Hommage à Paul Farmer, fondateur d’une anthropologie médicale critique et constructive, par Alice Desclaux

Paul Farmer, médecin et anthropologue, directeur du Department of Global Health and Social Medicine à Harvard Medical School, est décédé le 21 février 2022 à 62 ans.

Un extrait du message de Nancy Scheper-Hugues (Université de Californie, Berkeley) aux membres de la Society for Medical Anthropology (AAA), le 22/02/22, résume son approche (traduction DeepL, AD) :

« Paul a inspiré et encouragé tellement de personnes et d’organisations à lutter contre les épidémies, l’injustice sociale et politique, et pour les besoins fondamentaux des malades du monde entier. Il a plaidé en faveur d’une économie politique du décompte des décès (à la Virchow) (…). En tant que médecin-théologien, Farmer avait une capacité unique à saisir l’incarnation de la violence et de la souffrance institutionnalisées. En plus de lutter contre les régimes de santé internationaux bureaucratiques, Paul se réservait du temps pour soigner les malades. Avec sa double conscience de médecin-anthropologue, et ses rôles de décideur et de guérisseur, de militant et de théologien, Paul était pris entre sa pensée philosophique et critique et son anthropologie de terrain. Il était parfois découragé lorsqu’il se creusait un chemin entre la foule des fondations capitalistes et la maladie quotidienne des corps en détresse, tout comme il était impatient vis-à-vis de l’anthropologie médicale. Il voulait plus, beaucoup plus, de nous. Je me souviens de Paul disant qu’il refusait d’écouter une histoire haïtienne de plus sur une maladie “envoyée par sorcellerie” alors que c’était la “médecine à but lucratif” qui était responsable des morts. »

Le livre de Paul Farmer « Sida en Haïti. La victime accusée » (Karthala, 1996) avait été publié par Jean Benoist dans la collection « Médecines du Monde. Anthropologie comparée de la maladie » associée à AMADES. L’ouvrage peut être téléchargé gratuitement ici.

Parmi ses autres ouvrages les plus connus, un seul a été traduit en français, bien qu’ils l’auraient tous mérité car ils sont toujours fondamentaux et d’une actualité renouvelée. On peut citer:

  • Infections and The Modern Plagues (2001). Paru en français sous le titre “Fléaux contemporains: Des infections et des inégalités (Economica, 2005).
  • Pathologies of Power. Health, Human Rights and the New War on the Poor (2004)
  • Reimagining Global Health: An Introduction (P Farmer, JY Kim, A Kleinman, M Basilico, 2013)
  • Partners to the Poor. A Paul Farmer Reader (2010) rassemble des articles et conférences
  • Fevers, Feuds, and Diamonds: Ebola and the Ravages of History (2021)

L’itinéraire professionnel et personnel de Paul Farmer (à ses débuts) est résumé ici.

La vidéo de sa conférence inaugurale au Collège de France, où il a été titulaire en 2001-2002 de la chaire intitulée « La violence structurelle et la matérialité du social », est consultable ici .

Paul Farmer était éditeur en chef de la revue Health and Human Rights, créée en 1994 par Jonathan Mann, dont l’organisation en deux parties (« Critical Concepts » et « Health and Human Rights in Practice ») reflète la double valence de l’œuvre de Paul Farmer.

Paul Farmer a constamment articulé la critique politique et anthropologique des inégalités et des institutions « vue du terrain », c’est-à-dire depuis la condition des humains qui luttent contre la pauvreté et la maladie dans des systèmes de santé qui leur sont en partie hostiles, avec la connaissance « de l’intérieur » des institutions de santé globale. En développant des concepts essentiels pour l’anthropologie (violence structurelle, matérialité du social, discrimination, colonialité de la santé globale…), il a inspiré un courant de recherche en anthropologie médicale ainsi que de très nombreux chercheurs en médecine et en anthropologie. Ses analyses critiques ont le caractère unique de se prolonger par des propositions concrètes au travers de l’ONG Partners in Health, qu’il avait co-fondée, et d’autres organisations qu’il a lancées (cf. le centre de santé qu’il a initié à Cange, Haïti, devenu hôpital et centre de recherche de référence régional). Mais Paul Farmer ne réduisait pas les « applications » de ses analyses critiques ou déconstructivistes à l’exercice d’une médecine en phase avec les droits humains. En anthropologie, ses propositions ont ouvert un champ de réflexion sur la « décolonisation de la santé globale », notamment dans la revue Health and Human Rights. Avec les discussions récentes à ce sujet, telles que celles publiées dans le BMJ Global Health qui proviennent en majorité d’autres courants épistémologiques, ce débat aurait toute sa place dans les échanges et billets de blog de AMADES.

Alice Desclaux

Remerciements à Anne Lovell


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search