Offre d’emploi – Post-doctorat – “[Le] Travail des données dans la chaîne du soin : professions, outils, expertises”

Contrat de recherche postdoctoral “[Le] Travail des données dans la chaîne du soin : professions, outils, expertises”

L’Institut Santé Numérique en Société (ISNS) du Paris Santé Campus annonce l’ouverture d’un contrat postdoctoral à temps plein, sur 24 mois (renouvelable une fois). La personne retenue sera recrutée par l’Inserm, afin de participer au programme de recherche Santé Numérique en Société (SaNSo) qui bénéficie d’un financement par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) au titre des Programmes et Equipements Prioritaires de Recherche (PEPR) de France 2030. 

Le ou la chercheur⋅e postdoctoral⋅e doit être titulaire d’un doctorat en sociologie, en anthropologie, en science politique ou en histoire et avoir une expérience confirmée de recherche sur les thèmes liés au projet (numérique, santé). 

>> La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 15 novembre 2023. 

 

Contexte de la recherche 

Le numérique s’impose aujourd’hui de manière fondamentale dans les pratiques de soin, au travers d’une série d’innovations extrêmement diverses, qui vont du séquençage du génome à la téléconsultation médicale, en passant par la construction de plateformes de données et de dossiers médicaux partagés, le recours à l’intelligence artificielle et la coordination des systèmes de biosurveillance. Tous les métiers du soin s’en trouvent bouleversés et avec eux une grande partie des sciences biomédicales. Le numérique en santé n’est pas l’apanage des informaticiens et des professionnels de santé qui, ensemble, développent des systèmes numériques permettant d’optimiser l’offre et les pratiques de soin. Ses effets sont politiques, en ce qu’il affecte à la fois les interactions entre humains et les institutions sociales et politiques au sein desquelles ils agissent : des normes professionnelles, juridiques et éthiques régissant les pratiques de soin, jusqu’aux rapports internationaux interétatiques. Tant la souveraineté nationale que le contrôle sur l’usage de ses propres données de santé se trouvent ainsi menacés par le rôle des multinationales dans leur production, stockage et traitement. Les effets économiques sur les mécanismes de financement des systèmes de santé et le domaine des assurances apparaissent déjà. 

L’objectif du projet de l’Institut Santé Numérique en Société, dans lequel viendra s’inscrire le ou la postdoctorante, est de mobiliser les savoirs des sciences humaines et sociales (économiques, sociologiques, anthropologiques, philosophiques, juridiques…) dans le cadre d’une enquête multi-scalaire visant à analyser ces transformations sociales et politiques majeures. Notre recherche s’organise autour de quatre axes de réflexion principaux : 

Data et quantification : infrastructure de données, construction et usages de la quantification dans la production de connaissance. 

Professions : travail, emploi, nouveaux métiers du numérique en santé, biostatisticiens, nouveaux statuts professionnels, transformations des métiers existants 

Politique : souveraineté, globalisation, défense du droit des usagers. Structures des systèmes de santé publique nationaux dans un monde numérique globalisé ; démocratie sanitaire ; approche « One Health » et gouvernement des zoonoses. 

Valeur : innovation, valorisation, marchés, entreprises, service public. 

 

Résumé du poste : 

* Objet de la recherche 

La personne recrutée viendra renforcer la dynamique de recherche collective de l’axe “Professions”. 

Cet axe prend acte du fait que la santé numérique implique que des professionnels du soin et de la santé travaillent avec des acteurs dotés de compétences informatiques à une échelle sans précédent. Elle met ainsi en présence, tout à la fois, deux types de rationalité différentes et un ensemble de ressources, de cultures matérielles, voire d’organisations professionnelles dissemblables. Pourtant, de nouvelles professions telles que les bioinformaticiens ou les biocurateurs ont émergé qui jouent un rôle crucial dans l’inscription de ces pratiques numériques jusqu’au coeur des activités de soin. Et la multiplication de start-ups constituées en vue de valoriser, d’une manière ou d’une autre, différents types de biodata, démontre, elle aussi, qu’un processus d’hybridation est en cours. 

