Appel à articles – “Etre(s) absent(s.es)” – revue Communications

Mots-clés : Absent.e ; non-personne ; marginalisation ; mémoire ; expérience/vécu de l’absence

L’ambition de ce numéro est de penser, à la lumière de matériaux empiriques, la manière dont, en fonction de contextes sociaux spécifiques, un être vivant ou à-venir devient absent, se transforme socialement en « not to be someone » et les effets concrets de cette condition et de ce passage, qu’il soit le produit de violences et de rapports de force ou d’une trajectoire de vie, sur leur environnement personnel et plus large, social et politique. L’objectif est aussi de faire émerger les moyens théoriques de penser plus avant et de discuter les notions d’absent et de non-personne qui ne se laissent pas enfermer dans une opposition binaire et réductrice absent/présent, non-personne/ personne, visible/non visible, vivant/non vivant. Il s’agit ainsi de créer une connaissance concrète des configurations multiples qui dessinent le vécu de la condition d’absent.e que le droit reflète partiellement, à la fois comme phénomène individuel et comme phénomène collectif.

L’absence, davantage que la condition ou le statut d’être absent, est une thématique qui traverse les sciences humaines et sociales. La philosophie l’a abordée, y compris à travers des analyses relevant de la théologie négative ou d’une approche qualifiant l’absence à travers tout ce qui n’est pas présence et ne peut être connecté au présent via une forme matérielle, visible (Law, 2004). En posant la question de l’absence, ces analyses ont porté sur la trace (Derrida,1967), le rapport à l’autre (Levinas, 1968), y compris et en particulier l’autre dans le soi, à l’identité, à la mort comme structurant le présent vivant, et ont nourri une phénoménologie de la temporalité et de sa perception. D’autres travaux ont débattu la portée de cette perspective phénoménologique autour de la relation homme-monde et de la conception duelle présence et absence, vie et mort (Dastur, 2007). Ils ont appelé à mettre l’accent sur la dimension relationnelle et processuelle entre deux entités différentes, l’absence de présence et la présence de l’absence. Ils se sont également intéressés aux formes spectrales et aux hantises qui dessinent une variété de pratiques à la fois extraordinaires et banales et s’enracinent dans les expériences et leurs dimensions émotionnelles, corporelles et pratiques.

D’autres disciplines telles que l’histoire, la sociologie, les sciences politiques ou encore l’anthropologie, se sont également intéressées à l’absence souvent via des thématiques connexes. Elles ont envisagé l’absence d’une part à travers la mémoire, les formes de mémorialisation liées en particulier au deuil, à la perte, au traumatisme et, dans la “lignée” de ce dernier, à la nostalgie, à la mélancolie (Navaro-Yashin, 2009) ou aux formes de mise en visibilité des traces, y compris fantomatiques (Sturken, 2004, Rousillon 2012, Gordon, 2008, Delaplace, 2008) de ce qui n’est pas ou plus visible. D’autre part et a contrario, elles ont abordé l’absence à travers non pas le souvenir et les expressions visibles qui la “rendent” présente, mais à travers tout ce qui participe à renforcer l’invisibilité et l’effacement telles que les formes d’exclusion, de marginalisation et de silence.

Qu’il s’agisse de l’approche par la mémoire ou de l’approche par l’effacement et l’exclusion, nombre de travaux ont abordé l’absence comme phénomène collectif et individuel à partir des cas spécifiques des violences physiques et symboliques exercées à l’encontre de populations particulières dans le cas de conflits civils ou internationaux, de violences d’état ou d’actes terroristes. A travers cette focale, ils ont appréhendé l’absence sous l’angle de la spatialité – explorant sa géographie (Davidson, Bondi and Smith, 2005) ou ses espaces narratifs propres (Kirshenblatt-Gimblett, 2015) -, de la matérialité – y compris celle des archives et des documents qui permettent de documenter et de prouver l’existence de celles et ceux qui ont disparu dans le cadre de crimes d’état (García Castro, 2002). Ils ont aussi questionné ses formes spécifiques d’agency, et notamment comment la matérialité de certains objets, lieux permet de créer des liens spécifiques avec ce(ux) qui n’est plus present(s), même sans aucune connexion personnelle ou vécue avec ces derniers (Meyer and Woodthorpe, 2008)-.

