Retour sur le colloque AMADES 2022 “Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes”, par Clément Tarantini

Focus sur les vulnérabilités et inégalités en santé
Le Colloque AMADES 2022 s’inscrit dans la continuité de ces projets et réflexions sur la pandémie de Covid-19 et ses effets. Nous avons souhaité mettre en avant des travaux issus d’enquêtes empiriques de type ethnographique. Dans la droite ligne des approches chères à l’AMADES nous avons accordé une attention toute particulière aux travaux interdisciplinaires et interprofessionnels.
Le Colloque AMADES sur le site de Marseille s’est tenu les 15, 16 et 17 juin 2022 à La Cité des Associations et est venu clôturer cet évènement d’envergure internationale. Il s’est agi de la manifestation la plus importante en terme de durée, de nombres d’interventions et de participants, ou encore et d’évènements associés.
Le Colloque marseillais a été introduit par 2 conférences plénières inaugurales portant sur l’analyse de la crise pandémique du point de vue de la Guadeloupe et sur les spiritualités en temps de pandémie.
Trois tables-rondes ont mis en avant les apports fondamentaux des travaux de chercheurs disparus bien trop tôt : Sandrine Musso, Ilario Rossi et Paul Farmer. Chacun d’eux était à sa façon lié à l’AMADES, soit par ses implications directes et profondes à l’instar de Sandrine Musso, soit, plus largement, par des conceptions de l’anthropologie et de la recherche plus largement inscrites dans l’identité de l’association.
Lors de cet évènement de nombreuses thématiques ont été explorées, mais l’une d’entre elles a constitué le fil rouge de ce colloque, et portait sur les défis que cette pandémie a fait émerger pour les chercheurs en sciences sociales de la santé, en termes de postures scientifiques, et pouvant être de plusieurs ordres : méthodologiques, épistémologiques, heuristiques, structurels ou encore éthiques. Nous avons également souhaité mettre en avant la fécondité des approches comparatives.
Au total, la manifestation marseillaise s’est organisé autour de 13 panels thématiques : portant par exemple sur les reconfigurations des pratiques professionnelles de soins, sur l’hésitation vaccinale, les dilemmes éthiques, ou encore sur les défis évoqués plus haut. Deux des panels touchaient de manière plus directe que les autres aux questions des inégalités en santé : l’un portait sur les Vulnérabilités, expériences de la précarité et violences de genre, et l’autre sur Réseaux de solidarité, résistances collectives et démocratie sanitaire. Nous avons souhaité revenir brièvement dessus, en reprenant pour cela une intervention proposée lors du colloque organisé par la MSH Paris Nord intitulé « Soigner en temps de crise » le 8 décembre dernier et auquel ont participé certains membres du bureau et CA de l’AMADES afin de valoriser certains des apports scientifiques de ce colloque sur ces thématiques d’inégalités et de vulnérabilités dans les champs de la santé et du soin.
Les communications de ces deux panels ont donc toutes mis en lumière comment les populations en situation de vulnérabilité en amont de cette crise ont vu cette vulnérabilité renforcée par la crise. Ces populations, ce sont les travailleurs et travailleuses du sexe, les habitants des quartiers nord de Marseille et de Seine-Saint Denis, les détenus à Madagascar, les sans-abris ou encore la diaspora tunisienne et des personnes souffrant de troubles psychiques. Un effet de la pandémie bien documenté aujourd’hui, notamment grâce aux enquêtes présentées ici qui pour beaucoup ont été réalisée lors des premiers mois de cette crise. Mais un effet qui était aussi attendu d’une certaine façon, sur lequel les associations, notamment, ont alerté, ce qui n’a pourtant pas favorisé le déploiement de mesures à l’égard de ces populations.
Autre point essentiel : ces populations ne sont pas homogènes. En effet, les degrés de vulnérabilité varient avec les ressources matérielles et sociales disponibles pour chacun des acteurs pour répondre et faire face à la situation de crise. Pour cette présentation, face à l’impossibilité de restituer la variété et la complexité des présentations portant sur ces thèmes, nous proposons un focus sur certaines des populations évoquées. Par exemple, les travailleurs et travailleuses du sexe ont tous pâti de la non-reconnaissance de leur profession, ce qui a renforcé leur précarité économique. Toutefois, dans la population enquêtée certains travaillaient en intérieur, dans une chambre, et d’autres en extérieur. Les premiers ont mieux fait face économiquement à la crise car ils ont pu maintenir une activité, bien que fortement réduite. Précisons qu’il s’agissait de personnes à leur compte et qu’aucun des enquêtés n’était exploité par un réseau de proxénétisme. D’autres facteurs venait influencer la vulnérabilité : le fait d’appartenir ou non à un pays de l’union européenne, d’avoir ou non un statut de migrant ou de réfugié, par exemple. Il existe donc un cumul de facteurs susceptibles de venir renforcer les inégalités déjà existantes dans cette crise sanitaire. Par ailleurs, Mélissa Blanchard, à l’origine de cette présentation, a bien montré comme cette population mobilisait des structures associatives de manière principalement utilitariste : entendons par-là que ces personnes ne sollicitaient pas ou peu ces associations auparavant et n’avaient aucune activité militante. D’autres présentations ont reposé plus particulièrement sur des enquêtes qu’on pourrait dire « par territoires ». C’est le cas d’une recherche en Seine-Saint-Denis et d’une autre dans les quartiers Nord de Marseille, menées respectivement par Céline Veniat et Ashley Ouvrier, ici présente. Il s’agit là de territoire où les inégalités peuvent être appréhendées au prisme des rapports de classe et de race. En temps normal les populations de ces territoires, pour beaucoup issues de l’immigration et aux revenus précaires, font déjà l’expérience des inégalités sociales de santé : avec une plus grande fréquence des maladies chroniques (diabète) ou épidémiques (tuberculose), une population importante en situation d’habitat indigne, des difficultés d’accès aux soins. Avec la pandémie ces mêmes populations ont été plus souvent hospitalisées pour des formes graves et moins souvent vaccinées, avec des conditions de confinement difficile, des contaminations particulièrement élevées et une surmortalité liée au Covid dans ces territoires. Mais ces travaux ont également souligné l’émergence de nouvelles solidarités, d’initiatives citoyennes et associatives et l’implication également de professionnels de santé pour répondre à ces inégalités de santé.
Une autre présentation a porté sur les effets de la crise sanitaire en France sur les personnes qui vivent avec des troubles psychiques. Les mesures sanitaires sont alors venues ébranler les routines et les cadres de sociabilités de ces personnes qui, d’ordinaire, articulent déjà plusieurs formes de vulnérabilités : précarité économique, précarité de l’emploi (pour parler avec Paugam) et isolement social. Des sociabilités qui s’exprimaient aussi voire surtout au sein des structures de soin fréquentées quotidiennement par ces personnes, et qui se sont trouvées à l’arrêt avec le confinement et les diverses restrictions sanitaires. Tout cela a contribué à renforcer l’isolement social avec un risque de repli sur soi et un risque de, je cite, « replonger dans la maladie » évoqué par certains interviewés. Aude Béliard et Céline Gabarro, les chercheures qui ont réalisé cette enquête, soulignent alors l’augmentation de la vulnérabilité de ces personnes qui se trouvent dès lors coupées du soin relationnel nécessaire à leur insertion sociale.