Il s’agira, dans ce post-doctorat, d’étudier le travail des données dans la chaîne du soin : qu’est-ce que la numérisation de la santé fait aux groupes professionnels impliqués dans le soin, que ce soit par la transformation des conditions d’exercice ou l’introduction d’acteurs de l’informatique ? Quelles politiques et quels imaginaires soutiennent les outils du numérique en santé ? Comment ces processus affectent-ils la construction des savoirs scientifiques et les parcours de soin associés ? Comment les acteurs impliqués s’approprient-ils les nouveaux outils ? 

Suivre ainsi des travailleurs et travailleuses, des outils ou la production d’expertises, impliquera de mener une enquête à l’appui de méthodes essentiellement qualitatives (i.e. : entretiens approfondis, observations ethnographiques, archives) dans des espaces de soins de santé affectés par des processus de numérisation. Les acteurs et actrices clefs pourront typiquement comprendre des patient⋅es, des professionnel⋅les de santé et du numérique, des entreprises engagées dans le développement d’innovation numérique dans le soin, des associations d’usager⋅es ou des membres des autorités sanitaires. L’enquête pourra porter sur de nouveaux dispositifs déployés pour accompagner la numérisation des pratiques dans le soin, sur les outils d’aide à la décision à diverses étapes du travail scientifique et clinique (algorithmes, logiciels)… Elle sera attentive aux changements engendrés dans le travail quotidien des différents acteurs comme aux évolutions des groupes professionnels et de leurs missions. 

* Responsabilités : prendre connaissance de la littérature portant sur le domaine ; planifier et conduire une recherche empirique et en présenter les résultats ; soumettre des publications à des revues ; participer à l’animation des activités collectives de l’Institut Santé Numérique en Société (séminaires, journées d’étude, lettre de l’ISNS, contenu du site web…) et de l’axe Professions

Le travail de la personne recrutée sera supervisé par Catherine Bourgain (sociologue et généticienne, responsable de l’axe Professions) en lien avec les membres de l’axe Professions – Marie Le Clainche-Piel et Luc Berlivet (Cermes3), Eric Dagiral et Olivier Martin (Cerlis), Alexandre Mathieu-Fritz (Latts). 

Environnement de travail 

Salaire 

Le salaire des agent⋅es contractuel⋅les est fixé par l’administration française pour chaque institution de recherche, par le biais d’un barème qui prend en compte le poste, les qualifications et l’expérience de l’agent⋅e. À l’Inserm, qui sera l’employeur de la personne recrutée, la fourchette de salaire est de 2 952,91 € bruts mensuels (pour une expérience dans un poste similaire inférieure à deux ans) à 3 352,55 € bruts mensuels (pour une expérience située entre deux et quatre ans). 

Par ailleurs, 5000 € seront alloués à la personne recrutée pour frais de mission et achat de matériels. 

• Lieu de travail 

Le ou la post-doctorant.e sera membre de l’Institut Santé Numérique en Société qui est un des quatre instituts de recherche membres de PariSanté Campus. https://parisantecampus.fr/institut-sante-numerique-en-societe-isns-faire-dialoguer-sciences-humaines-et-sante-numerique/ 

La personne recrutée sera basée sur le PariSanté Campus (2-10 Rue d’Oradour-sur-Glane, 75015 Paris) et, secondairement, au Cermes3 (Campus CNRS, Villejuif). La recherche impliquera également un travail de terrain sur différents sites à déterminer. 

CERMES3 

Le Cermes3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale et société) est un laboratoire de recherche pluridisciplinaire en sciences sociales qui se consacre à l’analyse des transformations sociales dans les domaines des sciences, de la médecine et de la santé, ainsi que de leurs relations avec la société. Ce laboratoire rassemble des spécialistes en sociologie, histoire, anthropologie, science politique, économie et psychologie. 

Le Cermes3 est une unité de recherche dotée de quatre tutelles : le CNRS (Centre national de la recherche scientifique, UMR 8211), l’INSERM (Institut national de la recherche médicale, U988), l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et l’Université Paris Cité. 

