Emprises. Drogues, errance, prison : figures d’une expérience totale

Parution

Image 3

EMPRISES
Drogues, errance, prison  :
Figures d’une expérience totale

Fabrice Fernandez
(suivi d’une postface de Marcel Drulhe)

éditions de Boeck et Larcier (le 15 janvier 2010).
[370 p., bibliogr., gloss., annexes. ISBN : 280443804X]

Quatrième de couverture

Comment les drogues exercent-elles leurs emprises ? Quels sont les parcours de vie de ces individus sous influence qui, entraînés par la spirale toxicomaniaque, «errent» sans relâche en quête de leur dose ? Qui sont ces «toxicos» : des funambules du risque, des délinquants au comportement irrationnel, des malades potentiellement contagieux, des êtres irresponsables que la dépendance ferait «agir malgré eux» ?

Depuis les squats précaires et insalubres jusqu’aux maisons d’arrêt en passant par les lieux de deals, les shootoirs et la rue, l’auteur s’appuie ici sur une enquête ethnographique de près de dix ans dans l’économie souterraine de la défonce, pour nous dévoiler la vie méconnue de ces «marginaux», pris dans un mouvement de circulation entre errance urbaine et expérience carcérale. La démarche sociologique adoptée nous invite à une nouvelle compréhension de la question sociale par l’analyse des liens complexes et multidimensionnels unissant les mécanismes de domination et d’exclusion à l’expérience totale des usagers de drogues les plus précarisés.

Fugueurs, sans-papiers, travailleurs au noir, détenus sous substitution, petits dealers, séropositifs hospitalisés, voleurs, mendiants ou prostitué(e)s : quels regards portent-ils sur le monde qui les entoure ? Quel sens accordent-ils à leurs pratiques, notamment celles qui sont susceptibles de compromettre leur état de santé (sida, hépatite C) ? Que nous disent-ils des institutions (médicale, sociale, préventive, judiciaire, policière et pénale) auxquelles ils sont confrontés, des solutions ou traitements qu’elles proposent, des inégalités qu’elles renforcent ou qu’elles négligent ?

Sans parti pris ni certitudes préconstruites, l’auteur questionne ici, dans et par-delà la prison, les limites politiques, sociales et morales fixées à la libre disposition de soi et de son corps en situation de précarité. Il nous livre ainsi une contribution théorique originale à ce débat contemporain majeur : l’emprise de la société sur la liberté individuelle.

Sommaire

Introduction [Lire un extrait]

Chapitre 1. Cette expérience que l’on dit totale

Chapitre 2. Le temps des expérimentations

Chapitre 3. Devenir «toxico»

Chapitre 4. La mort en filigrane

Chapitre 5. Le théâtre du «dedans »

Chapitre 6. Prison et dédoublement

Chapitre 7. Détention sous psychotropes

Chapitre 8. Le mal-être par-delà les murs

Chapitre 9. Emprises sociales et emprises toxiques

Chapitre 10. Dérive des récits et figures d’une «dérive»

Conclusion générale. De l’expérience des limites aux limites de l’expérience

Postface de Marcel Drulhe

Bibliographie

Glossaire

Index des entretiens réalisés

Table des matières

Fabrice Fernandez est sociologue et chercheur post-doctoral ERC à l’Iris, il a également co-dirigé Le langage social des émotions (éditions Anthropos-Economica, 2008).

En savoir plus :

Les éditions de Boeck et Larcier et http://fabricefernandez.wordpress.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search