Cette dernière approche envisage généralement l’absence comme un objet du politique ou de manière plus large comme la marque de rapports de pouvoir couvrant des degrés variables d’absence – allant de la disparition irrémédiable due à l’extermination de masse ou au meurtre ciblé et individualisé, à l’absence par disparition d’une présence corporelle ou encore par une présence minorée et marginalisée au sein d’un ensemble social. Certains travaux se sont penchés sur la force des formes institutionnalisées et symboliques, commémoratives et discursives, y compris au sein des recherches scientifiques, de la production de l’absence. Ainsi, MR Trouillot insiste sur les opérations matérielles et physiques successives qui encadrent l’écriture de l’histoire (Trouillot, 1995) et la façon dont elle crée l’absence par la production concomitante de traces et de silences, rendant certains récits possibles et d’autres impossibles, valorisant certains artefacts et mettant de côté ou invisibilisant d’autres. On retrouve cette problématique dans les travaux sur les patrimoines nationaux ou locaux et les formes officielles de représentation du passé et la manière dont ils marginalisent, passent sous silence, effacent certaines populations ou catégories de sujets (les minorités, les femmes…). D’autres travaux se sont davantage centrés sur les pratiques et les différentes formes d’actions qui produisent de l’absence, en considérant en particulier la question des génocides et des déplacements massifs de populations, où des espaces sociaux se voient expurgés d’une partie de leurs habitants, de leurs biens matériels, de leurs cultures, des pratiques et des langues (Benvenisti, 2002 ; Wylegala, 2015). Ces analyses mettent également l’accent sur l’espace et la matérialité, sur les fragments, les ruines (Stoler, 2008), les “postsigns of memory” qui constituent les marques d’une absence manifeste et viendraient symboliser les individus et les groupes qui ne sont plus là et/ou ne sont plus visibles.

Paradoxalement, cet intérêt particulier pour les violences et les mouvements dépopulationnels questionne les effets de l’absence d’un autre qui prend le plus souvent les traits du vaincu – tantôt ennemi, tantôt traître, civil diminué, “animal” à exterminer … – avec lequel précisément on ne veut plus vivre ensemble (Baussant, 2019). Dès lors l’absence reste associée à une action volontaire de “faire disparaître”, d’invisibiliser, d’effacer définitivement toute trace de la présence d’un autre/ des autres. Cet “effacement” peut se produire aussi, paradoxalement, à travers la réappropriation, ou la mise en valeur symboliquement ambiguë du patrimoine culturel de ces derniers, comme forme de relégation de leur existence à un passé lointain, ou sous les traits d’une variante culturelle subalterne sans substance propre qu’on commémore en l’absence précisément des acteurs concernés encore vivants ou de leurs éventuels descendants (Baussant, 2021).

Le plus souvent, l’absence est associée à des formes d’incapacité pour ceux encore présents de l’exprimer:‘ to name what has been lost because the ‘who’ who has been lost (persons from the community of the so-called ‘enemy’, external or internal) cannot be officially known, named, recognized, or grieved over’ (Navaro-Yashin, 2009: 16). Certaines analyses pointent aussi le paradoxe selon lequel les efforts politiques et culturels pour faire taire la mémoire des autres résultent d’une mobilisation conséquente et condamnent finalement les gens “à se souvenir et à se souvenir, et à se souvenir” (Confino, 2015). Mais pas seulement : cette fixation du souvenir conduirait à un réagencement de leur définition de soi et du temps en fonction de ceux qui ne sont pas/plus là mais qui peuvent toujours redevenir présents – sous une forme ‘réelle’ ou fantomatique.

