Rencontre – Patient.es noir.es et médecins blancs

À l’occasion de sa dixième année d’existence, le réseau de recherche Historien.nes de la santé a décidé de partir à la rencontre de celles et ceux qui font, mais surtout qui renouvellent le champ de l’histoire de la santé en français.

La troisième séance de ce nouveau cycle de conférences aura lieu sur Zoom le jeudi 21 octobre prochain à 12h00 heure de Montréal (18h00 heure de Paris).

Il y sera question de Patient.es noir.es et médecins blancs autour des interventions de Delphine Peiretti-Courtis (Aix-Marseille Université) et Élodie Edwards-Grossi (Université Toulouse Jean Jaurès).

L’accès est libre et gratuit, mais nécessite de s’inscrire à https://framaforms.org/a-la-rencontre-des-historiennes-de-la-sante-automne-2021-1624283805  

Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial XIXe-XXe siècles
Delphine Peiretti-Courtis (Aix-Marseille Université)
De la fin du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle la littérature médicale a élevé au rang de vérité scientifique les préjugés raciaux sur les corps noirs : infériorité intellectuelle, résistance physique, prédominance des émotions ou encore hypersexualité. A partir des dictionnaires et traités médicaux de cette période, des monographies sur les races humaines ou encore de nombreux rapports de missions coloniales, il s’agira de décrypter le développement des théories raciales sur les populations africaines dans les sciences médicales, les méthodes, outils et critères d’analyse des corps, depuis la surface de l’épiderme jusqu’à l’intérieur des corps, des os, des muscles, du sang, puis des âmes, et d’éclairer les processus de racialisation et de biologisation du genre et de la sexualité des peuples d’Afrique. Ce schéma racialiste élaboré par les savants a ensuite été conforté par le pouvoir politique pour servir le projet colonial transformant les corps noirs en des outils de la colonisation.

La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale, XXe-XXIe siècles
Élodie Edwards-Grossi (Université Toulouse Jean Jaurès, CAS)
Aux États-Unis, la notion de « race » est utilisée de manière routinière par les médecins en tant que variable biologique, culturelle ou sociale, selon les situations de soins. En croisant les notions de citoyenneté, de responsabilité et de droits civiques, ainsi que les questionnements autour de la politisation de la science, il sera question de retracer l’histoire de la médicalisation du corps noir par la profession psychiatrique aux États-Unis, depuis les années 1900 jusqu’à l’époque contemporaine. On s’appuiera à la fois sur une recherche en archives et sur les méthodes empiriques de la sociologie afin d’analyser la longue évolution des traitements et théories en psychiatrie aux États-Unis appliqués aux patients noirs. Il sera aussi question de démontrer la manière dont la catégorie de « race » irrigue encore et toujours les pratiques et les discours institutionnels, aussi bien dans les représentations que les psychiatres véhiculent des corps soignés, que dans les stratégies de naturalisation du social employées pour prendre en charge leurs patients.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search