AAC – Atelier “Crise, épidémies et Santé” – Congrès de l’AFEA 2023

Modalités
Le programme du congrès est en ligne sur le site de l’AFEA (https://afea.hypotheses.org/ateliers) mais il est provisoire. Concernant notre atelier, nous attendons encore des confirmations de participation ainsi que des titres définitifs. Les sessions de l’atelier ne sont pas définitivement fixées ainsi que l’ordre de passage de intervenant.es. Vous recevrez donc le programme définitif début Mai 2023 après réception des propositions et confirmation de quelques communications supplémentaires. 
L’atelier sera composé de 6 sessions maximum ; chacune d’une durée d’1h30 (pas plus de 3 communications par session). 
Le comité d’organisation demande à chaque intervenant.e d’envoyer un titre et un résumé de 1000 signes au plus tard le 30 avril 2023 pour figurer dans le catalogue du Congrès.
Ces propositions doivent être adressées à Delphine Burguet : burguet.delphine@gmail.com et Idrissa Mané : idrissa_mane@yahoo.fr  
 
 
 

ATELIER #30 Crise, épidémies & santé

Si les précurseurs se sont plutôt inscrits dans une perspective de recherche fondamentale, plus récemment, les anthropologues ont intégré la dimension opérationnelle de la recherche dans le secteur médical ou hospitalier, par exemple, pour analyser la conception et le déploiement de protocoles sanitaires, les politiques de santé publique, les pratiques de soins et les prises en charge des malades, notamment en s’appuyant sur les enjeux sociaux et culturels qui s’y jouent. L’affirmation de l’anthropologie médicale et de la santé, en tant que sous-champ disciplinaire qui se veut « autonome », est liée aux contextes de crises épidémiques majeures. La découverte du VIH aux USA en 1981, puis en 1983 dans des contextes africains, et le caractère pandémique et endémique des infections à VIH ont été considérés comme des objets d’étude majeurs pour des interventions anthropologiques. Rappelons aussi l’existence d’autres épidémies comme Ebola ou des maladies longues ou chroniques, comme le cancer, qui sont des objets d’étude anthropologiques articulés à la notion de crise. 

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’histoire de l’Association d’Anthropologie Médicale et de la Santé (AMADES) créée en 1982. Alors que les médecins et épidémiologistes travaillent sur les agents pathogènes, sur leurs modes de transmission/propagation, sur leurs résistances aux traitements, les anthropologues s’intéressent aux facteurs socio-culturels favorisant la propagation des virus, les résistances des populations aux prises en charge, mais aussi aux enjeux politiques de santé. La recherche anthropologique contribue ainsi à apporter un éclairage aux pouvoirs publics, aux institutions de santé et aux populations sur des contextes de crise épidémique et des clés de compréhension pour lutter contre les épidémies.

Ainsi, la pandémie de Covid-19 confirme et prolonge cette tradition d’intervention ou d’opérationnalité (Y. Jaffré) anthropologique en période de crise épidémique. Dans cette période inédite de pandémie, les anthropologues de la santé analysent bien des aspects sociaux et sociétaux, investis sur un temps relativement court et dans l’urgence (arrêtant parfois leurs projets de recherche en cours afin de privilégier ce moment de crise), alors même que ce contexte de pandémie n’était pas favorable à la collecte de données empiriques sur des terrains de recherche physiques. Le colloque AMADES programmé en 2022 intitulé « Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes en temps de pandémie » a notamment permis de rendre visible le volume très important des travaux sur le sujet de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans des espaces principalement francophones, et questionnés en confrontation avec les recherches sur d’autres épidémies (ré)émergentes.

A l’occasion du congrès 2023 de l’AFEA, portant sur la notion de « crise », nous invitons les chercheur.e.s à discuter des pratiques d’anthropologie de la santé en temps de crise épidémique / sanitaire, notamment en période de pandémie de Covid-19. Il s’agit d’évoquer la place et le rôle des anthropologues dans un temps de recherche en période de crise épidémique (ré)émergente. 