Comme le souligne D. Roazen-Heller (2021), être absent peut renvoyer à plusieurs significations : être séparé des autres, ne pas être représenté comme membre du groupe auquel on s’identifie pourtant, être légalement considéré comme disparu de son lieu de résidence ou avoir disparu sans reconnaissance officielle. Il relie cette condition d’absent à une catégorie, celle de ‘non personne’ sociale, définie de manière plus ou moins floue et par la négative dans sa préface avant d’être discutée plus avant dans son ouvrage, comme autant de manières de « not to be someone ». En s’appuyant en particulier sur l’histoire et sur le droit dans différentes sociétés, qui catégorisent l’absence et la présence, il développe une réflexion théorique sur les formes variées de dépossession qui accompagnent cette condition d’absentee dont la durée peut varier dans le temps –d’une saison à plusieurs générations. Il souligne la multitude d’individus auxquels elle s’applique de fait, ce qui rend son analyse et sa portée générale d’autant plus compliquées : les personnes disparues, personnes devenues des “non personnes” dans leurs sociétés de départ et dont la présence corporelle n’est plus visible, de manière souvent inexpliquée (ceux dont ni la présence ni l’absence n’est attestée) ; les individus physiquement présents dans les sociétés mais dont les droits et prérogatives sont réduits, les « silencieux » de l’histoire et les « outsiders » (ceux dont la personnalité juridique, sociale ou morale a été diminuée) ; les morts, les personnes qui cessent d’être quelqu’un, sans pour autant devenir une chose ordinaire (2021 : 1-2) et restent vivants d’une certaine manière.

Nombre de travaux en sciences humaines et sociales ont abordé ces trois catégories définies par D.Roazen-Heller et qui n’épuisent sans doute pas toutes les configurations de la condition d’absent. Ils n’ont cependant pas toujours ni développé leur approche vers une analyse spécifique autour de la condition d’absent.e, ni travaillé à une montée en généralité pour mieux comprendre cette « multitude » qui vit avec les « présents » . L’accent souvent mis dans les analyses sur la matérialité comme forme de continuité des vies humaines interrompues (Byung-Chul Han, 2022) et sa capacité à médiatiser les affects et leurs effets liés à l’absence sans pour autant créer un lien avec les absents tend à faire passer au second plan sa dimension temporelle, plus difficile à décrire et à analyser. Cette dernière est pourtant bien présente dans les travaux qui réfléchissent à l’absence dans la filiation et les rapports entre générations, non pas seulement en termes de disruption de la présence mais comme une possibilité essentielle de l’existence : celle de vivre ensemble avec ceux qui ne sont plus présents ou vivants et ceux imprévisibles qui ne sont pas encore vivants au présent, que l’on porte en soi. Un soi “anachronique dans son présent même, augmenté à la fois est disloqué par le deuil ou la promesse de l’autre en soi, d’un autre plus grand, plus vieux au plus jeune que soi, d’un autre hors de soi en soi” (Derrida, 2014 :20).

Enfin, la conceptualisation de l’absence en termes oppositionnels – absence versus présence, invisible versus visible -, recouvre souvent la dimension processuelle et relationnelle de la condition d’absent.e, en fonction du tissu social dans lequel elle s’insère et des acteurs sociaux, tant ceux qui produisent ou expérimentent l’absence des autres que ceux qui traversent la condition ou le statut d’absent. Pourquoi et comment devient-on un absent ? Comment cette condition et ce statut sont-ils socialement produits et quels sont leurs effets sur les personnes ? Cette question ne porte pas seulement sur les absents.es eux-mêmes mais engage à réfléchir aussi à l’ensemble des individus en relation, proche ou distendue, avec ces derniers.ères : les personnes éventuellement responsables de cette absence, celles qui vivent « à côté » (pour les absents « présents »), celles qui restent (famille proche, entourage, voisinage …) et celles qui les remplacent dans leur lieu de vie (notamment dans le cadre de mouvements dépopulationels massifs).

 

Ce numéro invite à aborder ces questions. Nous souhaitons rassembler des contributions qui explorent les configurations multiples qui dessinent la condition d’absent.e comme expérience vécue et « identité » sociale que le droit reflète partiellement, à la fois comme phénomène individuel et comme phénomène collectif.

Nous souhaiterions que les contributions mettent l’accent sur la dimension à la fois processuelle et relationnelle de la production d’absent.e, sur la manière dont se construit un espace, avec ses temporalités, de l’absence dessinant des liens et des interdépendances entre celles et ceux qui sont présents et celles et ceux qui passent par un processus d’assignation à une identité sociale « d’absent ». Elles pourront aussi prêter attention aux formes d’affiliation ou de désaffiliation, d’appartenance et de ruptures d’appartenances, et à leurs contextes spécifiques, qui parcourent cet espace relationnel entre présents et absents, personnes et « non-personnes ».

