Soutenance de thèse – « Accueillir la crise psychique. Expérimentation et expérience du rétablissement »

Soutenance de la thèse de Ismaël Bechla, le 12 décembre 2023 à 14h à l’ENS de Lyon (site Descartes), devant le jury composé de :

 

Delphine MOREAU, Professeure, EHESP Rennes, Rapporteuse

Christelle RABIER, Maîtresse de conférences-HDR, EHESS Marseille, Rapporteuse

Nicolas LECHOPIER, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon, Examinateur

Stéphane RULLAC, Professeur, HETSL Lausanne, Examinateur

Emmanuelle JOUET, Directrice de recherche, GHU Paris, Examinatrice

Ève BUREAU-POINT, Chargée de recherche au CNRS, CNE Marseille, Examinatrice

Samuel LÉZÉ, Maître de conférences-HDR, ENS Lyon, Directeur de thèse

 

Résumé :

En France, la réaction sociale à la crise psychique est essentiellement assurée par les urgences de l’hôpital psychiatrique public qui sont confrontées à des difficultés d’ordre économique, conjoncturel, et moral. Cependant, les principales orientations politiques nationales et internationales ont adopté les principes du rétablissement, et préconisent le développement d’alternatives aux urgences psychiatriques conformément aux revendications des (ex)usager.ère.s de la psychiatrie. Comment se fait la réception française de cette nouvelle politique de santé mentale ? Ainsi, la thèse analyse l’expérience individuelle et sociale de la crise psychique par l’ethnographie d’un dispositif innovant, le Lieu de Répit Marseille, qui propose un accueil de la crise psychique en alternative à l’hospitalisation soutenu par le savoir expérientiel.

L’observation des interactions entre les acteurs (usagers, proches, professionnels de santé, etc.) révèle l’incidence du cadre moral sur l’expérience vécue de la crise psychique. La thèse montre une hiérarchisation sociale subit par les (ex)usager.ère.s de la psychiatrie qui imprègne les modalités de soin, et le Stigmate (Goffman, 1975) que représentent les troubles psychiques participe à l’instauration d’une méfiance vis-à-vis de l’institution hospitalière. La valorisation des savoirs expérientiels et du travail pair au lieu de répit permet de partager l’expérience des troubles, et d’instaurer de nouvelles normes relationnelles qui produisent des effets thérapeutiques. La participation des (ex)usager.ère.s aux niveaux micro, méso, et macrosocial entraîne l’évolution des interactions sociales, et représente un levier pour améliorer la réponse à la crise psychique.

La thèse s’est intégrée à une recherche-action participative qui a accompagné la construction du modèle interventionnel. Dans un premier temps, une analyse des trajectoires hospitalières est réalisée, puis le dispositif innovant est situé dans une perspective historique et spatiale. Le processus de recherche-action participative est analysé, ainsi que le lexique local qui révèle les normes morales des acteurs, et les représentations sociales associées à la psychose. La seconde partie précise les modalités pratiques du dispositif et souligne la complexité organisationnelle induite par la crise psychique. Le travail émotionnel réalisé par les intervenants est souligné et mis en lien avec les spécificités du travail pair, ses apports et les modifications identitaires qu’il induit. Pour finir, les parcours de rétablissement des usagers du lieu de répit sont analysés.

 

 



Citer ce billet
adminamades (2023, 11 décembre). Soutenance de thèse – « Accueillir la crise psychique. Expérimentation et expérience du rétablissement ». Amades. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0cn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search