AAC- Colloque sur les inégalités socio-territoriales de prise en charge des patient.e.s de cancer

A l’occasion de la clôture de l’étude collective CORSAC1 (2011-2022) centrée sur les parcours de soins comparés de 150 patient.e.s atteint.e.s de cancer en métropole, à la Réunion et à Mayotte, nous organisons en partenariat avec le CENS (UMR 6025, Université de Nantes) et le SOPHIAPOL (EA3932, Université Paris-Nanterre) un colloque international qui se déroulera sur le site de la MSH- Paris Nord, les 24 et 25 novembre 2022. Il s’agira d’élargir la focale de cette étude afin de comprendre comment ses résultats entrent en résonance avec d’autres travaux portant sur le cancer, mais aussi sur d’autres pathologies chroniques et d’autres terrains métropolitains et ultra-marins concernant les inégalités sociales et géographiques de santé.

L’étude CORSAC met en effet en relief plusieurs facteurs d’inégalités sociales de santé (Derbez et Rollin, 2016; Loretti, 2021) : des filières de soins pour les patient.e.s les plus nanti.e.s accédant directement aux soins spécialisés, l’importance des réseaux d’interconnaissance médicale pour améliorer la prise en charge, le manque d’assistantes sociales en milieu hospitalier et les effets combinés des politiques sanitaires et migratoires sur les trajectoires de soins. D’autres résultats, dépassant la prise en charge du cancer, questionnent le statut social contemporain du corps (Raveneau, 2019), ses normalisations dans différents territoires (Vega et Pombet, 2016 ; Blanchy et al. 2019) et ses déclinaisons socio-culturelles dans chaque territoire (par exemple, les rapports à la santé et à la mort, les recours aux « autres médecines », les relations médecin-malade).

Cet appel à communication, centré sur l’axe de recherche 2 « Corps, santé et société » de la MSH-PN, est ouvert à toutes les disciplines de sciences sociales – à l’image de la composition du comité scientifique (anthropologie, sociologie, histoire, géographie de la santé, économie de la santé,
épidémiologie, santé publique, science politique, etc.). Seront également privilégiées les communications portant sur :
• la situation des Outre-mer français, car ces territoires présentent des similitudes en termes de processus socio-culturels (épidémiologies, pratiques religieuses et « non conventionnelles », prises en charge médicales) et des spécificités tant par rapport à l’Hexagone qu’entre les territoires (statutaires, historiques et politiques, géographiques, sociaux, démographiques, culturels) à mieux comprendre en incluant le rôle de l’entourage des malades (Ben Dridi et Vega, 2022) ainsi que la réputation des médecins et des établissements de santé ;
• les effets différentiels des statuts sociaux sur la santé. On pense ici aux enquêté.e.s de « milieux populaires », aux « précaires » et « pauvres », y compris d’origine étrangère et/ou « sans papiers » dont l’état de santé est bien souvent dégradé du fait de retards ou d’errances diagnostiques, de stéréotypes culturels et de classe dont ils peuvent être l’objet (Gelly et Pitti, 2016 ; Braud, 2017 ; Morel, 2019 ; Blanchy et al., 2019 ; Gasquet-Blanchard et Moine, 2021) et de communications institutionnelles peu adaptées à leurs conditions de vie ;
• les travaux de jeunes chercheur.e.s et d’enquêteur.rice.s de terrain, notamment sur des problématiques émergentes – dont l’autoréflexivité de l’enquêteur.rice, souvent engagé.e émotionnellement sur des sujets « sensibles », tels que la mort d’enfants, la sexualité et les corps affectés – sont également les bienvenus.

 

Au regard de la recherche CORSAC, il s’agira également de discuter des méthodes d’enquête et d’analyse pour mieux appréhender les inégalités sociales et socio-territoriales de santé :
• la contextualisation du/des territoire(s) investigué(s) – incluant donc l’histoire politique (Bergeron et Castel, 2014 ; Braconnier et Mayer, 2015), les inégalités géographiques de santé (Rican et al., 2014), les dynamiques socio-territoriales et/ou les expériences migratoires (Pian, 2012 ; Fouad, 2017) – pour éviter des sur-interprétations culturalistes ;
• les observations de situations de soins et d’entretiens semi-directifs approfondis centrés sur les personnes malades, combinés avec un recueil sociodémographique détaillé de soigné.e.s et/ou de proches – la mise en relief de gradients sociaux se doublant alors d’une attention aux disparités des territoires : Région parisienne/province ; Métropole/Outre-mer ; Départements, régions, collectivités et territoires d’Outre-mer ; structures de soins privées/publiques ;
• le croisement des résultats dans le cadre de restitutions finales ou pendant l’enquête, avec les points de vue des professionnel.le.s et des aidants au sens large (proches, familles, acteur.rice.s du secteur social et associatifs et/ou d’autres recours thérapeutiques) prenant en charge les malades enquêté.e.s et désigné.e.s par ces dernier.e.s ;
• les recherches-actions avec des partenaires locaux (par exemple, inclure des enquêteur.rice.s et/ou des professionnel.le.s de santé et/ou des « patient.e.s expert.e.s » et acteur.rice.s « relais »; diffuser les « expériences patient.e.s » par vidéo auprès de professionnel.le.s ; mettre sur pied des formations de sensibilisation aux défis identifiés collectivement).

 

Comité d’organisation : Anne Vega, Norbert Amsellem et Ibtissem Ben Dridi
Comité scientifique :Norbert Amsellem, Rosane Braud, Ibtissem Ben Dridi, Benjamin Derbez, Aurore Loretti, Sylvie Morel, Anne Paillet, Laure Pitti, Nicolas Roinsard et Anne Vega

Calendrier prévisionnel :
– Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 mai 2022 (1.500 signes maxi)
– Avis du Comité scientifique et d’organisation : 30 juin 2022
– Date limite d’envoi des communications : 30 septembre 2022
(Communications de 30 mn., suivies d’une discussion de 15 mn.)courriel: annevega97@gmail.com; norbert.amsellem@inserm.fr; ibtissem.bendridi@ehesp.fr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search