En particulier, nous attendons des contributions qu’elles décrivent et analysent, à travers des matériaux ethnographiques relevant de situations concrètes, les effets de cette condition et des situations distinctes – conflictuelles, inscrites dans des rapports de force et de pouvoir, et/ou liées au cours des existences et des relations humaines – sur l’ensemble des individus qu’elle impacte, dans leur diversité et dans leurs relations, qu’elles soient fortes ou plus lâches. L’attention portera notamment sur la manière dont le statut d’absent peut toucher des catégories spécifiques de personnes, aux propriétés et aux positions sociales différenciées, définies par-delà et en-deçà des catégories du droit.

L’ambition du numéro est de réfléchir sur le processus de production de ces catégories d’absents « classiques » selon Heller-Roazen (disparus, diminués et exclus, ou morts) ainsi que sur la dernière catégorie qu’il propose, celle de « non-personnes » du monde contemporain. Des études des cas traitant de l’avènement de l’absent.e et des relations entre les absents.es et les autres, dans leur diversité, seront particulièrement bienvenues selon trois axes principaux, au sein desquels la « catégorie » des morts peut être intégrée de manière transversale :

1. Vivre avec un.e absent.e, vivre comme absent.e

Il s’agira ici de décrire et d’analyser des situations de personnes impactées par l’absence d’autrui , par l’absence de statut ou un statut minoré (orphelins.es, de père inconnu, enfants placés/adoptés, parents sans enfants, de parents disparus, ou absents en prison, par exemple, des sans papiers ou sans droits civiques) ;

2. Le retour de l’absent.e

Une attention particulière sera ici portée sur les absents.es qui reviennent et sur la manière dont ils.elles recouvrent ou non leurs droits juridiques – de propriété, de nationalité, d’héritage … -, sociaux et affectifs – de réintégration au sein d’une famille, d’un groupe spécifique…- , dont ils.elles sont perçus.es par ceux/celles qui sont restés.es et la façon concrète dont se passe –ou non- leur (re)inclusion dans la communauté locale ou nationale.

3. La production de l’absent.e

Nous aimerions ici renforcer les connaissances autour de la fabrication de la notion d’absent/disparu ou absent/inconnu par les différentes autorités administratives et /ou institutionnelles (incluant des autorités religieuses par exemple), notamment mais non exclusivement à partir de situation de conflit, de violences politiques (dans des pays qui ont connu des déplacements forcés ou non, de changements politiques (les effacés de Slovénie en est un exemple) ou encore des régimes autoritaires) ou encore de situations très diverses qui modifient ou impactent les trajectoires individuelles et produisent une « même » identité d’absent.e (une migration de longue durée par exemple, un conjoint qui disparait… ). Une attention particulière devra être déployée sur les effets concrets de cette fabrication sur les individus concernés – celles et ceux définis.es comme absents.es et celles et ceux qui composent leur entourage.

Seront privilégiées les propositions qui s’appuient sur des données ethnographiques denses, permettant l’analyse des dynamiques processuelles et relationnelles mentionnées plus haut, dans un souci de va-et-vient entre terrain ethnosociologique et questionnement théorique sur le vécu et la fabrique des absents.

Calendrier :

Les propositions de contributions sur ce thème doivent être envoyées pour le 6 janvier 2024 sous la forme d’un résumé de 3000 signes environ (document Word) assorti d’une courte bibliographie. Les auteur·ice·s sont invité·e·s à expliciter le périmètre de leur étude, la nature et l’étendue de leurs matériaux, et à se positionner par rapport aux axes de travail détaillés ci-dessus.

Les contributions doivent comporter le nom de l’auteur·ice, son affiliation professionnelle (s’il y a) et son courriel et être adressées à revue-communications@ehess.fr avec la mention « Etre(s) Absent(s.es) » en objet du message. Elles seront examinées en double aveugle et feront l’objet d’une réponse au plus tard le 31 janvier 2024. Les articles proposés devront être des inédits et être rédigés en français de préférence, sinon en anglais. Les articles correspondant aux propositions acceptées (25 000 signes, espaces compris) devront être remis le 10 juin 2024 au plus tard, mis aux normes typographiques de la revue et assortis d’un résumé de 5-6 lignes en français, anglais et espagnol, comprenant le titre traduit ainsi que de 5 mots-clés dans ces trois langues.



Citer ce billet
adminamades (2023, 15 novembre). Appel à articles – “Etre(s) absent(s.es)” – revue Communications. Amades. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0cl

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search