Enfin, évoquons une dernière présentation, et nous nous excusons de ne pouvoir faire plus exhaustif et de ne rendre compte que partiellement de tout ce qui a pu être dit sur le thème des inégalités de santé. Cette dernière présentation, de Carole Wenger, traite des liens de la diaspora tunisienne en France avec leur pays d’origine et leurs proches restés en Tunisie. Cette recherche témoigne de la façon dont la pandémie a été révélatrice des inégalités entre tunisiens restés en France et tunisiens en Tunisie, et de l’engagement de la diaspora dans la crise tunisienne. Des inégalités qui résultent notamment dans l’accès différencié aux matériel et technologies médicales nécessaire à la réponse sanitaire : vaccins ou concentrateurs d’oxygène par exemple. Des engagements qui ont alors favorisé la transformation du paysage biomédical tunisien : par un meilleur accès à certaines de ces technologies mais aussi par des tentatives de transformer les politiques de santé et notamment les mesures sociales et sanitaires en lien avec l’épidémie. Notons toutefois que cette diaspora s’est trouvé dans une situation ambigüe car stigmatisée au début par les autorités et la population tunisienne du fait des accusations de propager le virus en Tunisie, et donc incitée à retourner en France.
Pour conclure cette présentation, nous tenions également à souligner un point en apparence plus formel sur ce colloque et ces présentations : si globalement les communicantes étaient majoritairement des communicantes, et de loin, ces panels étaient exclusivement composés de communicantes. Les questions de vulnérabilités et d’inégalités serait-elles en partie délaissées par les hommes ?

 

Focus sur la conférence artistique de la CIE La Berroca intitulée PLS-Prendre Le Soin
Enfin, ce colloque a également accueilli un évènement original : le spectacle de la CIE La Berroca intitulé « PLS-Prendre – Le – Soin ». Cette représentation consistait en une conférence artistique sur la thématique du prendre soin en milieu hospitalier, et plus précisément sur des questions et réflexions liées au prendre soin des soignants. Ce projet, dans sa conception et son incarnation, se trouve au croisement d’approches artistiques et théâtrales, et d’approches propres aux sciences sociales. Il invite à réfléchir sur les transformations du soin à l’hôpital, et sur la possibilité que s’accomplisse des éthiques du soin dans un contexte institutionnel dégradé et propice aux souffrances professionnelles, que ces souffrances soient physiques, morales et éthiques. Il résonne fortement avec l’avis n°140 du Comité Consultatif National d’Éthique intitulé « Repenser le système de soins sur un fondement éthique. Leçons de la crise sanitaire et hospitalière, diagnostic et perspectives » publié à l’automne 2022, ainsi qu’avec l’Avis du Comité éthique de la Fédération hospitalière de France rendu public en février 2023 et intitulé « Comment prendre soin des professionnels de santé ».
La présentation proposée lors du colloque AMADES était une étape de travail. Désormais, la pièce, qui comporte une partie conférence ainsi qu’une partie danse/arts de rue, est presque terminée. Aude Schmitter, l’auteure et l’une des interprètes, a par ailleurs été lauréate du dispositif « Auteur d’espace » par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. C’est à ce titre que PLS-Prendre Le Soin sera joué dans « le IN » du festival d’Aurillac en août 2023. Cette pièce a vocation à être joué dans des espaces hybrides, interdisciplinaires et collaboratifs, afin de réfléchir aux transformations et vulnérabilités contemporaines du prendre soin et de ses acteurs, au prisme des arts de la scène et des sciences sociales. N’hésitez pas à partager autour de vous, l’objectif est bien que PLS puisse être joué dans de tels espaces (séminaires, colloques, chaires de philosophie à l’hôpital) pour ouvrir ou clôturer un débat sur le soin !

 

Quelques Liens :
Avis CCNE 140 : Cliquez ici

Avis Comité Éthique FHF : Cliquez ici

Quelques photos : crédit @Loïc NYS @Sileks (contact@sileks.fr)

 



Citer ce billet
delphineburguet (2023, 13 avril). Retour sur le colloque AMADES 2022 “Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes”, par Clément Tarantini. Amades. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0az

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search