales », par Cheikh Sokhna, Epidémiologiste, Chercheur IRD, Unité Vecteurs Infections Tropicales et Méditerranéennes –
  • « Surveillance des maladies infectieuses émergentes : est-il possible de surveiller sans contrôler ? », par Harold Noël, Médecin de santé publique, Santé Publique France, Direction des maladies infectieuses –
  • « Surveiller et séparer ou relier ? Retour sur quelques applications conflictuelles des mesures de santé publique en période d’Ebola », par Alice Desclaux, Anthropologue, Directrice de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med.

 

Session 2 : Populations, prévention, risques

Modératrice Sandrine Musso, Anthropologue, Maitresse de conférences à Aix-Marseille Université, chercheure au Centre Norbert Elias, membre du groupe Anthropo-Med

Interventions :

  • « Catégories épidémiologiques, catégories sociales et catégories d’actions : doit-on repenser les « populations clés » de la lutte contre le VIH ? », par Joseph Larmarange, Démographe, chargé de recherche IRD, chercheur au CEPED (IRD Université de Paris Descartes, IRD)
  • « « Baiser comme des malades » Construction biopolitique de la dangerosité (homo)sexuelle au temps du sida », par Laurent Gaissad, Anthropologue, Enseignant chercheur, EVCAU/ENSA Paris Val de Seine –
  • « Des facteurs associés à l’injection de buprénorphine aux conditions idéales d’un traitement injectable : les données issues de deux études menées auprès de personnes dépendantes aux opiacés », par Perrine Roux, Chercheure en santé publique, Chargée de Recherche Inserm, chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD), Marseille –
  • « Les apports de la psychologie et de l’anthropologie à la recherche sur la réponse des populations aux risques émergents » Par Jocelyn Raude, Chercheur, Unité des virus émergents de Marseille (AMU, IRD, INSERM, IHU Méditerranée Infection) et Maître de Conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (Rennes) –
  • « Maladies chroniques non transmissibles en zone tropicale : statistiques épidémiologiques et stratégies interventionnelles face aux réalités des Connaissances Attitudes et Pratiques de la population générale », par Farid Boumediene, Chercheur en épidémiologie, maladies non-transmissibles, Inserm NeuroEpidemiologie Tropicale

 

Session 3 : Patients, participation

Modératrice : Alice Desclaux, Anthropologue, Directrice de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med

Interventions :

  • « Information pour l’engagement des patients : De la décision partagée à la restitution de résultats de recherche », par Julien Mancini, Médecin de santé publique, Professeur à la faculté de médecine de Marseille, chercheur au SESSTIM (Sciences Economiques et Sociales de la Santé et Traitement de l’Information Médicale), Marseille –
  • « Engager les patients, engager “la communauté”. La recherche participative dans la lutte contre le VIH », par Pascale Hancart-Petitet, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med –
  • « Démocratie sanitaire : c’est qui et c’est quoi le sujet ? », par Didier Febvrel, Médecin de santé publique et de promotion de la santé, membre du Haut Conseil de la Santé Publique, de Médecins du Monde et président de l’association Fabrique Territoires Santé
  • « Perte de légitimité dans le domaine de la santé : De la révolte des malades aux prises de position contestataires des professionnels », par Eve Bureau, Anthropologue, chargée de recherche CNRS, chercheure au Centre Norbert Elias, Marseille

 

Session 4 : Nouveaux fronts thérapeutiques – Table ronde finale

Modératrice : Aline Sarradon-Eck, Anthropologue, Chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD) ; membre du groupe Anthropo-Med

Interventions :

  • « Comprendre les problèmes liés à la qualité objective des médicaments pour définir des stratégies d’amélioration », par Céline Caillet, Groupe de recherche Qualité des Médicaments, Université d’Oxford
  • « «Questionner la qualité subjective du médicament pour décrypter les marchés pharmaceutiques au Sud », par Carine Baxerres, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMR MERIT (IRD Université de Paris Descartes) ; LPED (IRD Aix-Marseille Université); membre du groupe Anthropo-Med
  •  » Une troisième vague de pluralisme médical ? La vigueur des approches « non conventionnelles » et « traditionnelles » de santé au filtre de la légitimation et de la régulation », par Patrice Cohen, Professeur d’anthropologie à l’Université de Rouen Normandie, chercheur au Laboratoire sur les dynamiques sociales (DysoLab) –
  • « Le jour où les médecines non-conventionnelles ont trouvé les limites de la médecine occidentale moderne », par Bruno Falissard, Médecin, Professeur de biostatistiques à la faculté de médecine Paris-Sud et directeur du Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations
  • « Panorama de la eSanté et part de la mHealth dans les applications actuelles », par Jean-Charles Dufour, Médecin de Santé Publique, Maitre de conférences à la faculté de médicine de Marseille et praticien hospitalier, chercheur au SESSTIM (Sciences Economiques et Sociales de la Santé et Traitement de l’Information Médicale) et dans service hospitalier BioSTIC (BioStatistique et Technologies de l’Information et de la Communication)
  • « Modalités et effets de l’appropriation des dispositifs de télémédecine et de télésanté sur les pratiques et les organisations de travail », par Alexandre Mathieu-Fritz, Professeur de sociologie à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Chercheur au Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés, sociologue du travail, des organisations et des groupes professionnels.
  • « Identification des hotspots et les facteurs associés au paludisme à l’échelle aire de santé, district sanitaire Diré, Timbuctou, Mali », par Mady Cissoko, Médecin DRS Tombouctou, Mali

 

TABLE RONDE :

Modératrice : Carla Makhlouf Obermeyer, Adjunct Professor, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, et Senior Fellow, IméRA ; membre du groupe Anthropo-Med

  • « Quelques défis et non-dits de la collaboration interdisciplinaire en recherche interventionnelle de santé publique en Afrique de l’Ouest », par Valery Ridde, Chercheur en santé publique, Directeur de Recherche IRD, chercheur au Centre Population et Développement (IRD Université de Paris)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search