AAC – Exposer, s’exposer, être exposé aux pesticides. L’exposition au prisme des SHS

3es Journées d’étude du réseau SHS-Pesticides, 17 et 18 mars 2022, Bordeaux, Cap Métiers à Pessac

Le réseau SHS/Pesticides, créé en février 2020 pour mieux connaître et faire connaître la recherche en sciences humaines et sociales sur les pesticides, lance ses troisièmes journées d’étude. Elles se tiendront les 17 et 18 mars 2022 à Bordeaux sur le thème de l’exposition.

Argumentaire
La notion d’exposition est centrale dans le domaine de l’utilisation des pesticides et des risques associés. Elle permet de comprendre les effets délétères des pesticides sur la santé. Elle a été appréhendée par les épidémiologistes et les toxicologues dans le domaine de l’hygiène industrielle puis de la santé publique (Galey, 2019). Elle tend également à l’être par les écologues au sein de ce qu’on appelle aujourd’hui « une seule santé » ou « One health » qui appréhende les interrelations entre santé humaine, animale et environnementale.
Dans le cadre de la santé humaine, l’exposition permet de constater une corrélation et d’établir un lien de causalité entre une molécule et une pathologie précise sachant que la plupart des pathologies, en particulier chroniques, sont multifactorielles. L’approche de type exposome (concept introduit en droit français en 2019 à l’art. 1411-1 Code de la santé Publique) prend en compte les différentes périodes durant la vie d’un individu, de la conception à la mort, et incorpore l’environnement chimique, microbiologique, physique, récréatif, ainsi que le style de vie et l’alimentation (Jégou, 2020). Des recherches intègrent également la période prénatale en tenant compte de l’exposition professionnelle ou domestique des parents (Baldi et al, 2021). Dans le cadre de la santé des écosystèmes, la nécessité d’étudier de manière conjointe les effets de plusieurs polluants y compris pour des faibles doses s’affirme de plus en plus et des réflexions sont en cours sur l’intégration du concept d’exposome pour la biocénose. Des approches intégrées, complexes et dynamiques sont développées.
Si des appels à plus de transversalité et de pluridisciplinarité traversent ces disciplines, ce n’est pas encore le cas concernant le traitement réglementaire et administratif de la notion d’exposition. Ainsi, si on s’intéresse au cadre réglementaire français, la démarche de « validation scientifique » étant fondée sur des connaissances issues de l’evidence-based medicine, seules certaines données sur les expositions des humains aux pesticides sont intégrées aux politiques de gestion des risques (Thébaud-Mony, 2012).
L’épidémiologie descriptive, les travaux relevant de l’ergonomie et de la clinique du travail, ainsi que des formes de savoirs issus de collectifs de travail ou d’initiatives citoyennes sont marginalisés, dévalorisés et/ou ignorés (Counil & Henry, 2018). Jean-Noël Jouzel (2019) montre que dans les procédures d’expertise qui sous-tendent les politiques publiques dans le domaine (autorisation de mise sur le marché, politiques de prévention, etc.), l’un des principaux obstacles à la mise en lumière des risques des pesticides réside dans le recours privilégié à la toxicologie classique, laissant de côté l’épidémiologie et tout ce qui touche aux risques favorisés par l’exposition indirecte aux pesticides (entrée en contact avec des surfaces et des environnements contaminés). Les cadrages scientifiques et institutionnels de l’étude de l’exposition aux pesticides sont donc multiples, controversés et instables.
Dans le contexte des sciences humaines et sociales, la notion est bel et bien mobilisée, mais le plus souvent sans être définie. À quoi renvoie-t-elle ? Que dit-elle de plus que la notion de risque ou d’intoxication ? Certain·e·s l’évoquent dans leurs travaux sur les risques sanitaires auxquels sont exposés les travailleur.euse.s agricoles, d’autres dans le cadre d’études sur la réglementation de ces risques, montrant des situations de travail intenables pour les agriculteur.trice.s, ou encore dans le cadre de travaux sur la production de l’ignorance. D’autres travaux soulignent les corrélations entre profils socio-ethniques, les conditions de vie des ouvrier.ère.s agricoles et l’exposition. Dans les études nord-américaines coordonnées par l’anthropologue-médecin Thomas Arcury et l’épidémiologiste Sara Quandt, une catégorisation des différents types d’exposition est proposée en fonction des lieux où elles surviennent (exposition professionnelle, paraprofessionnelle, domestique) et du type de contact direct ou indirect (Arcury et Quandt, 2009). Cette typologie de l’exposition en sciences sociales rend compte de la trajectoire complexe, continue et multifactorielle de l’exposition.
La notion étant peu problématisée et conceptualisée en sciences humaines et sociales, nous souhaitons lors de ces journées voir si une définition distincte des approches en épidémiologie, toxicologie et écologie est possible, et à partir de quels outils analytiques. L’hypothèse, que nous soumettons au débat, est que la démarche des SHS permet d’élaborer ou co-élaborer des perspectives intégrées et dynamiques. Pour cela, nous proposons de déconstruire la notion sous trois angles, qui distinguent différentes actions : exposer (fabriquer, autoriser, vendre et utiliser un produit ou un mélange susceptible de générer une exposition, de soi ou des autres), et/ou s’exposer (acheter et/ou utiliser un produit) et/ou être exposé (être soumis à des risques sans forcément en être un acteur direct). Ces déclinaisons de l’exposition, non exclusives les unes des autres, permettent de questionner le sujet du point de vue d’une chaîne d’acteur.trice.s hétéroclites impliqués dans la fabrique de l’exposition (des acteurs de la fabrication au consommateur exposé aux résidus de pesticides), tout en tenant compte d’une trajectoire spatiale et temporelle (les lieux successifs où se fabrique l’exposition dans le temps), ainsi que des enchevêtrements entre ces différents « mondes ». Ceci ouvre différents niveaux d’analyse macro/meso/micro à articuler. Cela permet de rendre compte du caractère dynamique, complexe et multi-acteurs de la fabrique de l’exposition, tout en tenant compte des interactions des humains avec l’objet « pesticides » et l’écosystème.

Comité d’organisation : Carole Barthélémy, Eve Bureau-Point, Jacqueline Candau, Nadège Degbelo, Alain Garrigou, Ludovic Ginelli, Fabienne Goutille, Elisabeth Lambert.

 


Vous aimerez aussi...