AAC – Journal des anthropologues – “Croire, faire, exister en pandémie”

Croire, faire, exister en pandémie

Appel à contribution, Journal des anthropologues

La crise sanitaire que nous vivons depuis début 2020 a été la matrice de remises en cause idéologiques et politiques qui n’ont fait que s’accentuer avec la hantise de la contamination, l’angoisse des lendemains et le spectre de la catastrophe écologique. Ce contexte est devenu un catalyseur de nombreux questionnements sur des normes sociales acquises et participe au surgissement ou à la cristallisation de nouvelles formes de croire en lien avec de mobilisations sociales et politiques, individuelles ou collectives, dont la nature est très fragmentée. L’angle d’analyse de cet appel à contributions insiste sur l’imbrication entre des « croyances » et des mobilisations qui sont à lire de manière diachronique, sans oublier comment, dans des époques antécédentes, des mouvements similaires ont pu réagir face aux prémisses dramatiques de la société industrielle qui se mettait en place. Le mot « croyance » est ici à entendre dans un sens large qui n’est pas relatif au seul religieux et fait référence à une « énigme », comme l’affirme par exemple Paul Ricœur, celui de « tenir-pour-vrai ». Il s’agit notamment de comprendre les « modalités de l’assentiment » dans un processus théorique (le croire), mais également pratique (le faire) et de décrire les modes des croyances entre subjectif et objectif et leurs émergences. Des formes de croire généralement reconnues (scientifiques par exemple) sont désormais questionnées par d’autres, appelées souvent « alternatives », caractérisées par la mise en doute d’autorités (médicales, médiatiques, politiques…) et de leurs interprétations, dites mainstream, de la réalité, ce qui prouve tout d’abord une crise de l’expertise, ou encore sa banalisation ouvrant à des appropriations, à sa démocratisation mais aussi à sa manipulation. La numérisation et les réseaux sociaux sont un vecteur essentiel du questionnement de la légitimité de ces experts autoproclamés ou entrepreneurs idéologiques, et de la naissance de contre- expertises permettant à tout un chacun de s’exprimer dans les lieux virtuels. Toutefois, la validité de la démarche scientifique ne semble pas majoritairement questionnée, du moins dans l’hexagone, et des autodidactes influencent des nombreux followers à travers des théories touchant notamment à la santé, qu’ils présentent comme nouvelles et valables scientifiquement.


Dans d’autres configurations, des théories conspirationnistes renvoient plutôt à des visions apocalyptiques et effondristes ou encore à des bricolages holistiques qui s’inspirent plus spécifiquement du religieux et se basent sur des formes de croire réactivées ou inventées. Reflet de doutes, de peurs et d’incertitudes, notamment suite à la pandémie, ces postures indiquent une volonté de réinterpréter et de resignifier le réel, ainsi que d’acquérir individuellement des formes de pouvoir ou de dynamiser des revanches sociales, liées au déclassement et à la dureté excluante de la société capitaliste et aux crises politique, climatique et sociale. Ces trois éléments coexistent souvent au sein de ces groupes formels et informels qui se rencontrent dans des espaces physiques et virtuels et contribuent à les modifier. Ces démarches comportent des grandes différences mais elles participent toutes à la construction de sujets individuels et d’agencements collectifs, parfois à des projets de vie, notamment néo-ruraux, « non-moutons », anti-pass etc. Et ceci correspond également à des nouveaux faires agricoles en lien avec des communautés écologiques ou encore à des groupes en lutte contre l’aménagement imposé d’un territoire, les ZAD d’économies alternatives, mais aussi des expériences de ré-ancrage local fondé sur des imaginaires d’appartenance. D’autres croyances questionnent le virus du COVID, la vaccination ou encore le pass sanitaire et en reviennent aux plantes, à une alimentation réputée plus saine, des médecines douces etc. La dimension individualisante serait ici plus significative que l’entreprise collective. Le surgissement de nouvelles cosmogonies holistiques, bien que bigarrées, débouche sur de nouvelles envies d’être au monde : de la mobilisation, à la demande de participation citoyenne, jusqu’aux formes de retraits et d’entre -soi. C’est à travers ces nouvelles formes de croire et de faire que des sujets repensent leurs parcours et parfois se professionnalisent ou se politisent avec l’idée d’une meilleure cohérence entre leurs croyances et l’application de ces dernières à l’agir quotidien. Si la dimension collective, présente notamment lors de manifestations (gilets jaunes, anti-pass…) ou des mobilisations est plébiscitée, le leadership est faible et témoigne du manque d’une idéologie unificatrice face à soit des visions individuelles, soit des projets collectifs aux objectifs limités, tellement l’écart entre ces mobilisations et le rapport de force imposé par le capitalisme demeure immense. L’importance donnée aux signes, aux symboles, aux bricolages frappe l’observateur et invite à s’interroger sur la richesse sémantique de ces mouvements qui se servent abondamment de la performance et de l’image médiatique.

Actuellement, la stigmatisation qui frappe des agissants dans des camps opposés (par exemple en ce qui concerne la vaccination et le pass sanitaire) contribue à la fragmentation sociale de groupes affinitaires, de classes d’âge, de familles : comment des sociabilités se recomposent-elles autour de nouvelles formes de croire et de faire et s’accommodent de pensées divergentes ? A quelles croyances renvoient–elles et à quelles subjectivités ? Comment ces questions peuvent-elles être reliées à des logiques économiques et professionnelles ? Dans quelle mesure ces réseaux communiquent-ils ? Sommes-nous en présence de résurgences, d’inventions, de combinaisons inédites ? Comment ces groupes et ces individus questionnent-ils le et les pouvoirs institués ? Quelle place le bricolage idéologique a-t-il et comment la stigmatisation, à travers son ambivalence, participe-t-elle à l’organisation/désorganisation de ces champs ? Finalement, quels sont les lieux de ces nouvelles formes de croire et de faire ? L’éparpillement des mouvements, leur composition hétéroclite en termes de classes sociales, leurs contradictions internes qui ont fait parler de « confusionnisme », et l’absence d’une hiérarchisation forte, convoquent les sciences sociales, et leurs outils variés. Les contributions, basées sur des données empiriques, porteront sur différents types de configurations sociales et spatiales, d’enjeux politiques et économiques dans le monde globalisé.

Modalités de soumission :
Les propositions d’articles comprendront un titre, un résumé entre 2 500 et 4 000 signes et 5 mots clés.
Elles mentionneront les noms et prénoms des auteur.es, leur statut et organisme de rattachement, ainsi que leur adresse électronique.
Elles seront adressées aux deux coordinatrices et à la revue :
Barbara Morovich : barbaramorovich@yahoo.fr ; Monique Selim : monique.selim@ird.fr ; Journal des anthropologues : afa@msh-paris.fr

Calendrier :
Date limite d’envoi des propositions d’article : 15 septembre 2022
Réponse aux propositions : octobre 2022
Rendu des articles (longueur maximum de 40 000 signes, espaces compris, résumés
français/anglais et mots clé) : mars 2022
Rendu des articles retravaillés : novembre 2022
Parution : avril 2023.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search