 

Programme provisoire 

Session 1 (composition provisoire)

Carine Baxerres (Chercheure, IRD, MERIT, Université Paris Descartes) | « Vivre les “crises” en anthropologue de la santé : retour subjectif sur des questions théoriques, méthodologiques et d’édition scientifique »

Fleur Beauvieux (Post-doctorante, ArchOMEP-Archives orales, Mémoires et Expériences en temps de Pandémie, Institut Pasteur, CeRIS), Clément Tarantini (Post-doctorant, ArchOMEP-Archives orales, Mémoires et Expériences en temps de Pandémie, Institut Pasteur, CeRIS) | « Récits d’une pandémie depuis l’Institut Pasteur : figures, enjeux et effets de la catégorie de “crise” chez des Pasteurien.nes de première ligne »

Laëtitia Atlani-Duault (Directrice de recherche DR1, HDR_ Ceped, IRD) I Titre attendu 

 

Session 2  (composition provisoire)

Delphine Burguet (Chargée de mission scientifique, INMA / MSA / IMAf, EHESS), Pierrine Didier (Post-doctorante, UMR EPIA INRAE / VetAgro Sup / Ceped) | « Mener une recherche anthropologique sur l’expérience d’un confinement sanitaire en France. Perspectives, faisabilités et découvertes méthodologiques »

Lucia Candelise, Delphine Burguet, Koukiyoani Koutiangba, Laurent Gontier, Véronique Duchesne | « Enquêter en temps de pandémie en Guinée et au Cameroun : conception et mise en œuvre d’une application web mobile » Participation à confirmer

Martin Julier-Costes (Chercheur associé à l’Université Grenoble Alpes, UMR 5194) | « Approche socio-anthropologique des rites funéraires et du deuil en temps de crise épidémique du COVID-19 »

 

Session 3  (composition provisoire)

Maria Teixeira (ECEVE, Paris) | « Anthropologie du grand confinement : retour d’expérience et approche méthodologique »

Fanny Attas (Doctorante en anthropologie, ENS, Lyon) | Titre provisoire « Crise épidémique en Guinée, récit d’une recherche »

 

Session 4  (composition provisoire)

Rubis Le Coq (Chercheure postdoctorante, IRISSO-UMR CNRS-INRA 7170-1427, Université Paris Dauphine) I Titre attendu 

Charlotte Floersheim, (doctorante en anthropologie, CNRS, IDEMEC, Sesstim) ; Léo Manac’h, (doctorant en anthropologie, Ceped, U. de Paris). I “D’une épidémie à l’autre : l’inaudibilité des acquis de la lutte contre le sida en temps de covid”

Rose-Anna Foley, Professeure associée, Unisanté, Centre universitaire de Médecine Générale et Santé Publique, Département Epidémiologie et Systèmes de santé (DESS), Lausane  | Titre provisoire : “Réflexions sur la recherche « après-crise » : récits méthodologiques d’une posture impliquée

 

Session 5  (composition provisoire)

Alain Epelboin (CNRS/MNHN/musée de l’Homme) | “L’anthropologue dans la réponse aux épidémies, science, savoir-faire ou placebo 2 : des réponses internationales à Ebola à l’humour pandémique en temps de Covid”

 

Session de clôture 

Alice Desclaux (DR / IRD, TransVIHMI), Marc Egrot (CR, UMR IRD 224 – CNRS 5290 – UM1-UM2 MIVEGEC) | Titre provisoire « Les réponses anthropologiques aux menaces épidémiques : la question de l’approche “one shot” ou cumulative des crises (littérature, usages et approche globale) »


Citer ce billet
delphineburguet (2023, 13 avril). AAC – Atelier “Crise, épidémies et Santé” – Congrès de l’AFEA 2023. Amades. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0b0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search