AAA – Revue des Sciences Sociales. “À la première personne. Mettre la souffrance en récit(s)”

La Revue des sciences sociales lance un appel à contribution pour un dossier thématique intitulé
 
“À la première personne. Mettre la souffrance en récit(s)”
 
sous la direction de Jadwiga Bodzinska-Bobkowska (Université de Gdańsk) et Camille Lancelevée (Université de Strasbourg). 
 
Les propositions de 4000 signes (espaces compris) sont attendues avant le 12 janvier 2024 à l’adresse de la revue rss@misha.fr et à l’adresse des coordinatrices : j.bodzinska@ug.edu.pl et lancelevee@unistra.fr
 
Elles devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologies. Elles doivent également comporter une bibliographie (en dehors des 4000 signes) et une brève notice bio-bibliographique de l’/des auteur·e·s. Si la proposition est acceptée, l’article sera remis avant le 1e juin 2024 pour une parution au premier semestre 2025. 
 
 
Début de l’argumentaire :
 
Depuis le « tournant narratif » des années 1980 et le « tournant affectif » des années 1990, les sciences humaines et sociales contemporaines, ainsi que les pratiques scripturales, ont accordé une place croissante aux récits individuels, comme autant de points de vue qui permettent d’enrichir la compréhension des expériences humaines et de la réalité sociale. Longtemps considéré avec méfiance dans une conception positiviste d’un savoir surplombant, le « sujet » gagne une place centrale dans un contexte de remise en question des « métarécits » et de luttes sociales – pour les droits civiques, pour l’autodétermination des peuples, etc. (Grard 2017). Le domaine de la santé n’est pas en marge de ces évolutions : le slogan du mouvement pour le droit des personnes en situation de handicap (« nothing about us without us ») traduit cette volonté de replacer la personne concernée au cœur du discours. Le développement des maladies chroniques, et en particulier du sida (Barbot 2002), favorise l’émergence de formes d’activisme thérapeutique qui s’engagent sur le terrain de la recherche et multiplient les narrations individuelles de l’expérience de la maladie. S’il est aujourd’hui communément admis que l’on peut produire de la connaissance sur le monde médical à partir de « trajectoires de maladies » (Strauss 1992) inscrites dans des « récits de vie » (Bertaux 2010), il est néanmoins toujours indispensable de réfléchir à la façon dont ces narrations sont construites, à ce qu’elles mettent en lumière et laissent dans l’ombre, et aux effets de réel qu’elles produisent. Ce nouveau dossier de la Revue des sciences sociales propose de réfléchir à la façon dont les sciences humaines et sociales participent à la production et à l’analyse de récits individuels susceptibles d’éclairer autrement l’expérience de la maladie et de la souffrance, en dépliant ces trois questionnements complémentaires.
 
Télécharger l’appel à contribution détaillé en français :  AAC_RSS 73_fr et en anglais : AAC_RSS 73_eng
 
 


Citer ce billet
pierrinedidier (2023, 14 novembre). AAA – Revue des Sciences Sociales. “À la première personne. Mettre la souffrance en récit(s)” Amades. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0ci

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search