CERLIS 

Le CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux) est un laboratoire de recherche en sciences sociales. Ses activités de recherche s’organisent autour de quatre domaines principaux (Culture, Médias, Sociabilités ; Éducation, Socialisation, Âge de la vie ; Famille, Individualisation, Institutions ; Travail, Classes, Styles de vie) auxquels s’ajoutent deux axes transversaux : Rapports de genre et Numérique. Ses tutelles sont l’Université Paris Cité, l’Université Sorbonne Nouvelle et le CNRS (Unité Mixte de Recherche 8070). 

LATTS 

Le LATTS est une Unité Mixte de Recherche regroupant des chercheurs et enseignants-chercheurs issus du CNRS (Centre national de la recherche scientifique, UMR 8134), de l’École des Ponts ParisTech et de l’Université Gustave Eiffel. Leurs travaux, qui se situent au croisement de plusieurs disciplines (sociologie, sciences politiques, histoire, aménagement, géographie), analysent les grandes évolutions sociétales au prisme des mondes, dispositifs et infrastructures sociotechniques : transitions numériques, recompositions de l’action publique, des organisations et du travail, mutations urbaines, crises environnementales, transitions énergétiques. Plusieurs recherches portent, par exemple, sur les villes intelligentes, la télémédecine, la digitalisation des organisations ou les transformations institutionnelles. 

Éligibilité 

Requis : 

– doctorat en en sociologie, en anthropologie, en science politique ou en histoire ; 

– expérience confirmée dans le domaine des sciences sociales de la santé et/ou des sciences ; 

– d’excellentes aptitudes à la rédaction et à la présentation de documents académiques ; 

– solide expérience du travail de terrain, de la conduite d’entretiens semi-directifs ou non-directifs et/ou de l’observation ethnographique ; 

– maîtrise du français comme langue de travail principale pour mener le travail sur le terrain 

– maîtrise de l’anglais (éventuellement d’une autre langue étrangère) comme langue de publication 

– capacité à travailler de manière indépendante, au sein d’une équipe pluridisciplinaire ; 

Souhaité : 

– avoir une expérience de l’ethnographie des mondes du soin et de la santé 

– avoir une formation pluridisciplinaire et/ou une expérience avérée dans la recherche pluridisciplinaire 

Comment candidater : 

Les dossiers de candidature doivent comprendre : 

– les coordonnées de contact, y compris le numéro de téléphone ; 

– un CV actualisé avec une liste de publications ; 

– une lettre de motivation de deux pages qui propose des pistes de projet de recherches en lien avec la fiche de poste ;

– un texte académique et/ou projet de recherche jugé pertinent. 

Procédure de candidature : 

– La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 15 novembre 2023. 

– Le dossier de candidature complet doit être envoyé par e-mail à catherine.bourgain@inserm.fr et avec l’intitulé « candidature Post-doc ISNS- Professions » 

– Les candidatures seront considérées comme complètes lorsque tous les éléments auront été reçus. 

Procédure d’évaluation : 

Une liste restreinte de candidat⋅es présélectionné⋅es sur la base du dossier soumis sera invitée à un entretien. 

Ces candidat⋅es seront informé⋅es au plus tard le 1er décembre 2023 et les entretiens auront lieu entre le 14 ou le 15 décembre 2023. 

Si une candidature appropriée est identifiée, nous en informerons la personne concernée au plus vite, pour un début de contrat prévu en mars 2024. 

Contact 

– Les candidat⋅es sont encouragé⋅es à prendre contact avec Catherine Bourgain (catherine.bourgain[at]inserm.fr), Emmanuel Didier (emmanuel.didier[at]ens.fr), Marie Le Clainche-Piel (marie.le-clainche-piel[at]cnrs.fr

– Informations sur l’Institut Santé Numérique en Société : https://parisantecampus.fr/institut-sante-numerique-en-societe-isns-faire-dialoguer-sciences-humaines-et-sante-numerique/ 

– Informations sur le Cermes3 : http://www.cermes3.cnrs.fr



Citer ce billet
pierrinedidier (2023, 9 octobre). Offre d’emploi – Post-doctorat – “[Le] Travail des données dans la chaîne du soin : professions, outils, expertises” Amades. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0c9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search